//img.uscri.be/pth/821985301c44ffd7661d8ce80842b54e72a0b647
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Partage son royaume

De
92 pages
Dans ce nouveau recueil de Michel Jamet, invitation est faite au lecteur de Partage son royaume , de suivre le poète attaché à donner forme, derrière l'innombrable qui s'offre, à l'Unique qui, justifie la quête. Est ainsi poursuivie de poème en poème une inspiration découvrant les paysages dont est composé son royaume.
Voir plus Voir moins
Michel Jamet
Partage son royaume ! poèmes
Partage son royaume !
Poètes des cinq continents En hommage à Geneviève Clancy qui l’a dirigée de 1995 à 2005. La collection est actuellement dirigée par Philippe Tancelin. La collectionPoètes des cinq continents non seulement révèle les voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection dévoile un espace d’ouverture où tant la pluralité que la qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de titres par an. Dernières parutions 621 –Ayten MUTLU,Les yeux d’Istanbul. Istanbul’un gözleri,2014. 620 – Philippe GUILLERME,Tout attaché, 2014. 619 – Patricia LAIGLE,La neige sur le museau des biches, 2014. 618 – Paul Henri LERSEN,Poèmes d’Ici, 2014. 617 – Omer MASSEM,Fragments sauvegardés,2014. 616 – Umberto PIERSANTI,Lieux perdus, 2014. 615 – Thierry LASPALLES,Silence des saisons,2014. 614 – Stella VINITCHI RADULESCU,Comme un désert de roses,2014. 613 – Ban’ya NATSUISHI,Cascade du futur,2014. 612 – François DESFOSSES,Fleurs de l’inexistence, 2014. 611 – Emma PEIAMBARI,Les rosées de l’exil, 2014. 610 – Paul Henri LERSEN,Geometria. Mesure du monde,2014. 609 – Philippe TANCELIN,Seuils, 2014. 608 – Ludmilla PODKOSOVA,Le don des mots, 2014. 607 – Abdarahmane NGAÏDE,Ode Assilahienne, 2014. 606 – Maurice COUQUIAUD,Anthologie poétique. 1972 -2012, 2014. 605– Daniel LEDUC,Sous la coupole spleenétique du ciel,2013. 604 – Michel Khalil HELAYEL,Ton visage mon souffle ma lumière, 2013. 603 – Suzanne MERIAUX,Visages de l’eau, 2013.
Michel Jamet
Partage son royaume !
poèmes
Du même auteur chez le même éditeur dans la collection « Écritures» Le dernier mot, roman Les sept glaives, roman Toutes les choses, roman Tendre absence, roman Joute assassine, roman dans la collection « Poètes des cinq continents » Haute soit la rive Dans l’azur nos mains Les bras chargés de livres dans la collection«Eidos » -Série Photographie Photos manquées Photos réussiesTrente photos plus une
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03623-6 EAN : 9782343036236
I Légèrement virevoltante, mais revêtue d’aisance et de légèreté, tu n’as de cesse de rappeler la jeune fille posant d’instinct le talon. La jambe emporte le corps, la décision traverse nuque et talon. Comment, ému de perfection, ne pas s’attacher à la cheville ? La jupe manifeste quand la robe dissimule. Nettement posé sur la hanche, le torse se devine sous le chemisier. Le sein se rassemble dans sa pointe. Le regard en surprend la forme, la couronne de cent soleils et la transperce de mille éclats. Le corps nargue poids et mesures. Il pèse, mais peut être tenu au bout des doigts. À la pointe des ciseaux comme un papier collé. Il loge, masse décidée, dans le regard et trouve son élan pour se continuer, emporté par sa dynamique.
Les mots impriment mon regard au fond de tes yeux. Tu es seule à le reconnaître pour ce qu’il manifeste. Tes yeux, dont la couleur ne se fixe pas, tantôt bleus, tantôt bruns, jettent le trouble. Tes lèvres sont dessinées à égalité, mais l’inférieure est relief à étudier. Nez et sourcil sont dépourvus d’affirmation catégorique. Sans fuir la lumière, ton visage ne présente que les grandes lignes d’un ovale encadré par un cheveu mesuré. Doit-on répondre de la syncope ou de l’incendie ? J’ignore l’arc, la corde et la flèche, mais le trait fend l’air. Se rendre sourd n’empêche pas de prêter l’oreille. Dans la précipitation croissante de qui voudrait s’arrêter au premier mot, j’aimerais rejeter l’arrêt après l’avoir désiré. Tu livres ce qu’aucune attente ne prépare, ce qu’aucune anticipation ne laisse prévoir, mais qui, poignard ou rose, trace son chemin de sang.
8