Notice sur la vie du Gal La Fayette

Publié par

Impr. de L. Perrin (Lyon). 1829. La Fayette, Marie-Paul-Jean-Roch-Yves-Gilbert Motié, Mis de. In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : jeudi 1 janvier 1829
Lecture(s) : 0
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

NOTICE
SUR LA VIE
Nos parents nous lèguent , pour ainsi dire, notre
destinée; mais le général Lafayette fait exception
à cette règle : il est d'une naissance illustre, et il
combattit les privilèges. Les honneurs de la Cour
ne le flattèrent jamais. A seize ans, le héros dont
l'image est partout chérie, refuse ses faveurs; ce
n'était pas comme courtisan que son nom devait
voler à l'immortalité. Bientôt après cet acte de
vertu éclata la guerre de l'indépendance de l'A-
mérique. Le jeune Lafayette l'envisagea dans tous
ses heureux résultats, et il se présenta à Franklin,
arrivé en Europe pour demander du secours contre
la tyramnie anglaise. Le moment n'était pas op-
portun pour combattre pour les Américains, leur
cause était presque anéantie ; mais Lafayette était
loin de se rebuter; car, malgré tous les obstacles
que lui suscitaient les gouvernements anglais et
français qui s'efforçaient de river des fers aux na-
tions, il s'embarqua sur une frégate armée à ses
2
frais, et il débarqua à Charles-Town dans le mois
d'avril 1777. Il touchait une terre infortunée; tout
autre homme que lui, à l'aspect de tant de mal-
heurs, se serait peut-être refroidi envers la cause
la plus .sacrée,
L'homme appelé justement le héros de l'huma-
nité devait donner au monde un exemple contraire.
A peine débarqué, il se rendit aussitôt auprès du
congrès américain, lui demanda la faveur de servir
comme simple volontaire, et sous ce titre , il com-
battit quelques mois après, à la bataille de Brandy-
wine, où il fut blessé en voulant ramener à la
cb.ar.ge la brigade dont il fesait partie. Pendant qu'il
souffrait, de nouveaux périls menaçaient plus que
jamais l'indépendance américaine, et à la tête d'un
détachement de milices, il battait un corps dA'n-
glais et de Hessois supérieur en nombre. Simple
volontaire il se couvrit d'une gloire impérissable;
et, Lientôtj chargé-d'un commandement en chef
dans le nord, il n'obéit qu'à condition qu'il reste-
rait subordonné à Washington, exemple de modes-
tie trop peu connu de nos jours, comme si l'instinct
de la véritable gloire était détruit par suite des longs
despotismes qui ont successivement pesé sur les
races humaines. Sauver dans ce commandement la
vie à deux mille indépendants et leur artillerie
enveloppés par les Anglais ; plus tard se distin-
guer à la bataille de Monmouth , et partir aussitôt
pour aller couvrir la retraite de Sullivan : tels
furent les premiers travaux de Lafayette en Amé-
rique. Les remercîments du Congrès et une épée
ornée de figures allégoriques que lui remit Franklin

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.