Optimiste et Pessimiste, par M. Bouteiller,... pièce lue au banquet de la Saint-Charlemagne

De
Publié par

impr. de E. Garnier (Chartres). 1872. In-8° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : lundi 1 janvier 1872
Lecture(s) : 15
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

OPTIMISTE ET PESSIMISTE
PAR
M. BOUTEILLER
Professeur de Rhétorique au Collège de Chartres.'
Pièce Iuo au Banquet de la Saint-Charlemagno,
le 3 février 1872.
COLLÈGE DE CHARTRES.
«TE
DE
LA SAINT-CHARLEMAGNE.
OPTIMISTE ET PESSIMISTE.
L'OPTIMISTE.
Nous pouvons donc enfin célébrer Cliarlemagne
Au joyeux cliquetis des verres de Champagne,
Et, dans ce vin mousseux retrouvant la gaieté,
Boire à notre pays, à sa prospérité,
Aux jours si désirés, où, fermant nos Horaces,
Soldats nous partirons pour effacer les traces
Que marquent dans nos champs les pas de l'étranger;
Où bravant les périls sans nous décourager,
Le Rhin nous reverra, sur ses bords légendaires,
Triompher ou mourir dans les sanglantes guerres
Qui feront tressaillir l'Europe de nouveau!
Charles protégera du fond de son tombeau
- 2 —
Les preux fils de Roland, de Turenne et de Hoche.
Il me semble déjà que la revanche approche,
Que la mêlée ardente où grondent les canons
Fait au feu dévorant fondre les bataillons,
Qu'au stupide vandale arrachant nos frontières,
Nous plantons à Strasbourg les trois couleurs altières !
LE PESSIMISTE.
Des flots de ton lyrisme arrête la, fureur.
Il sied mal aujourd'hui de montrer tant d'ardeur,
De s'affubler ainsi des airs d'un matamore,
Et, s'armant des vains mots d'une phrase sonore,
D'abattre par des cris l'ennemi bien portant !
Si l'on peut le chasser, sera-ce en bavardant ?
L'OPTIMISTE.
Mais pourquoi ralentir notre vertu guerrière
Et des futurs exploits nous fermer la carrière?
Nous saurons, sois-en sûr, au bruit de l'action
Accoutumer notre âme et marcher au canon,
Sans faire retentir l'éclat de notre gloire
Avant d'être assurés du prix de la victoire.
LE PESSIMISTE.
Fatale erreur, mon cher 1 car ils sont morts ceux-là
Qui savaient sans discours triompher d'Attila !
Dignes d'être ehantést par l'épopée- antique,
Ces héros, mal armés, dans leur fierté stoïque,
Des bords brûlants du Nil aux froids déserts du Nord
Ont devant, leurs, drapeaux fait reculer lia mort.
L'Europe, en frémissant, a vu ses. capitales
N'arrêter qu'un seul jour leurs marches triomphales.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.