Observations sur le projet de décret du comité d'agriculture et de commerce, relativement aux toiles et dentelles, par les négocians de Paris ([Reprod.])

Publié par

de l'Impr. nationale (Paris). 1790. 1 microfiche ; 105*148 mm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : vendredi 1 janvier 1790
Lecture(s) : 3
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

THEFRENCHREVOLUTION
RESEARCH COLLECTION
LES ARCHIVES DE Il
REVOLUTION FRANÇAISE
du Comité
d' AgriÔtdture et de Commerce, relati-
vement aux Toiles ~eiù Dentelles par
les Négocions de Paris.
A P AIÎ S,
DE L'IMPRIMERIE NATIONALE.
̃ 1 7 9 q.
A i
OBSERVATIONS
Sitr le projet de Décret du Comité
d'Agriculture et de Commerce, re-
Toiles et Dentelles,
par les Négocians de Paris.
LE système de la liberté indéfinie du com-
merce si séduisant, si convenable à une na-
tion riche puissante qui veut être Ubre
ce système dont les différents travaux de
l'Assemblée nationale paroissoient amener
et faciliter l'exécution n'est pas adopté par
le comité d'agriculture et de commerce. Il
a préféré l'ancien régime des tarifs, et s'est
contenté de réformer ceux en usage sur l'im-
portation et l'exportation des marchandises
et denrées eniin, il y a joint quelques lois
prohibitives. Sans dôuje la belle question
des défenseurs elle aura des protecteurs
dans l'Assemblée des législateurs et si »
dans des circonstances aussi favorables pour
l'établir, on renonce aux avantages multi-
pliés qui doivent en découler pour l'aïtg-
mentation de la richesse nationale, c'est qu'il
sera démontré que ses nombreux partisans
sont dans l'erreur.
L'objet de ce mémoire est de réclamer
contre le droit prohibitif imposé sur les
dentelles et toiles étrangères par le pro-
jet de tarif joint au travail du comité sur
le reculeraient des barrières.
Le motif qui paroît avoir déterminé le
comité à gêner l'introduction, des dentelles
de fil étrangères est que. nos propres fa-
briques peuvent suffire à notre consomma-
tion, et qu'elles doivent être encouragées.
Sans entrer dans des détails actuellement
généralement connus sur l'utilité ou le
danger du commerce de luxe pour les grands
états, qui ayant beaucoup à vendre, au..
dehors ,so»t par celq môme dans l'obliga-
(5)
A1
de fait à relever.' Il est constant que ta.
dentelle, fabriquée à Bruxelles, Mal i nés
Anvers et dans les environs
manufacture rivale en France, hi pour la
perfection, ni même pour l'espèce. Elle Me
nuit donc point à aucun établissement da
nifimi: genre -(premier et principal objet d.3
considération) etau contraire,
rapports son introduction est 'utile au
fléchisse sur la nature <l<\> choses, on rc-
connottra que les fabriques nationales ne
peuvent que perdre à la proscription des
est si puissant en cette majore a divise l'an-
née entre les différentes espèces de de-n telles.
L'hiver est réservé aux dentelles de'ï-Yaiïà»
l'été à celles de Bruxelles et elles se parta-
gent
On ne craint point d'être 'démenti 'dans cette
assertion par les manufacturiers
leur consommation diminuera 'si Ton cesse
de porter les de/itelles et angères. Le public
s'accoutumera facilement à se passer toute

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.