Patente du roi de la Grande-Bretagne pour la confirmation de l'antiquité de la noblesse de MM. Irland ; avec une attestation faite sur les lieux et la traduction ; avec une autre patente du roi de France, ensemble l'arrêt de vérification de la cour de parlement à Paris - Généalogie de la maison de Sainte-Hermine

De
Publié par

Simon (Paris). 1780. 98 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1780
Lecture(s) : 13
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 95
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

GÉNÉALOGIE
DE LA
MAISON D'IRLAN D,
ET D E CELLE
DE SAINTE HERMINE
PATENTE
DU R OI
DE LA GRANDE BRETAGNE
Pour la confirmation de l'antiquité de
la nobleffe de MM. Irland avec
une attejlation faite fur les lieux & la.
traduction avec une autre Patente du
Roi de France enfemble l'Arrêt de
vérification de la Cour de Parlement
à Paris.
A PARIS,
Chez P. G. SIMON, Imprimeur du Parlement
rue Mignon Saint- Andrè-des- Arcs.
M. DCC. LXXX.
(5)
A iij
C A R o L U s Dei gratiâ Scotis
Anglise Francise & Hiberniae Rex
Fidei Defenfor. Omnibus & fingulis
ad quorum arnicas manus, has Litteras
prEefentes pervenire contigerit, Salutem.
Sciatis nos exafto faéto fcrutinio & in-
quifitione diligenti pro certo com-
perifle fubditos noftros cognomine
Irland ex nobili & generosâ familiâ
in Scotiâ noftrâ oriundos eofque per
longifümam annorum feriem in diélo
Regno ut generofos & virtutis ftudio-
fos, ut tales decebat vixiffe. Fuiffe
etiam in bello fortitudine in pace
prudentiâ infignes fortes & fidèles
quemadmodum poflulabat occafio
Scotiée Regibus progenitoribus noftris
continuô fe proeflitiffe. Honeftiffimae
illius familis authores in Lornam
Scotiee Provinciam Hibernias maxime
vicinam ante feptingentos annos,
fedes. quœfituri novas migrarunt
(6 )
ibique terram de Bordlland per tres an-
norum centurias potfederunt. Pofteà
verà illâ relira regione in Pertham,
aliam Scotije Provinciam mitiore cœlo
& cultu magis civili fruituri fe tranftu-
lerunt. Terras & Baroniam de Murthlye,
ante Regis Roberti I. tempora acquifi-
verunt. Matrimonia cum vicinis sequa-
libus nobilibus & generofis Moravijs
Drummundis Merceris aliifque ejus
Provinciae Viris claris ad familiam ibi
confirmandam contraxerunt. Inter cse-
teros ex Irlandorum, in Scotiâ, familiâ
clari nominis viros unus nomine Ste-
phanus Irland Baro de Murthlye, dùm
Excellentiffimus & femper cum honore
compellandus Scotix Prorex Dominus
Guillelmus Vallas Patriam à fawâ tiran-
nide turpique Anglorum fervitute ftre-
nue vindicaret eminuit infignemque
fortiflimo Duci praeilitit operam fibi
famam acquifivit, familiae claritudinem
auxit. Diftamque Baroniam cum ho*
nore & dignitate féliciter tenuerunt ad
(7)
A iv
annum millefimum trecentefîmum &
adhuc ut conje&ura praefumere licet
haereditatem in eodem nomine confer-
vaffent, homines probitate vit» & mo-
deratione fingulari fi hseres mafculus
Alexandro de Irland ejus nominis Baroni
poftremo obtigiffet qui filiam quatri
habebat unicam, viro cuidam generofo
fed ex aliâ familiâ alioque cognomine,
Baroni de Albercrunibry, inmatrimonium
collocavit ciqùe diftam Baroniam de
Murthlye in dôteiri dedit. Quo iroatrimo-
nio cognomen Irland quod diu cum
laude & magnâ omnium exillimatione
floruerat funditus extinélum fuiffet
nifi idem Alexander terram de Burnben,
fortunœ fuae partem tertiam vir probus
