Opinion de M. Périsse Duluc, député de Lyon à l'Assemblée nationale, sur le papier-monnoie ou papier forcé en circulation, sans caisse ouverte : du 2 avril 1790 ([Reprod.]) / [à l'Assemblée nationale]

De
Publié par

[s.n.]. 1790. Papier-monnaie -- France -- 1789-1815 -- Ouvrages avant 1800. 1 microfiche ; 105*148 mm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : vendredi 1 janvier 1790
Lecture(s) : 18
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 31
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

DE M. PERI S, SE DU
Député de Lyon à l'Assemblée Nationale »
Sur à
sans Casse ouveifw
Du
A 2:
Députe de Lyon à
I. Une grande question, Messieurs, 'Va
devant vous. Les assignats .que vous.. ;2Éyç;6:
décrétés seront-ils forcés dans la circulation ?̃ L'iii»;1
térêt particulier de quelques créanciers -de Tétât;
le leur fait demander à grands cris mais lintérêt..
public, celui de la nation entière. semble
reperusser cette forme inique et
Du parti que vous prendrez,,
messieurs, va dépendre sans doute la durée' de
la constitution, le salut de l'état, le bonheur du
peuple Je vous supplie de
quelque attention dans mon
discours toute la précision que l'importance de.
l'objet pourra me permettre..
messieurs, il est dangereux ta
me semble, à la
ou parlé jus<[iûi
ou .papier
ne pas tomber dans cette erreur»
'4. Deux causes principales, riais tout
le
ment à la création d'un
rareté du numéraire elles
deux causes
sans l'autre et toutes dem cnu-mbllf,,
n'ayant pas les mimes principe'
avoir les mêmes résultats, et nous devons r.vitei
avec soin -de les confondre dans la discussion.
')• Le il a des besoins,
ses revenus actuels possibles
dépenses actuelles nécessaires.
6. Le numéraire est rare dans un état lorsque
par les effets de la balance 'In o m c il n ̃"
est pas aussi abondant que da' r I
et qu'on s'y trouve
commerciaux à une qui
considérablement
Le numéraire est-encore rare ihns uitf
contrée, lorsqu'aprl-s ravoir 'nui
A
arrive une diminution on
rement, tel que la de
ne se trouve
denrées et des salaires.
vices se soit rapproché chi
réelle, on y manque d'espèces pour vendre et
acheter, et pour
<r! numéraire est r, ( lorsque des
des fléaux désastreux, une disette } l'ncifiL
révolutions politiques, ou le défunt «11 citcuU
tïon le prix des denrées; lot >e{iie de
grands revers dans le commerce et dans
principales maisons de banque < au .< nt nue dé-
fiance générale et portent les i
serrer leur argent
i). U est bien évident, messieurs
émission de papier-monnoie, pour itinubei A la
rareté du numéraire, auroit ces' diverses
.suppositiors, des effets tout même
opposés; que dans tel cas, cette
exporter plus promptement l'espèce; que
dans celui-ci, elle !le le haut prix des'
denrées, en multipliant pour les les
io. Si l'on
y avoir de
en quelque petite
qu'alors l'argent et
leur égalercbijve, et rfit'on y athpîpioil une f)lu<i
(le denrées ou terre
avec moins li'a'-i'nirfju'ailleurj,
miner les effets que poiirroi<nty
émission quelconque de
tons nos observerions sur les ciicoastaiii-cs qui
dans les corps politiques ont le plus de rapport
celles où nous nous trouvons.
IL Nous avons dit que la rareté clfl luraérain:
ayoit lieu dans un état, lorsque ses 1 apports
commerciaux étoient, tels avec, les contrées Vol-
îion de marchandises beaucoup plus
voir disparaître de son sein toutes les
numéraire seroit toujours en raison égale de
dent d'importation des marchandises»
A 4,.
évident que le seul
csf le même qifempîoieroit un homme prudent
et dans
de rédiiire ses consommations
passer de marchandises étrangères, Sort
luxe ou le diriger sur les productions
enfin vendre plus et moins
négligeoitde recourir à
moyens salutaires, il en résulteioit bientôt de
