Notice sur le général Benaïad, sa famille et son administration à Tunis

Publié par

impr. de Cosson (Paris). 1853. Benaïad, Mahmoud (18..-19.. ; général). 23 p. ; gr. in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1853
Lecture(s) : 26
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 27
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

IL
NOTICE
SUR
LE GÉNÉRAL BENAÏAD.
Paris. — Imprimerie de COSSON , rue du Four-Saint-Germain, 43.
f
1
NOTICE
SUR
LE GÉNÉRAL BENAÏAD
SA FAMILLE
Et son administration à Tunis.
PARIS
1853.
NOTICE
SUR
LE GÉNÉRAL MAHMOUD BENAÏAD
SA FAMILLE
ET SON ADMINISTRATION A TUNIS.
Un orage soudain de persécutions de toute espèce est
venu fondre tout à coup de Tunis sur le général Mahmoud
Benaïad. Par suite d'une série de mesures de colère, on
viole envers lui la foi des contrats ; on saisit ses propriétés
mobilières, on met le séquestre sur ses immeubles, on re -
tient en gage jusqu'à sa famille. Quel est le motif de tous
ces actes violents ? Le général Benaïad pourrait dire qu'il
l'ignore, car il n'a reçu directement du gouvernement tu-
nisien aucune communication.
Un premier prétexte a été articulé. On a dit d'abord
que le général Benaïad avait des comptes à régler avec le
gouvernement tunisien. Il a répondu à cette première im-
putation, et il a prouvé que son seul crime, si c'en était
un, n'est que d'être trop en règle.
Une autre accusation plus triste et encore plus grave a
été dès lors portée contre lui. Cette accusation, elle ne se
formule pas d'une façon précise et avouée. Le général Be-
naïad est réduit à l'aller ramasser dans des propos et des
insinuations plus ou moins loyales. Toutefois, elle est
d'une nature qu'un homme d'honneur doit relever, sous
quelque forme qu'elle se présente.
1
-2-
S'il fallait en croire ces diffamations, le général Benaïad
serait un de ces affranchis si fréquents dans les régions
barbaresques , dont la fortune rapide et suspecté serait
le produit des moyens les plus illicites et de la faiblesse
du gouvernement. Le général Benaïad aurait acquis les
richesses qu'il peut posséder en ruinant le Bey et la Ré-
gence , et sa fortune aurait pour cause et pour effet la
misère d'un pays dont son administration aurait accu-
mulé, entre ses mains, les dépouilles.
Le véritable crime du général Benaïad n'est point celui-
là : son crime c'est celui d'avoir transporté une partie de
sa fortune et d'avoir placé sa personne sous la protection
d'une nation qui respecte la famille et la propriété, sous la
loi de laquelle tout citoyen peut être en repos pour ses
biens, sa liberté, sa vie : le véritable crime du général
Benaïad, il est de s'être fait naturaliser français.
Toutefois, le général Benaïad doit au grand peuple qu'il
a choisi volontairement et qui volontairement l'a adopté,
tout autant qu'à son honneur, la preuve qu'en l'accueil-
lant , la France n'a reçu en lui ni un ministre concussion-
naire, ni un aventurier avide et spoliateur. Il veut aller,
de son plein gré, au devant de ces calomnies perfides et ho-
micides qui tuent l'honneur si elles ne peuvent atteindre
le corps; et dans ce but il dédie ce simple récit à ses nou-
veaux concitoyens et plus spécialement à ceux d'entre
eux qui l'ont honoré de leur amitié et de leur intérêt.
Le général Benaïad n'ignore pas qu'il va parler non-
seulement en présence des Français , mais aussi devant
l'opinion tunisienne. Chacune de ses assertions sera donc
facilement contrôlée et vérifiée ; ses ennemis auront
l'œil ouvert sur chacune d'elles. Cette certitude n'inspire
au général Benaïad que plus de confiance et de résolution,
et il provoque lui-même la discussion ou le redressement
sur tous les faits qu'on le contraint à exposer.
Ce récit pour être complet et décisif, doit embrasser
naturellement trois éléments distincts :
La famille,
La fortune,
L'administration du général Benaïad.
I.
La famille du général Mahmoud Benaïad Mobam'edj a
de temps immémorial occupé un rang considérable parmi
les Arabes dominateurs de l'Afrique ; elle faisait déjà partie
des tribus guerrières qui conquirent l'Espagne, et après
la chute de l'islamisme dans cette péninsule, elle rentra
dans la Régence de Tripoli. Elle y exerça pendant plu-
sieurs générations le pouvoir souverain, et à la suite de
guerres intestines, elle se retira dans les montagnes de
cette Régence d'où, à la tête de tribus nombreuses, elle
continua à faire la guerre au pouvoir tripolitain. L'histo-
rien arabe des Berbers , Ibn Kaldoun, constate plusieurs
fois dans son livre l'éclat et l'importance de cette famille
parmi ces évènements du passé. Après des luttes achar-
nées, la famille Benaïad fit la paix avec Tripoli à l'avène-
ment de la famille Caramanli; et de ce moment, elle exerça
sur le gouvernement tripolitain une influence qui allait
jusqu'à donner aux souverains de cette contrée, au mo-
ment de leur avènement, une sorte d'investiture. Elle
profita de cette paix pour faire des entreprises exté-
rieures, et s'empara de l'île de Djerbi en un temps qui
remonte à 160 ans de notre époque. Quoique dépendant
nominalement de Tripoli, elle y jouit d'une véritable indé-
pendance , relevant directement du sultan de Constan-
tinople, auquel elle payait un tribut annuel de 10,000
piastres.
Dans le siècle dernier, les Beys de Tunis attaquèrent
- h -
