Notice historique de M. Saulnier, avocat au parlement

Publié par

Impr. de Vve Hérissant ((Paris,)). 1783. Saulnier, Jean. In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mercredi 1 janvier 1783
Lecture(s) : 0
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

JEAN SAULNIER, Sieur de la Vauvre,
fils aîné de GILBERT SAULNIER
Seigneur de Préal, la-Vauvre, & autres
lieux, &; de Demoiselle D EL AI R, son
Epouse, naquit en la Terre de la Vauvre,
en Bourbonnois , le 16 Janvier 1738. Sa
Famille, très-étendue, occupe les premières
places, & est alliée aux meilleures Maisons
de cette Province.
Le jeune Saulnier se distingua dans ses
études ; les ayant terminées à quinze ans
(2)
son parent, M. le Marquis Desgoutes, Chef
d'Escadre , le détermina à entrer dans là
Marine Royale : il s'y fit remarquer par son
application & sa facilité à saisir les hautes
sciences nécessaires à cet état. II vit deux
sìeges, assista à deux combats; embarqué fur
la flotte de M. de Conflans, il fut fait pri-
sonnier, &; conduit à Londres.
Rendu à la paix, il revint à Rochefort,
où il servit en qualité d'Ecrivain de Roi. Le
repos des armes ne donnant plus d'aliment
à son. activité, les fièvres continuelles donc
il sévit assailli, le forcèrent à demander sa
retraite : il l'obtint, & emporta avec lui les
regrets de ses camarades, qui n'ont pas cessé
de cultiver son amitié.
Devenu libre, M, Saulnier alla à Tou-
louse, étudier le Droit écrit. II se délassoit
de la sécheresse de l'étude, en cultivant la
Littérature & les Belles-Lettres : il concourut
aux Jeux Floraux, & remporta deux Prix : il
apprit le Grec, PHébreu, l'Italien & l'An-
glois ; & assez ces deux dernieres Langues,

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.