plusgrandes privations eneçre,pnrice<{ue
tation presque totale des espèces. le
merce étranger, ne laisseroït bientôt jhIks à (le
même commerce aucun moyen de continuer l'im-
portation de ses, marchandises, qu'on ne seroit
plus en état de lui payer. Eh qui ne voit qu'alors
cette nation imprudente se déjà sur
les bords du précipice ?
1:3. Mais, si dans cette situation alternante
1 administration, au lien de resserrer les
de In consommation et de l'importation des rnar^
ration; si ce n'est de procurer par-la
de matières d'or et
encore disponible car le papitr-nennoie fournis*
sanf iUi prr,j-îT;iy
commerce
ploi de l'argent pour la con'inu.'tion du
d'importation étrangère, lequel
pour le négociant ne (Vioil qiifii j i v
espèces, la pénurie nationale, ce
il ne restât pas dans l'état un '-ni eut,
si ce fatal papier se trouvoiî divise en
sections de 1.2 ou de 24 livres
Cest-là sous certains point?
de la position de la de Eau»
relativement aux billets de la caisse d'escompte,
sans caisse ouverte. Car il est
eu la aura un
de ses opérations <\s comment
tout le temps que le papier se cnunidii
lors r?giofage ne mettra en
«i;tiî-> tous les cas où là vareu*
Sa balance du commerce avec l'étranger,
une adminisfivtion
coiui un¡, de
la de et plonge le peuple dans la
16. encore si, dans cette situa-
Je gouverncrntnt
besoins des emprunts onéreux chez
puisqi.'alors
celui de l'excédent' de le
commerce c.unuuir bien
̃ promptciritnl encore les ces d'ur et d'argent,
lesquelles ct«nt en Concours avec Je papiet-
moins utiles au
térieur. Alois ces itnpriidens
scroient-ili» pas, en effet, dans le menu; cas de
celui qui usurier à
que messieurs, du
ront pas à des
(les
étrangles, de
iP. Nous devons cherche?
être
p i ^r mviinr.o, dans un eu la
on Il'
m rcî J; la nnii-vaiAC volonté
de ceux qui auraient les car
~j j un
les
ni il
F». Ci' jk' qui [îropo1!
.( Il )
pondrai par les réflexions subvîntes.
Lorsque la rareté du numéraire provient
d'un défaut de confiance,
source ou dans te état du
et la riiCuhiHMi » on la
l'étendue tics iiiiUiîes ou
{(olititji'cs ou dans les
librement des finances de
commotions qui onî. t branlé îcs
sons de banque. Or, je
rémission du papief-monnoie on
avoir détruit ces causes du discrédit
rétablir la confiance qui a fait
leurs réelles
il. N'est-il pas évident au contraire que le
papier-rnonnoie produiront un eflet tout opposé,
puisqu'en de l'incertitude $1.11:' les rem-
boursemens effectifs il accroitroit la
qu'il attacher oit davantage aux espèces ceux,
̃ qui les auroient en leur pouvoir, qu'il mettrait
ainsi de plus grands obstacles au commerce
aux ventes cL achats, et à toute
i
mauvaise des des
t ligues de ceux qui en
quantité dans leurs mains, les
du papier monnoie bien
encore, puisque on foui»
niroit un moyen de payer
et. même de faite des emprunts à low
ferme en avec lequel ils achc-
teroient des espèces dans ki deift ri de
parer, ou de les ieimplo) c i «xlon les vues qu'où
leur prête,
nécessaires
monnoie, dans tons les cas il
rement: de numéraire, ou rtifiU rédi
vient de considérer le-
émission, lorsqu'elle a pour
aux besoins du
(il)]!
mille fois plus et plus pour h%
peuples qu'une banqueroute.,
Que dis- je cette émission ne en
effet qu'une banqueroute est
parce qu'elle prétendrait aiguilla les
ciersde l'éfat sans les payer parce
présenteroit pour toute garantit* des
sans valeur, éternels de
administrateurs, et d'une injustice d'an tduil plui,
atroce qu'elle atteindroit le pauvre, même dans
sa misère et ne lui que 1
ce que je me i
sommairement, ayant
dv;uirres suppositions les résultats
nestes du Ici seuLniLDt lu,
seront plus prompts et plus rapides car i pio
portion que rinsoivabUité du <krn

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.