Pamphlets et satires. Les Fantômes, par Jacques Bonhomme. N°1. A Lui

De
Publié par

tous les libraires (Paris). 1870. In-8° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1870
Lecture(s) : 5
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

PAMPHLETS ET SATIRES
LES
FANTOMES
PAR
JACQUES BONHOMME
A LUT
PARIS
CHEZ TOUS LES LIBRAIRES"
PAMPHLETS ET SATIRES
LES
FANTOMES
PAR
JACQUES BONHOMME
/ M» 1
A. LUI
PARIS
CHEZ TOUS LES LIBRAIRES
Voici ma première. Elle lui revient de plein droit. Elle
n'est peut-être pas l'oeuvre du moment, bien que l'exécration
qui le poursuit soit toujours la même. Je l'ai écrite en 1851,
traqué par la police Maupas, sous le coup de la trahison de
décembre. G'-était chez un ami qui m'avait donné asile -, chez
Lubis, l'historien royaliste de la Restauration, mon anti-
pode politique. Elle m'a aidé à ronger mon frein.
Je la publie telle quelle, sans y changer un mot, pas
même les noms de ceux qui sont morts. Elle porte le cachet
de sa date. J'aurais pu ne pas attendre vingt ans ; j'avais à
ma disposition la presse flamande ; mais il eût fallu m'ex-
patrier, et je n'étais pas assez sot pour ne pas voir la vanité
d'une pareille résolution ^levant la portée de mes colères.
Je me suis tenu dans mon pauvre coin.
Et aujourd'hui encore, où le bâillon est secoué, j'éprouve
une certaine hésitation à lâcher ma Némésis, si longtemps
muette. Je me figurais l'ennemi à terre ; je ne soupçonnais
pas la main qu'on lui tend pour le relever. C'est au bruit du
canon prussien que je me décide.
Ma première à Lui, ma deuxième aux. Autres.
Ceux-ci ont eu leur part dans mes évocations, et je me sens
avec eux tout-à-fait à l'aise. Ce sont francs coquins qui ont
la vie dure. Je ne les crois pas tellement noyés, qu'ils ne
puissent compter aussi sur le roi de Prusse; voire, sans lui,
remonter sur l'eau.
Septembre 1870.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.