Opinion sur le gouvernement le plus avantageux à la France

Publié par

[s.n.]. 1792. France (1792-1795). 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : dimanche 1 janvier 1792
Lecture(s) : 7
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

* (ÎV I N 10 N
1. 1 -" -.11 --.- 1 N 1 0 '8.-J
.,' --
Spr^ lè^JGouvernement le plus avantageux
à la France.
L A liberté d'pn Peuple ne consiste pas dans la
forme de son Gouvernement , mais bien dans la libre
expression de sa volonté générale qui fait les Loix par
lesquelles il -entend être i ouverné. Par-tout où le
Peuple constitue les autorités pour faire exécuter ses
Loix par-tout où la volonté générale se fait er-
tendre , par-tout où il existe un intérêt commun ,
une cliose publique, l'Etat est républicain , dût - il
être gouverné par. un seul ou par plusieurs Magis-
trats suprêmes , en quelque nombre qu'ils existent ,
& sous quelque dénomination qu'on les désigne.
Pénétré de la justesse de ce principe , j'ai fait la.
motion au Corps Electoral d'Indre & Loire de notifier
à nos Députés un vœu quelconque sur chacun des
objets soumis à leur jugement , sans entendre pour
cela leur enjoindre-de s'y soumettre , ni limiter l'en-
tiere confiance que le Peuple leur a accordée dans ses
Assemblées Primaires.
J'ai proposé entre autres voeux , celui de conserver -
Sria France un Gouvernement Monarchique dont l'ac-
tivité paroît nécessaire pour l'exécution des Loix dans
un grand Empire, & qui paroît le mieux se con-
cilier avec les mœurs & le caractère national.
Pour concilier ce Gouvernement avec la liberté , j'ai
proposé d'en retrancher le despotique Veto, la Liste
ci vile, le droit de nommer aux places , celui de pro-
poser la guerre & de la diriger , à moins d'une com-
mission expresse du Corps législatif; enfin de n'ac-
corder au Citoyen chargé de ce Gouvernement que
l'autorité d'un premier Fonctionnaire public , avec
Tesponsabilité.
On a traité ma proposition de royalisme, & le
Corps Electoral y a répondu par le serment du jour,
celui d'exécration des Rois f5 de la Royauté; cbaque
| ■ -'
2,
membre a juré cette exécration ; ainsi voilà le parti
pris par les Députés d'Indre & Loire de voter pour
un Gouvernement Démocratique.
Il m'a paru' que cet engagement précipité gênoit
la liberté d'opiner, bien autrement qu'un mandat im-
pératif. Il lie nos Députés à' une forme de Gou-
vernement qui rentre beaucoup dans les vues des Dé-
magogues & des intrigants , d'autant qu'elle laisse
beaucoup de places importantes à la nomination du
Peuple. C'est la réflexion que j'ai faite , & j'aurois
au moins degiré qu'on eût laissé engager la discussion
de savoir si cette forme de Gouvernement peut se
concilier avec nos vices , notre égoïsme , notre in-
souciance politique, l'inégalité de nos fortunes , l'é-
tendue de l'Empire , son immense population qui y
ppur être contenue , a besoin du Gouvernement
le plus actif & le plus vigoureux. Si enfin il est
prudent d'en risquer l'essai dans la crainte que le
François ne se dégoûtât de sa nouvelle République >
comme autrefois l'Anglois s'est dégoûté de la Répu-
blique de Cromwel. -
.- Je ne pense pas que nos Députés sermçntaires aient
fait toutes ces réflexions avant de se lier par la re-
ligion du serment. Sans doute aussi que leur inten-
tion n'est pas de donner p. la France un Gouverne-
ment purement Démocratique , qui , suivant l'avis
de Rousseau, est trop parfait pour des hommes, &
ne convient qu'à des Dieux '; car nous sommes biep.
loin de la-Sagesse qu'il nous faudroit pour- nous gou-
verner nous-mêmes , sans compter que la pure Dé-
mocratie ne peut s'allier avec notre système repré-
sentatif. C'est donc un Gouvernement mixte & divifé
qu'on veut nous donner ; mais la destinée de la France -
ne serôit-elle pas à plaindre , si , échappée des serres
du despotisme , elle retomboit sous l'oligarcbie des
intrigants.
Il importe aussi de savoir quel nombre on fixera
pour nos Magistrats suprêmes ? Si l'on suivoit l'avis
de Rousseau ce nombre devroit être en raison in-
verse de celui des Citoyens « & il est clair qu'il De
faudroit en France qu'un seul Magistraf suprême.
Mais comment pouvoir se résoudre à accumuler tant
de puissances sur une seule tête ? Nous venons <ï etro

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.