Notice sur la vie de Saint Piat, martyr, patron de Seclin (par Mme Bourdon)

De
Publié par

impr. de L. Lefort (Lille). 1853. Piat, Saint. In-32, 12 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1853
Lecture(s) : 11
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

SUR LA
MARTYR,
PATRON DE SECLIN.
SUR LA
VIE DE S. PIAT
MARTYR,
PARTRON DE SECLIN.
Si la loi en Jésus-Christ et la connaissance
de sa doctrine admirable sont les plus grands
biens que l'homme ait reçus des cieux, de
quelle gratitude ne devons-nous pas être
pénétrés envers ces courageux mission-
naires , fidèles disciples du Maître céleste,
qui, au péril de leur vie, au prix de leurs
sueurs et de leur sang, nous ont apporté
les dons précieux de lá vie éternelle? Nos
ancêtres appartenaient à ces nations bar-
bares, assises à l'ombre de la mort ; ils
adoraient les puissances de l'enfer, qu'ils
nommaient leurs dieux ; leur religion était,
— 2 —
ou affreuse, ou ridicule ; leur culte, sangui-
naire ; leurs moeurs, farouches. Malheureux
sur la terre, ils avaient, en s'éloignant de la
Loi naturelle, perdu l' espoir du bonheur
éternel. Mais de saints apôtres, des prêtres
héroïques, qui pouvaient s'écrier avec le
glorieux Paul : La charité de Jésus-Christ
me presse ! se sentaient pressés de porter
à ces peuples infortunés la parole qui con-
tient le salut et la vie. Ils quittaient les
belles villes de la Grèce et de l'Italie ; ils
s'arrachaient à leurs familles, à leurs amis,
à leurs frères dans la foi ; ils venaient seuls,
sans autre défense que la Croix , exposés
tout ensemble à la fureur des proconsuls
romains qui alors commandaient dans ces
provinces, et à l'aveugle brutalité des peu-
plades à demi - barbares qu'ils voulaient
évangéliser. La mort devait être le but de
leur course ; mais cette mort, ils la dési-
— 3 —
raient; comme Jésus-Christ, ils devaient
être baptisés d'un baptême de sang, et ils
n'avaient pas de repos jusqu'à ce que cette
heure fût venue; mais avant de mourir,
ils espéraient amener au bercail du divin
Pasteur quelques-unes de ces brebis ra-
chetées à si haut prix, et auxquelles ils
étaient trop heureux de donner leur sang
et leur vie.
Saint Piat fut du nombre de ces géné-
reux athlètes ; les villes de Tournai et de
Seclin l'ont, de temps immémorial, vénéré
comme leur apôtre ; il est juste de lui con-
tinuer ce culte filial, et de redoubler d'a-
mour et de reconnaissance envers l'éloquent
apôtre, le martyr intrépide qui, le premier,
a introduit ceux dont nous tenons la vie
dans l'arche sainte, dans le port du salut,
dans l'unique et véritable Eglise de Jésus-
Christ.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.