Nouveaux détails de la guerre 1870-1871. Crimes, cruautés, infamies et barbaries des Prussiens. Héroïsme d'une jeune fille franc-tireur . (Signé : Vallette.)

De
Publié par

Valette fils (Lyon). 1871. In-8°. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : dimanche 1 janvier 1871
Lecture(s) : 13
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

NOUVEAUX DÉTAILS
DE LA
GlïKRRIv
- 1 t
1870-1871
ftIIES, CRUAUTÉS, INFAMIES ET BARBARIES
DES PRUSSIENS
HÉROÏSME
D'UNE JEUNE FILLE FRANC.TIREUR
1 ̃
PRIX : CENTIMES
- ca.. Tiii"
, EN-VENTE
( - CHEZ VALETTE FILS, A LYON.
GUERRE 1870-1871.
-OOOl(S>-
Véritablement nos désastres sont épouvantables et
pour retrouver quelque chose de semblable dans l'hisloiMH
nous sommes obligés de remonter jusqu'aux invasions du
quatrième siècle. Les Huns ne commettaient pas plus de
dévastations et d'atrocités que les soldats de Guillaume.
Quel que soit notre douleur à retracer ces lamentables
et épouvantables tableaux c'est notre devoir de recueillir
tous les faits authentiques, afin d'en former le sanglant
dossier des Prussiens.
Dans leurs sauvages exécutions contre les malheureux
campagnards, les Prussiens ont toujours donné tantôt un
motif, tantôt l'autre : on avait tué des prisonniers, tiré sur
leurs troupes, donné asile aux francs-tireurs, etc.
Les documents suivants, publiés par le Bulletin
officiel, donneront la mesure du crédit que l'on peut
accorder aux affirmations des Prussiens.
Dans la nuit du 8 au 9 octobre dernier, un détache-
ment des francs-tireurs de Paris, composé de 126 hommes,
attaqua, sous les ordres du chef de ce corps, le village
d'Ablis, canton de Dourdan (Seine-et-Oise), occupé par
deux escadrons du 16e régiment de hussards de SIeswig
Holstein et deux compagnies d'infanterie bavaroise. Après
avoir enlevé d'assaut les barricades élevées dans les rues
par l'ennemi et tué presque tous les officiers Allemands,
notamment un chef d'escadron, les francs-tireurs se retirè-
rent en emmenant 69 prisonniers.
Dès le lendemain, les Allemands revinrent en force et
leur général, sous prétexte que trois des cavaliers faits

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.