Nouvelles sur le sentiment amoureux

De
Publié par

«N'est-ce pas quelque chose que vous avez déjà vécu? Vous éprouvez soudain pour quelqu'un ce qu'on peut appeler un sentiment amoureux et il faudrait, pour que cette petite exaltation se transforme en une relation, que vous y mettiez un peu du vôtre ; or, au moment où il convient que vous soyez le plus présent à la situation, quelque chose vous en distrait. Je ne sais pas moi, une pensée, un souvenir, quelqu'un qui passe, ou tout simplement le combat que mènent en vous Timidité et Hardiesse, Désir et Inquiétude, Fougue et Paresse. Mais d'où nous vient cette propension à l'esquive?» Christine Montalbetti.
Publié le : mardi 16 février 2010
Lecture(s) : 53
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782846824118
Nombre de pages : 159
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Nouvelles sur le sentiment amoureux
DU MÊME AUTEUR
Chez le même éditeur
Sa fable achevée, Simon sort dans la bruine, 2001 L’Origine de l’homme, 2002 Expérience de la campagne, 2005 Western, 2005
Christine Montalbetti
Nouvelles sur le sentiment amoureux
P.O.L e 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6
© P.O.L éditeur, 2007 ISBN : 978-2-84682-173-5
www.pol-editeur.fr
UN DUEL
Soyons honnête, Jalil n’a aucune peine à nommer l’émotion qui le traverse. Il s’adresse la parole en son for intérieur, comme il en a l’habitude, ainsi que deux amis entre eux le feraient, l’un confiant ses symptômes, et l’autre établissant son diagnostic, le plus scrupuleusement qu’il peut. D’ordinaire, sa propension naturelle à la pru-dence le conduit, chaque fois que son opinion est sollici-tée, y compris par lui-même, à réclamer toutes sortes de délais avant de prononcer son jugement, lequel ne trouve à se formuler qu’à la condition de cent précautions de lan-gage, par où il insiste sur le fait que ce n’est jamais là qu’un point de vue, éminemment révisable et toujours suscep-tible de contradiction. Mais aujourd’hui, il peut bien se répondre avec aisance. Tandis qu’il officie alternativement dans les deux rôles, celui de qui se répand dans l’exposé de ses incertitudes et celui de qui prête à cet exposé son oreille indulgente avant de distiller quelques commentaires
9
NOUVELLES SUR LE SENTIMENT AMOUREUX
(en la circonstance, soucieux surtout de se montrer qu’il ne se perd pas de vue, que, dans ce moment délicat, il est à lui-même son propre soutien, inénarrable acolyte toujours prêt à se seconder, s’offrant bras charitable et le concours de cette parole attentive), il ne lui est pas difficile de conclure, avec une sorte de condescendance enjouée, que c’est là, face à cette femme avec laquelle il s’est assis un peu à l’écart de la réception (la scène se passe en un coin retiré du jardin où, pour vous situer les choses, il lui a pro-posé, la croisant en compagnie d’amis communs, de s’iso-ler un instant de ces moments collectifs pour boire un verre en duo), disons le mot, de la timidité.
Cette timidité, pour surprenante qu’elle lui paraisse, n’est pourtant pas inédite. Car voilà qu’elle remue en lui la mémoire de timidités très anciennes, et qui n’ont pas de visage, qui se présentent à lui sous une forme abstraite, sous la forme pure de l’émotion en quoi elles ont consisté. Ce sont là des timidités si lointaines, si floues, si fanto-matiques, des timidités fluettes et rares, dont le spectre fré-mit à peine. Ce frémissement vient juste lui chatouiller doucement les entrailles. Ce sont (pour vous expliquer) des elfes, des farfadets, des revenants délicats et joueurs, indéfinis, longilignes, sans pesanteur, dont le drapé pellucide le frôle dans les mouvements imperceptibles qu’ils font. Ces apparitions sont si imprécises qu’il ne s’agit même pas exactement de mémoire, mais plutôt d’une reconnais-sance, du savoir un peu général qu’une telle sensation l’a déjà innervé, autrefois, à quelques reprises, sans qu’il se
1
0
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant