Notice. "Mithridate" d'Adelung. Par J.-D. Lanjuinais

De
Publié par

Impr. bibliographique ((Paris). 1807. In-8° , 16 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : jeudi 1 janvier 1807
Lecture(s) : 2
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

NOTICE:
MITHRIDATE D'ADELUNG.
PAR J. D. LANJUINAIS.
Extrait du Magasin Encylopédique, numéro de Mai
1807, Journal pour lequel on s'abonne à l'IMPRIMERIE
BIBLIOGRAPHIQUE, rue Gît-le-Cœur, n. ° 7.
NOTICE.
MITHRIDATE D'ADELUNG.
MITHRIDATES oder allgemeine Sprachenkunde;
mit dem Vater unser als-Sprach probe, in bey
nahe fïïnfhundert Sprachen und Mundarten
von Johann. Christoph ADELUNG. *
MITHRIDATE, ou Science générale des Langues J
avec L'Oraison Dom. pour exemple, dans près
de cinq cents langues ou dialectes, par Jean-
Christophe ADELUNG, Conseiller aulique et Bi-
bliothécaire en chef de l'E lecteur de Saxe. Avec
cette épigraphe :
Alius alio jkyÈ$(nvthirèpqtkst, nemo omnia.
'.::- ,: Ausow.
Première partie, 1 vol. Berlin, 1806, 686 pag.,
sans la Table synoptique, la Préface, l'Intro-
duction, et la Table alphabétique.
CET ouvrage, très-important par son objet x
aussi remarquable par les grandes difficultés, que
par le succès de son exécution, a déjà été an-
noncé dans ce Journal ( en 1806 , tom. VI , pag.
133 ), avec l'intérêt qu'il mérite ; mais il convient
de le faire connoître davantage.
( 4 )
Nous dirons d'abord , au sujet de son auteur ,
enlevé depuis quelques mois a ses amis et aux
lettres , à l'âge de 75 ans , qu'il fut un des savans
les plus infatigables et les plus féconds de toute
l'Allemagne, si riche dans cette classe d'hommes;
il a excellé dans la partie grammaticale , et s'est
distingué dans plusieurs genres diffierens. Outre
son excellent dictionnaire de la langue allemande,
aussi utile pour cette langue, que l'est celui de
Johnson , pour i'idiôme anglois ; outre ses doctes
et judicieux ouvrages particuliers sur la philo-
logie allemande , Adelung a publié des écrits
nombreux et recherchés, tant sur l'histoire civile
et sur l'histoire littéraire , que sur la philosophie
rationnelle , sur la physique et la chimie, enfin,
sur la diplomatique. V. Teutschland Geléhrte
d'Hamberger et de Meusel, article Adelung.
Le Mithridates, ouvrage posthume, fruit de
quinze années d'un travail assidu , devoit donner
des notions générales sur toutes les langues, et
des.textes de chacune soigneusement expliqués 5
l'auteur n'a pu achever que ce qui concerne les
langues de l'Asie et celles de l'Europe. Cette pre-
mière partie, publiée depuis peu de mois,comprend
les langues de l'Asie, au nombre de 169.
La seconde partie ne tardera pas a paroÍte;
elle embrassera toutes les langues de l'Europe.
C'est en supposant que l'ouvrage soit continué
et completté , que l'on pourra se flatter de pos-
séder en ce livre , tout ce que promet le titre, des
notions générales sur tous les' idiomes connus,
( 5 )
et le Pater en cinq cents langues ou dialectes.
Ainsi l'on auroit, en peu de volumes, des ma-
tériaux nécessaires pour résoudre le magnifique
problême que l'auteur avoit en vue : connoître
les caractères et les différences de chaque langue
pour se rendre compte de la marche qu'ont suivi
la raison et l'esprit, chez les différentes familles
humaines, pour déterminer , avec plus de cer-
titude, ou conjecturer, avec plus de probabilité,
l'origine des idiômes , et en partie, Fhiattoiredes
nations qui les parlent , ou qui les ont parlés.
Il paroît cependant qu'outre des vocabulaires
ou des essais de vocabulaires en chaque langue
ou dialecte , trois secours encore seroient dési-
rables pour créer ou rendre complète la science
comparative des idiômes de toute la terre.
Le premier consisteroit en tableaux fidèles de
toutes les intonations et articulations des langues
connues.
Le second , dans les différents alphabets de ces
mêmes langues , exactement dessinés, avec des
explications qui énonceroient , qui détermine-
roient la valeur de chaque caractère.
Le troisième , pour servir comme de contrôle,
seroit la connoissance de toutes les intonations et
articulations dont l'instrument vocal est suscep-
tible. C'est ainsi qu'aux différentes méthodes arti-
ficielles, employées dans la botanique, on aimeroit
à réunir les avantages de l'ordre naturel.
Mais ces secours , dans leur intégrité , nous
manquent, et nous manqueront toujours.
(6)
- Le premier et le deuxième , par rapport aux
langues mortes; parce qu'en général, ces langues
ont plusieurs caractères et de voyelles et de con-
sonnes, sur la valeur desquels, jusqu'ici, les plus sa-
vans n'ont pu s'accorder; et par rap port à certaines
langues de l'orient de l'Asie , parce que les ca-
ractères de ces langues sont les signes des idées)
et nullement des sons , ni des articulations , et
que, prononcés, ils donnent, en chacun de ces
idiomes f des mots tout-à-fait dissemblables pour
des idées et des signes écrits parfaitement iden-
tiques ; enfin, par rapport même aux langues vi-
vantes et dont les caractères peignent les intona-
tions et les articulations, parce que, de l'aveu conti-
nuellement répété par les éditeurs et par les in-
terprètes d'alphabets étrangers, sans en excepter
le docte William Jones, il est impossible de peindre
avec des paroles, la juste valeur de certains carac-
tères, l'intonation exacte ou l'articulation qu'ils
expriment.
Ajoutons sur la simple peinture non expliquée
des alphabets existans , que cette seule tâche ,
physiquement possible à remplir , est encore si
longue , si coûteuse et si difficile , qu'à vrai dire,
nous n'avons encore dans ce genre que des mo-
nographies. Le travail est fait avec soin, avec
succès , pour quelques idiomes; quanta la gé-
néralité des langues connues, il n'existe guère qu'un
seul ouvrage où l'on ait prétendu en recueillir les
écri tures , et ce n'est qu'un essai fort défectueux y
dont néanmoi ns les exem plaires sont excessivement

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.