Notice historique sur Son Éminence Mgr Alexandre-Angélique de Talleyrand, cardinal de Périgord, archevêque de Paris, pair et grand aumônier de France... / [par L.-F. de Bausset]

De
Publié par

Lebel (Versailles). 1821. Biographies chrétiennes -- France. Talleyrand-Périgord, de. 1 vol. (114 p.) ; In-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : lundi 1 janvier 1821
Lecture(s) : 53
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 124
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

NOTICE HISTORIQUE
soit SON ÉMIHENCE
MGR ALEXANDRE-ANGÉLIQUE
DE TALLEYRAND,
CARDINAL DE PÉRIGORD,
A VERSAILLES, DE L'IMPRIMERIE DE LEBEL,
Editeur des OEuvres complètes de Bossuet et de Fénélon.
NOTICE HISTORIQUE
SUR SON ÉMINENCE
MGR ALEXANDRE-ANGÉLIQUE
DE TALLEYRAND,
CARDINAL DE PÉRIGORD,
ARCHEVÊQUE DE PARIS,
PAIR ET GRAND-AUMÔNIER DE FRANCE,
COMMANDEUR DE L'ORDRE DU SAINT-ESPRIT.
A VERSAILLES,
Chez LEBEC, Imprimeur du Roi, rue Satory;
ET A PARIS,
Chez LE CLÈRE, Libraire, quai des Augustins, n.° 35.
1821.
CETTE Notice étoit écrite et livrée à l'impression
avant que M. l'abbé Frayssinous eût prononcé
sa belle Oraison funèbre de M. le cardinal de
Périgord. En voyant ce magnifique monument
élevé à la gloire du vénérable Pontife par un
orateur si célèbre à tant de titres, la première
pensée de l'auteur de la Notice fut d'en sus-
pendre sur-le-champ l'impression : il ne res-
toit en effet plus rien à désirer pour consacrer
à jamais la mémoire des vertus et des services
de M. le cardinal de Périgord,
On a ensuite considéré que la simplicité d'une
Notice' pouvoit recevoir des récits que la di-
gnité et la gravité de la chaire n'auroient pas
pu admettre.
Enfin, il faut l'avouer avec sincérité, un sen-
timent plus doux et plus excusable peut-être
a déterminé la publication de cette Notice.
L'auteur a eu le bonheur de se trouver pen-
dant plusieurs années ea relation d'affaires et
de société avec M. le cardinal de Périgord. Il
a pu le suivre dans les détails de sa vie pu-
blique et privée, et admirer cette réunion si
rare de vertus attachantes à des qualités de
l'ordre le plus élevé.
L'auteur cède au besoin de son coeur, en
déposant au pied de son tombeau ce triste et
dernier hommage de ses regrets et de sa vé-
nération.
NOTICE HISTORIQUE
SUR SON ÉMIMENCE
MGR ALEXANDRE-ANGÉLIQUE
DÉ TALLEYRAND,
CARDINAL DE PÉRIGORD,
IL est des noms si connus par leur éclat
et leur antiquité, qu'on est dispensé de
rapporter 1RS titres de leur illustration.
On les voit traverser les differens âges
de la Monarchie, se mêler aux événemens
les plus importans de l'histoire; on les
trouve au premier rang dans les cours,
dans les années, dans les hautes dignités
i
2 NOTICE HISTORIQUE
«de l'Eglise : ils restent gravés dans la mé-
moire des générations qui se succèdent,
et leur célébrité même les rend popu-
laires, Au milieu des vicissitudes diverses
de la fortune, de la faveur et de la dis-
grâce , ils( conservent toujours la consi-
dération attachée à de grands noms et à
de nobles souvenirs.
C'est à l'une de ces sources antiques,
cpnsacrées par d'illustres traditions, que
M. le cardinal de Périgord avoit puisé
son origine et son nom.
Louis XV fut un de nos rois qui se plut
à. favoriser, d'une manière plus, particu-
lière; la maisonde Talleyrand, et. ce fut
à la marquise de Talleyrand, mère de
M. le. cardinal de Périgord, qu'elle dut
la constante bienveillance de ce prince.
Elle offroit à sa Cour le modèle des plus
rares vertus et du plus noble désintéres-
sement.
SUR M. LE CARD. DE PÉRIGORD. 3
Née Chamillart, elle étoit fille du mar-
quis de Chamillart-Cany, et petite-fille
du ministre du même nom. Sa mère,
M. de Mortemart, veuve du marquis de
Chamillart-Canf, s'étoit remariée eh
secondes noces au prince de Chalais, de
la'maison de Talleyrand.
Elle conçut et exécuta'le projet d'unir
les enfans qu'elle avoit eus de ses deux
maris, par un double mariage, dont les
résultats offroient des rapprochemëns
assez bizarres, et démandoiént une sortie
de sagacité pour en trouver immédia-
tement l'explication : espèce d'énigme
généalogique, qui auroit beaucoup perdu
du mérite dé son obscurité, si elle eût été
réduite à ses termes les plus- simples, lé
mariage du père et du fils avec ' deux
soeurs de deux lits différens.
La princesse de Chalais maria made-
moiselle de Chamillart, qu'elle avoit eue
I.
4 NOTICE HISTORIQUE
de son premier mari, avec le marquis de
Talleyrand, déjà veuf ; et mademoiselle
de Chalais, sa fille du second lit, avec
le comte de Périgord, fils de ce même
marquis de Talleyrand.
Mademoiselle de Chaxnillart, devenue
marquise de Talleyrand, perdit en 17 45
son mari, tué au siège de Tournai. Tous
les biens de sa maison se trouvant sub-
stitués à son fils, du premier lit, il ne
laissa à sa veuve, en mourant, qu'une
fortune très-embarrassée, beaucoup de
dettes, et cinq enfans.
Ce fut dans cette triste circonstance
qu'elle montra ce grand caractère et cette
vertu forte et courageuse qui inspirèrent
à Louis XV tant d'estime et de bien-
veillance pour elle.
La princesse de Chalais, sa mère, lui
avoit fait passer sa place de dame du pa-
lais de la Reine.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.