Observations du sieur Travenol, pensionnaire de l'Académie royale de musique, sur les frivoles motifs du refus que fait le sieur Joliveau, caissier de ladite Académie, de lui payer sa pension, adressées à Mgr le Cte de S. Florentin, ministre et secrétaire d'État

De
Publié par

impr. de Didot ((Paris,)). 1761. In-8° , 13 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : jeudi 1 janvier 1761
Lecture(s) : 7
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

OBSERVATIONS
Du SIEUR TRAVENOL,
Pensionnaire de l'Académie
Royale de Musique,
Sur les frivoles motifs du refus que
fait le SIEUR JOLIVEAU , Caisses
de ladite Académie, de lui payer
la pension.
À DR ESSÈES
A MONSEIGNEUR LE COMTE
DES. FLORENTIN,
MINISTRE ET SÉCRÉTAIRE D'ÉTAT
A
MONSEIGNEUR,
MONSEIGNEUR LE COMTE
DE S.FLORENTIN,
MINISTRE ET SÉCRÉTAIRE D'ÉTAT.
O TOI que la Raison éclaire ;
Ministre vigilant, sage , laborieux :
Esprit né pour la Cour ; & maître en l' Art de plaire ,
Sur cet Ecrit, SEIGNEUR, daigne jetter les yeux;
Vois cher Ami de Polymnie ,
Que Thémis toujours inspira,
Vois jusqu'où va la tyrannie
Du Caissier de notre Opera.
TRAVENOL.
Despreaux , Epître V.
OBSERVATIONS
Du SIEUR. TR. AVENOL, Pensionnaire
de l'Académie Royale de Musique.
Sur les frivoles motifs du refus que fait
le SIEUR JOLIVEAU , Caissier de
ladite Académie, de lui payer sa
Pension.
J E fuis plus malheureux qu'un autre. Il sem-
ble que les ressources les plus certaines, les
mieux fondées, se refusent à moi ; & l'on
diroit, que les Privilèges les plus autentiques,
les plus solemnels, doivent disparaître , dès
qu'il s'agit de les employer en ma faveur.
Je fuis entré à l'Académie Royale de Musi-
que , il y a plus de vingt années. On peut y
acquérir de la Gloire : il n'est: pas possible de
s'y former une fortune , les Appointemens ,
fur-tout pour l'Orchestre , font trop modi-
ques. Après ce long service , j'ai été mis à la
Pension. Elle est: de trois cens cinquante li-
vres j & c'est toute ma ressource, pour foute-
À;
nir ma vieillesse, mes infirmités, & une soeur
plus âgée que moi, & dont la santé n'est pas
meilleure que la mienne. Qui pourroit m'en-
vier cette foible ressource ? Je ne l'ai acquise
que par vingt années du travail le plus péni-
ble & le plus assidu.
Cette modique ressource doit du moins res-
ter dans son entier. Elle est destinée aux ali-
mens des personnes qui ont sacrifié leur jeu-
nesse à l'exercice , & au service pour la repré-
sentation du Spectacle de l'Opera.
Un Arrêt du Conseil, du 6 Août 1745 ,
rendu sur la Requête du Directeur de l'Opera,
ordonne, que ces PENSIONS , ainsi que les
Appointemens des Acteurs , Actrices , SYM-
PHONISTES , & autres personnes employées à
l' Académie Royale de Musique , ne pourront
être saisies par leurs Créanciers , pour quelque
cause que ce soit. SA MA JE STÉ veut , que
nonobstant toutes saisies faites ou à faire ,
qu'elle déclare nulles , & de nul effet, le Caissier
de ladite Académie ,paye & vuide ses mains de
ce qu'il doit , ou devra ci-après ausdits Acteurs,
Actrices, SYMPHONISTES & autres Employés
au service de ladite Académie , quoi faisant, il
en sera bien & valablement déchargé.
Cette Loi est publique : c'est le Privilege
de l'Académie Royale de Musique. Il a été

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.