l'île de Djerbi qu'ils voulaient adjoindre à leurs États. La
résistance fut longue et vive ; mais enfin les aïeux du
général se soumirent, consentirent à reconnaître la domi-
nation des Beys et à leur payer un tribut de 10,000 pias-
tres à la condition que rien ne serait changé dans la posi-
tion de leur famille, et qu'ils resteraient gouverneurs hé-
réditaires de Djerbi.
Ils payèrent dès-lors deuxtributs : l'un à Tunis, l'autre
à Constantinople.
Ce gouvernement attaché si longtemps à la famille du
général Benaïad, il vient de lui être enlevé par le Bey.
Telle est l'origine de l'introduction de la famille Be-
naïad parmi les populations obéissant aux Beys de Tunis.
Cette famille, on le voit, était déjà considérable, puissante,
opulente ; elle comptait des princes parmi ses ancêtres.
Par le pouvoir qu'elle avait conservé, par le rôle qui lui
appartenait, elle devait se placer à Tunis dans une position
d'une grande importance. C'est ce qui eut lieu. A son gou-
vernement de Djerbi, les Beys ajoutèrent bientôt d'autres
gouvernements de provinces, et la famille Benaïad eut
occasion, plus d'une fois et dans les circonstances les plus
critiques, de prouver à ses princes sa fidélité et son dé-
voûment.
Le général Benaïad pense qu'il n'est pas indifférent à
son sujet d'en citer quelques exemples :
L'un des aïeux du Bey régnant avait été chassé de Tu-
nis par une conspiration de famille. Il se réfugia à Alger,
où, après avoir langui de nombreuses années, il finit par
obtenir du Dey une armée qui le remit en possession de
ses États ; mais son trésor était épuisé. Il ne pouvait
faire face aux exigences de ses alliés, et un jour, las-
sés d'attendre, les chefs de l'armée algérienne vinrent lui
signifier au milieu de sa cour, qu'ils avaient résolu ou
d'obtenir le paiement qui leur était du, ou de le rame-
— 5 —
ner à Alger comme leur gage. Le malheureux prince se
désespérait; il n'avait ni crédit, ni argent : Qui donc me
sauvera, s'écriait-il dans son angoisse ! L'oncle du général
Benaïad, Hadgj-Aly Benaïad était présent : Moi, ré-
pondit-il. — Insensé, où trouveras tu tant d'argent? —
Combien vous faut-il? — Il fallait quatre millions. —
Hader hache, je suis prêt, répliqua Hadgj-Aly; et il versa
immédiatement l'énorme somme nécessaire pour délivrer
le pays du poids de cette occupation.
Le jour du départ de l'armée algérienne, une illumina-
tion générale célébra la générosité d'Hadgj-Aly et la déli-
vrance de la ville; et la reconnaissance du peuple décerna
au libérateur le surnom du met qu'il avait prononcé, en
faisant son offrande, et qui fut désormais son nom : Hader
hache, je suis prêt.
A l'avènement du prédécesseur du Bey, les finances de
l'État, par une habitude assez constante, étaient dans l'é-
tat le plus désastreux. Le père du général Benaïad porta
spontanément au trésor une somme de 800,000 francs
dont il fit don au Bey. »
Sous le règne du Bey actuel, il fit construire à ses dé-
pens un bateau à vapeur qui lui coûta 300,000 francs ; et,
après l'avoir complètement équipé, il en fit hommage à
ce prince. Ce même personnage a été investi de deux am-
bassadesextraordinaires auprès du gouvernement français,
l'une en 1830, l'autre en 18kk. Il y déploya une magni-
ficence dont on pourra juger par un seul acte. Il fit verser
à son arrivée 10,000 francs entre les mains du curé de la
Madeleine pour les pauvres de Paris; mais il ne voulut
pas souffrir que le Bey participât aux dépenses énormes de
cette double ambassade ; il en affranchit le trésor tuni-
sien et en supporta tous les frais.
Le général Benaïad lui-même a imité cet exemple pa-
ternel : c'est un fait qu'il rappelle sans y insister, unique-
2
— 6 —
ment pour montrer quelles sont les traditions de sa famille,
et comment tous ses membres savent les conserver.
Sans aller plus loin, et sans charger ce court écrit de
détails superflus, le général Benaïad pense en avoir assez
dit pour démontrer que son origine, les antécédents,
l'antiquité et l'importance de sa famille peuvent déjà
expliquer et justifier cette fortune par laquelle on a voulu
le rendre suspect.
Il ne se contente pas de cette première preuve ; il en-
tend détruire jusqu'au germe, jusqu'au prétexte d'une
noire calomnie.
II.
Par les détails précédents on peut se faire une idée de
la fortune patrimoniale qui attendait le général Benaïad.
Un évènement de famille tout intime et qu'il n'aurait
pas révélé sans les tristes circonstances où il se trouve,
peut donner une mesure de cette fortune. Lorsque le gé-
néral fut en âge d'entrer dans le monde des affaires, sa
mère l'appela auprès d'elle pour lui donner une réserve
qu'elle avait accumulé sur ses biens personnels.
C'était un sachet renfermant des pierreries pour une
valeur de 10 millions.
Les domaines qu'ils a reçus de ses pères sont si consi-
dérables qu'en dehors des terres arables, vignes et habi-
tations on y comptait plus de 500,000 pieds d'oliviers qui,
au prix de 25 piastres par olivier, forment à eux seuls une
valeur de 12 millions 1/2 de piastres.
Le produit des oliviers n'est pas la seule richesse de la
terre tunisienne. Les datiers y sont d'un produit encore
plus important. Il est impossible au général Benaïad de
donner le chiffre exact des arbres de cette espèce qui cou-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.