Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Vous aimerez aussi

Outback ou l'Arrière-monde
DuMÊMEAUTEUR 1 LeJeud'enfant LAMISEENSCÈNE(GFFlammarion). LEMAINTIENDEL'ORDRE(Flammarion). ÉTÉINDIEN(Flammarion). L'ECHECDENOLAN(Flammarion). LAVIESUREPSILON(Flammarion). ENIGMA(P.O.L). OUROUVINGTANSAPRÈSreparaîtrechezP.O.L). FuzzYSETSreparaîtrechezP.O.L).
MARRAKCHMEDINE(Flammarion). MONDOUBLEÀMALACCA(Flammarion). UNEHISTOIREILLISIBLE(Flammarion). DÉCONNECTION(Flammarion). FEUILLETON(Julliard). TRUQUAGEENAMONT(Flammarion). OUTBACKOUl1Arrière-monde(P.O.L). ABERRATIONparaîtrechez(P.O.L).
NAVETTES(Gallimard). NÉBULES(Flammarion). SOUVENIRSÉCRAN(CahiersduCinémaGallimard).
CAHIERSD'ÉCOLIER(1950-1960)(Flammarion). FABLESSOUSRÊVE(1960-1970)(Flammarion). LESLIENSD'ESPACE(1970-1980)(Flammarion).
LARELÈVE,dessinsdeMatta(Insolationsn"2,FataMorgana). RÉSEAUDEBLETSRHIZOMES,gravuresdeBernardDufour(FataMorgana). LUBERON,gravuresdeClaudeGaranjoud(ManusPresse). LESPREUVESÉCRITES,estampesdeRenéBonargent(Indifférences). L'AILLEURSLESOIR,boisdeCatherineMarchadour(Colorature). MESURESDENUIT,empreintesdeClaudeGaranjoud(LaSétérée). DuFONDDESÂGES,eaux-fortesdeFrançoisFiedler(Maeght). EPSILON,encresdeClaudeGaranjoud. LESYCOMORE,collagesdeClaudeGaranjoud.
ClaudeOllier
Outback ou l'Arrière-monde
P.O.L 8,villad'Alésia,Paris14e'
0P.O.Léditeur,1995 ISBN2-86744-459-4
«J'avaiscettehallucinationsouslesyeux»,vision d'uneruelanuitàcinquantemètresdeauboutdujar-dinderrièrelamassedesmaisonsfaisantécran,entreces maisonsàcontre-jourparl'intervalledelaruelleaubout dujardin,cetterueéclairéeparleslampesneuvesàsodium teintantdejaunebistrelesfaçades,leurdonnantuntour expressionniste,visiond'unerue,nondelarue,toutestlà, laphraseentreguillemets'estvenuetouteseulecomme m jesoulevaislevasistasetprenaisvuesurlarue,théâtrale, décorative,enclair-obscurdaté,répertorié,commeune scènevidederrièrelamassedesmaisons,canaldésert éclairélanuitpourrien,quelquechoseajouédansl'ins-tant,j'aientendulaphrasemuette,trouvéquelemotélu mettaitbienenperspectivelespectacle,géographique,his-torique,lerelativisaitcommeilfallait,c'étaitl'impression juste,j'aicherchétoutelasoirée,àpréciserletraitde l'impressiondanslemomentdelavisionparl'intervalle delaruelle auboutdujardin,cherchémaisjesavais,le savaisdansl'instant,jesaiscettesorted'intuition,elledit qu'ilyaunmondeetnonlemondeetquejesuisdans
cemonde-làaussiàcemoment-là,autrefoisj'appelaiscela unépisode. Jecherchais,jesavais,jenerelevaispascequiaurait mefrapperaupremierchefque lavoixprétendument intérieureavaitdictéunimparfaitpourconnoterlaprésente scène.Depuisquelailleursjouais-jecettescène,oularépé-tais-je,pourque lacommenteainsilavoix?Depuisquel avenir?Lavoixsefaitrarementrécit,elleavaitrécitépour-tant,doublantdenarrationlecorpsmêmedelavision. J'aicommencécetextepoursavoirjusqu'oùvisionet voixvrillentl'œiletlecerveau,jusqu'oùvisionvautintui-tiond'unincipit,parexemple. Cen'étaitpaslapremièrefois,lapremièreoccasion d'unevisiontelle,loindelà.Parvisionj'entendsuneappré-hensionglobale,toussensmobiliséséchangeantleursdon-nées,certainsdiraient«synesthésie».Unefois,c'étaitàHof enBavière,c'étaitlaguerre,jerevenaisdeEgerenpays desSudètes,EgerpourCheb,lenomcachéencetemps-là, jemecachais,jen'auraispasêtrelà,j'étaisallévoirun amidanscettevillelà-basenpleineguerrevenantde Nurembergentredeuxtempsdetravaildenuit,violantla loiquiavaitviolélamienne,çauraitpumecoûtercher. J'avaisfaireuncrochetauretour,c'étaitun dimanche,peudetrainscirculaient,correspondancesrares, deuxheuresd'attenteàHofenFranconie,Haute-Franco-nie,lapointeaunord. J'étaissortidelavilleetmontédansleschamps, m'étaisassissuruntalus,ungrandboissurlagauche,la villeenbas,quejenevoyaisplus.Aucunsouvenirdela sai-son,niglacenineigecependant,jerevoisbienmaposition, tournéversl'est,etdegrosnuagesfilaientversl'est,c'était unefind'après-midi,jerestaisdanslegrandairsousce cielenmouvementmereposantdestrainsdanslesilenceet quelquechoses'estproduit,monsentimentn'étaitplusle