Observations nouvelles sur le quina Laroche... par le Dr Anselmier... Nouvelle édition

De
Publié par

F. Savy (Paris). 1867. In-8° . Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mardi 1 janvier 1867
Lecture(s) : 13
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

OBSERVATIONS NOUVELLES:
SUR LE
QUiNA LAROCHE
.^lpBJfli)H?MPLET DES TROIS'SORTES BE QUINQUINA.;
PAR
Le Docteur AN SEL M 1ER
Ex-Chirurgien à l'hôpital de Lyon,
Ex-Médecin à l'hôpital du Gros-Gailbu.
NOUVELLE ÉDITION
PARIS
CHEZ F. SAVY, LIBRAIRE-ÉDITEUR
RUE HAUTEFEUILLE, 24
18G9
CETTE PRÉPARATION se trouve dans toutes les bonnes phar-
macies de France et de l'étranger.
Dépôt à PARIS, 15, rue Drouot.
NOUVELLES OBSERVATIONS CLINIQUES
SUR LE QUINA LAROCHE
Par le »r ANSEUUIER (1)
DES EXTRAITS COMPLETS, ET SPÉCIALEMENT DE L'EXTRAIT
COMPLET DE QUINQUINA
L'idée de concentrer les principes spéciaux et utiles des
plantes médicinales, de manière à en faciliter l'administration
aux. malades, a été poursuivie dès la plus haute antiquité.
L'eau, le vin et le vinaigre furent les premiers dissolvants em-
ployés à la préparation des extraits; l'alcool et l'éther fourni-
rent au siècle dernier de nouveaux moyens d'extraction et de
nouvelles séries de médicaments de premier ordre.
A notre époque les extraits com-phts, c'est-à-dire les extraits
qui représentent à l'analyse, à part les fibres, la totalité des
principes solubles des radicaux, sont devenus de nouvelles
armes pour ia thérapeutique, et leur importance paraît plus
grande encore.
\jextrait complet de quinquina, ou Quina Laroche, a déjà
valu à son auteur, M. Laroche, les éloges les plus flatteurs.
Nous avons dit de cette préparation dans notre précédent mé-
moire : « Aucune préparation officinale, si ce n'est cet extrait,
« ne représente mieux le quinquina en nature ; c'est la rèu-
« nion des plus précieux alcaloïdes, des matières résineuses
« et du tannin, substances auxquelles l'écorce du Pérou doit
« ses propriétés fébrifuges, toniques et antiseptiques, et reste
« dans la thérapeutique un remède incomparable. »
En effet, depuis les belles et savantes recherches de MM. Pel-
letier et Caventou et la découverte des sels quiniques, l'expé-
rimentation a révélé les effets propres de ces grands modifica-
teurs, selon qu'ils sont employés purs ou associés aux autres
principes. Plus d'une fois, en présence de tentatives infructueu-
ses, on s'était pris à douter de l'efficacité souveraine du quin-
quina et à craindre que ce prétendu remède héroïque n'eût
perdu de ses merveilleuses propriétés d'autrefois. Biais, lors-
qu'on s'aperçut qu'il ne fallait pas demander à la quinine ce
(•1) Mémoire.à l'Académie, de Médecine de Paris.
qu'il appartient le plus souvent au quinquina seul de donner,
on revint plus souvent aux extraits, à la poudre et au vin.
M. Mialhe, en signalant le quinquina en nature comme gué-
rissant mieux certaines fièvres intermittentes que la quinine
et son sulfate, croit à une simple question de solubilité et
d'absorption.
Sous un autre rapport, nous applaudissons à l'association
des nombreux principes du quinquina ; nous voulons parler
de la tolérance du médicament par nos organes d'absorption.
MM. Trousseau et ViàouxÇTrailé de matière médicale) signa-
lent le sulfate de quinine « comme beaucoup plus irritant que
t le quinquina, d'abord à cause de sa plus grande solubilité,
« ensuite parce qu'il n'a pas de correctif, savoir, le tannin :
« aussi provoque-t-il des gastrites chroniques et la diarrhée
c beaucoup plus souvent que le quinquina. »
En résumé, l'administration du quinquina dans tous les
éléments présente une efficacité plus constante et une plus
grande tolérance de la part de nos organes d'absorption; la
forme à'Élixir en fait un reinôde agréable au goût, et apte à
recevoir en mélange soit l'iode., soit le fer; enfin Y absinthe ou
le café., dont les propriétés nombreuses s'ajoutent à celles du
quinquina, et en marquent le goût spécial.
