Oraison funèbre d'Antoine-Pascal-Hyacinthe Sermet,... prononcée par M. Grégoire,...

De
Publié par

impr. de Vieusseux (Toulouse). 1809. In-8° , 12 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : dimanche 1 janvier 1809
Lecture(s) : 19
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

D'ANT.E - PASC.I - HYAC. THE SERMET,
PRONONCÉ par M. GRÉGOIRE, ancien Evèque
de blois , Sénateur ( C. *).
A TOULOUSE,
DE L' IMPRIMERIE DE VIEUSSEUX, RUE S. ROME.
1 8 0 9.
PIEUX LAÏCS , VÉNÉRABLES PRÊTRES,
REVÉRENDISSIMES ÉVÊQUES,
IL y a un an que vous répandîtes des larmes sur la
tombe de M. DESBOIS , ancien évêque d'Amiens. En
traçant le tableau de ses vertus, une voix éloquente,
interprète de la vérité , émut profondément vos coeurs. L'un
des prélats qui assistèrent à cette lugubre cérémonie vient
d' entrer dans l'éternité : nous sommes réunis pour lui ren-
dre les mêmes devoirs.
ANTOINE-PASCHAL-HYACINTHE SERMET, an-
cien évêque métropolitain de Toulouse, étoit né dans cette
ville, en 1732. Ses études commencées d'une manière
brillante , s' achevèrent dans l'ordre des Carmes-Déchaussés ,
où il fit profession. Sous l'habit monastique , il visita plu-
sieurs contrées méridionales de l'Europe. Les voyages sont
avantageux aux bons esprits , à des observateurs exercés ,
qui par là rectifient les idées acquises , en acquièrent de
nouvelles, se mettent en communication avec un plus grand
nombre d'hommes et d'écrits, en se familiarisant avec les
(4)
langues étrangères , et font provision de souvenirs agréables
qui s'étendent sur toute la durée de la vie. Tel fut pour le
P. SERMET, le résultat de ses recherches en Espagne et
en Italie.
Ses talens, sa vaste érudition lui ouvrirent les portes
de l'académie des sciences de Toulouse, qui ne prodiguoit
pas cet honneur, et dont les mémoires sont un monument
précieux élevé aux connoissances utiles. Il fournit à cette
compagnie savante un contingent digne d'elle et de lui,
entr'autres un mémoire très-curieux sur l'inquisition de
Toulouse.
Sans doute elle est très-louable l'importance que l'opi-
nion attache aux écrits scientifiques et littéraires ; mais
dans ces ouvrages même les hommes qui ont le sens juste
et le coeur droit ramènent tout à ce qui doit être le but.
définitif de nos travaux , et la religion reçoit leur hom-
mage jusques dans les écrits qui, par leur nature , lui
paraissent étrangers. Le célèbre auteur du Spectacle de
la nature, PLUCHE en avoit donné l'exemple. Dans le
mémoire qu'on vient de citer , le P. SERMET venge le chris-
tianisme en exposant les horreurs de l'inquisition, tribunal
dont l'existence calomnie l'église catholique , et qui depuis
long-temps chassé de la France, avoit franchi les Alpes
et les Pyrénées où sans doute il est agonisant.
J'ai parlé de l'homme de lettres , je me hâte d'arriver
a l'orateur chrétien. Les succès du P. SERMET dans les
chaires du midi retentirent dans la capitale. Il fut nommé
prédicateur ordinaire du roi, après avoir rempli une station
de carême devant Louis XV...... L'histoire doit recueillir
(5)
une anecdote qui caractérise l'esprit de ce temps-là., Dans
le sermon de la Passion , en peignant les souffrances de
l'Homme-Dieu, il cita lès soufflets par lesquels les bour-
reaux préludoient au supplice du Sauveur du monde. Ce
mot soufflet choqua les oreilles superbes et dédaigneuses
de certains hommes, qui, plaçant le courage dans cette
brutalité appelée point d'honneur} croient qu'on réfute les
gens en les assassinant.
Emule de son confrère le P. ELISÉE , doué comme lut
d'une élocution brillante , il le surpassoit par un débit
plein de feu, et sur-tout par cette simplicité sublime dont
on trouve le modèle dans les livres sacrés, dans les
pères de l'église , et qui en rapprochant . les vérités
célestes de l'intelligence des hommes , est plus con-
forme à l'esprit de l'évangile. Un bon prône d'un digne
curé opérera plus de conversions que tous les sermons d'ap-
parat ; mais en sortant de ceux du P. SERMET , on pou-
voit dire de lui, au moins autant que du P. ELISÉE , que
les auditeurs étoient plus disposés à juger sévèrement leur
conduite personnelle , qu'à juger les talens de l'orateur.
J'en atteste plusieurs personnes de cette assemblée qui
se sont édifiées à ses instructions , soit dans la cathédrale
de Paris , soit dans celle de Versailles , où il alloit fré-
quemment aider, pour les fonctions du ministère, un
autre prélat non moins vénérable , M. CLÉMENT , ancien
évêque de Versailles , dont il y a quatre ans nous déposâ-
mes dans cette enceinte la dépouille mortelle.
Les Annales de la religion ont recueilli quelques
discours du respectable SERMET, entr'autres un sur la

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.