& prudens gentifque fuas & nominis
amantiffimus avunculo Joanni Irland
ad nomen familiae originarium confer-
vandum donaffet. Joannes vir fummse
induftriae & frugalitatis, ejufque pofteri
neceflitudines cum viris ejus Provinciae
tnaximè confpicuis & claris, ut familiam
Irlandorum priori aemulam contlitue-
Tent, feque contpeétiores redderent
coxtraxerunt. Ex his unus ante ducen-
tos annos nomine Guillelmus Irland
de Burnben uxorem duxit Ifabellam
Pitfindy patrifque Pitfindy de eodem
filiam ex quâ filium fufcepit Alexan-
drum Irland de Burnben. Hic vero
matrimonio fibi junxit Margaritam
Coûts filiam Toparchi de Auchter-
foull & Annae Auchinmouty. Ex
illâ diftus Alexander Irland filios
Joannem & Robertum habuit. Natu
major Joannes domi remanfit, rem fuam
curavit familiam propagavit quae in
hunc ufque diem perdurat. Robertus
vero minor optima: indolis & acris
ingenii juvenis cùm Litteras humanio-
Tes & Philofophiam, in Patriâ didiciffèt,
ad majorem fcientiam & famam acqui-
rendam, fortunamque fibi & pofteris
doélrinâ & virtute propriâ parandam
in Galliam ante annos centum & qua-
(9)
âraginta Francifci I. Francorum Regio
tempore profeftus eft. Ibi fcientiis &
legibus fe applicavit quarum ope
Irlandorum familiam quafi tertiam
apud exteros duabus prioribus de Mur-
thlye & de Burnben nullatenùs infe-
riorem erexit; Liberos graviter, pru-
denterque educavit. Hic Robertus Ir-
land, qui ejus familix primus in Galliam
trajecit Juris utriufque Doftor ( à quo
defcenderunt ejus nominis omnes qui
fedes in illo regno pofuerunt ) duas
habuit uxores. Ex prima unum fufcepit
filium qui pofteà in matrimonium ac-
cepit nobilis cujufdam Piftavienfis fi.
liam, quam matrem fecit unius filii,
qui do8:us evadens & clarus Jurifcon-
fultus, ad Senatoris officium in fupremo
Britanniae Aremoricœ Senatu eveftus
eft & ad annos quinquaginta vixit
filiumque reliquit fortunarum & officii
haeredem. Is poft annos aliquot Piéta-
vium (quo avus primo advenus eft ) fe
recepit ibique Prêtons capitalis, feu
(10)
Judicis de criminibus officio cum laude
fun&us eft, ·.lludque filio reliquit. Difti
Roberti Irland Juris utriufque Dosons
celeberrimi Conjux fecunda Clata de
Aubert fcror Praefidis d'Avanton
ex clariffimâ inter Pionnes familià &
jam longaevo fenifilium peperit cui Bo-
naventurae nomen ad facrum Lavacrum
indichim eft. Hic eruuitus erat, & Jurif-
prudentiœ ftudiofus & in Curià Prœfi-
diali Piftavii Judicum unus. Ejus filius
itidem BonaVefttura Dominus de Lavau
Irland, vir bello clarus in aulâ gntus,
probis omnibus charus Galliarum Ma-
narchœ à Confîliis Sereniffimse Reginas
ejus Matri Annae Auftriacœ ?̃. domef-
ticis rationibus felix vivit. Hic per ami-
cos, & propinquiores fuos à nobis
humiliter petiit, ut ex gratiâ noftrâ
Litteras Patentes Sigillo Regni noftri
ScolÏee majore munitas de fatniliae fus
origine totâque profapiâ obtinere pof-
fet. Quod quidem libenter conçeffimus
& teftimonium noftram _rek veritati i
(II)
& perfonarum virtuti & dignitati ne-
gare noluimus. Quocircàobnixèrogamus
Sereniffimos Potentiffimos Celfiffimos
Illuftriflimos, Imperatores, Reges, Prin-
cipes Duces O.dines Marchiones
Comites omnefque fupremam vel fu-
bordinatam ln fris refpe&ivis Ditioni-
bus, Jurifdiaionibufque authoritatem
habentes ut prœfatum clariffimum
de Lavau Irland Liberofque ejus
légitimas & Propinquos Irlandorutri.