Nous avons cité dans notre précédent mémoire quelques-unes
des observations de malades inutilement traités par les sels
quiniques, et rapidement guéris par le Quina Laroche. Nous
avons montré l'efficacité de l'extrait complet de quinquina
comme fébrifuge, et la place importante qui lui est réservée
dans le traitement des fièvres d'accès.
Dans les observations nouvelles que nous allons rapporter,
nous insisterons de nouveau sur les bons résultats que l'on
peut obtenir de cette préparation comme tonique reconstituant
dans la convalescence des maladies graves, dans les circons-
tances où la quinine est nuisible ou sans action, alors que
l'organisme est épuisé; ces observations nous ont semblé de
nature à intéresser le lecteur.
OBSERVATION I
Rachitisme et tuberculisation osseuse chez un enfant de quinze ans. Mal de
Pott datant de six ans. — Traitement parl'iodure de potassium et le Quin-
quina Laroche. — Guérison.
Nous fûmes appelé, en 1860, à voir, rue Neuve-Coqucnard,
le jeune D..., âgé de 1b ans, malade depuis 6 ans et paralysé
des membres tant inférieurs que supérieurs. Ses parents nous
apprirent qu'il s'était bien porté jusqu'à l'âge de 9 ans, quoi-
qu'il fût resté petit pour son âge. Alors et sans qu'ils aient su
à quoi l'attribuer, l'enfant s'était plaint de ne pouvoir marcher
sans boiter et s'était affaibli. Toutes les articulations des mem-
bres étaient devenues volumineuses, et, en plusieurs endroits,
il s'était formé des abcès qui, une fois ouverts, ne se guéris-
saient qu'après des années; à d'autres endroits, il s'en était
produit de nouveaux ainsi depuis 6 ans; il en était résulté un
affaiblissement excessif et la paralysie. Ils me dirent que les
médecins qui l'avaient soigné ne leur avaient laissé aucun espoir;
que la diarrhée finale prévue par les médecins s'était mani-
festée depuis quelques jours, mais qu'ils ne voulaient pas laisser
mourir leur enfant sans faire encore un effort pour le guérir.
Le malade est couché dans un petit lit qu'il n'a pas quitté
depuis S ans, et où il s'est logé dans une excavation formée par
l'abaissement de la paillasse, des oreillers, des couvertures et
un grand nombre de pièces de linge. Il est paralysé des mem-
bres, mais des mouvements seulement, sentant fort bien où on
le touche, et comment on le touche. Les deux jambes à demi
fléchies sur les cuisses, et celles-ci sur le bassin, sont croisées
l'une sur l'autre en adduction.
Le long de la colonne vertébrale, il s'est successivement
formé 5 abcès, dont deux dans la région cervicale ; ils sont
encore en pleine suppuration; les autres sont cicatrisés. On
observe également des cicatrices d'abcès aux deux pieds, les
unes dans la région tarsienne droite, les autres à divers os
du métatarse gauche. Aux membres supérieurs, je constate
également un abcès en suppuration à l'extrémité inférieure
du radius gauche et au 2e métacarpien du même côté; au
bras droit, 6 abcès en diverses régions, les uns cicatrisés avec
déformations plus ou moins profondes des formes osseuses,
les autres encore en suppuration.
Il s'est formé de plus une déviation vertébrale dans la région
dorsale au niveau de la 6e dorsale à concavité gauche, et une
inverse dans la région lombaire à concavité droite. Les dents
ont également subi une importante atteinte; elles sont" toutes,
sans exception, coupées au niveau des gencives, et les deux
maxillaires, en se rapprochant, donnent à la face de cet enfant
l'expression des vieillards, et un petit air de malice, en rapport
d'ailleurs avec son intelligence qui est développée et enjouée.
La maigreur est excessive, la peau jaune, sale et terreuse;
l'enfant a faim et mange; mais, depuis quelques jours, il a des
coliques et de la diarrhée. Le pouls est petit, mais d'une cer-
taine résistance; la langue est étroite et un peu rouge. Il n'y
a pas de toux et l'auscultation ne révèle aucune trace de tuber-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.