Numa Pompilius au palais des Tuileries , hommage à l'occasion de la naissance de S. M. le Roi de Rome, par A.-A.-F. Pillon-Duchemin,...

De
Publié par

J.-B. Hautecoeur (Paris). 1811. 11 p. ; in-4.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mardi 1 janvier 1811
Lecture(s) : 2
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

NUMA-POMPILIUS
AU PALAIS DES TUILERIES.
Cflra Deûm soboles!
OALUT, jours fortunés consacrés au dieu Mars !
Non, jamais le retour de la saison nouvelle ,
De plus d'appas orné, n'offrit à nos regards
De spectacle aussi doux, ni de fête plus belle!
Salut présage heureux d'une paix éternelle !
Tandis qu'en ces jardins par le Nôtre embellis ,
Chaque jour, accourant, le peuple de Paris
Par mille cris d'amour montrait son alégresse ,
Et que les coeurs français volaient de toutes parts
Sur les pas adorés d'une auguste Princesse,
Alliant la douceur, la grâce enchanteresse,
A la noble fierté de l'aigle des Césars ;
Des Français, des Romains partageant l'espérance,
J'admirais le génie, âme de ce concours :
Doublant encor l'éclat de ces premiers beaux jours,
Et saluant, au nom de Rome et de la France,
(4)
Le plus joli bouton qu'ait offert le printems,
J'associais mon coeur à tous les coeurs contens !
Je hâtais par mes voeux la superbe journée
Où de NAPOLÉON l'épouse fortunée,
Mêlant à ses lauriers la plus charmante fleur,
Allait du roi des rois étendre le bonheur !
Du Héros qui remplit l'univers de sa gloire
Je relisais alors les faits miraculeux ;
Je mouillais de mes pleurs ces pages où l'histoire
Burine les leçons de nos derniers neveux ;
Et j'y voyais toujours présens à ma mémoire
Ces champs de l'Allemagne où son coeur généreux ,
Sur les mêmes lauriers conquis par la Victoire,
Voulut faire germer l'olivier de la paix !
Mémorable journée !... Oui, disait ce grand homme,
Il faut éterniser le bonheur des Français ;
Que Vienne et que Paris, pour la splendeur de Rome,
Par des liens d'amour désormais soient unis!
Il a dit, et soudain la trompette guerrière
Par des accens plus doux donne à l'Europe entière
Le signal du plaisir!... De deux peuples amis
Alliant à jamais les aigles triomphantes,
La fille des Césars a de ses mains charmantes
Fixé leur destinée, et resserré leurs noeuds.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.