Sanguine fibi junftos ut reverâ gene-
rofos & nobiles habeant, & patrocinio
fuo tales tueantur & afferant iifdem-
que quietam ? & liberam honorum
dignitatum privilegioram irtimunita-
tum & exemptionum indulgeant frui-
ticiem & pofleffionem, qux ejufmodi
nobilibus & geneiafis Scotis fubditis nof
tris., in praediéHs fuis Ditionibus Ju-
rifdiâionibufque concedi folent fibi-
que perfuafum habeant quaecumque
illis amicitise vel benevolentiae teftimo-
nia exhibuerint t nos eâdem fimili oblatâ
occafione pari gratiâ compenfaturos.
IN CUJUS REI TESTIMONIUM has Lit-
teras noftras patentes fibi 6cri fecimus
& Sigillo Regni noftii Scotiffl majore
muniri prscepimus. Apud Aulam nof
tram Whythal! vigefimo oftavo die
menfis Julii Anno partæ Salutis hu-
manaa millefimo fexcentefimo fexage-
firao quarto & anno regni noflri de-
cimo-fexto.
Perjlgnaturammanu S. D. N. regis fîiprafcriptam.
Ici eil le grand Sceau d'Ecole de cire
rouge en lacs de foie, d'argent & violet.
Et fur le repli de la Patente efl écrit
SigillatumEdemburgi, decimo-nono die menlïs
Aprilis anno Domini 1665.
F. BONSEM.
Et enfuîte
Seriptum ad magnum fgillum S. D. N. Regis.
A me Cancellariae dire&oris deputato fubfcri-
bente, decimo-nono die menfis Aprilis 166 f.
J. E. HESONE.
Collationné à l'Original par moi Confeitltr 9
Secritaire du Roi & de fes Finances*
Signé Se g U m,
(13)
TRADUCTION
de la précédente Patente,
V> hari.es, par la grace de Dieu
Roi d'Ecoffe d'Angleterre de France
& d'Hybernie Défenfeur de la Foi:
A tous amis entre les mains de qui tom-
beront les préfentes Lettres Patentes
S A L U T. Sachez qu'après un examen &
& une recherche très exacte Nous
avons trouvé pour une chofe très-afiûrée,
que nos Sujets qui portent le nom d'Ir-
land en Ecoffe font fortis d'une très-
noble & très ancienne famille
qu'ils ont vécu dans ledit Royaume
pendant une longue fuite d'années
comme ils devoient & qu'ils fe font
toujours diftingués par leur bravoure
& leurs vertus qu'ils ont fait con-
noître auffi leur valeur dans la Guerre
& leur prudence dans la Paix qu'ils
(14)
ont toujours donné des marques de leur
naiffance & de leur fidélité aux Rois
d'Ecoffe nos Prédéceffeurs dans
toutes les occafions qui s'en font pré-
fentées. Les Auteurs de cette noble Fa-
mille voulant changer de demeure
panèrent, il y a plus de fept cens ans-,
d'Hybernie dans la Province de Lorn
en Ecoffe qui étoit la plus proche du
lieu qu'ils quittoient. Ils y ont poffédé
pendant trois cens ans la terre de Bordl-
land & puis en quittant ce lieu pour
vivre dans un climat plus doux, & avec
des gens plus civilifés ils allerent en
Perth une autre Province d"Ecoffe.
Ils y acheterent les terres & la Baron-
nie de Murthlye avant le regne de
Robert I & pour y mieux établir leur
Maifon ils s'allièrent par des mariages
avec leurs voifins leurs égaux les
nobles & généreux Murrays Drum-
munds & Merciers, & d'autres des plus
illuftres du Pays. Entre les plus remar-
quables de ceux qui ont porté le nom
(M>
dlrland en Ecoffe, un nommé Etienne Ir-
land, Baron de Murthlye a eu de grands
avantages lorfque le très-excellent &
qu'on doit toujours nommer avec hon-
neur, Guillaume Vallas Viceroi d'E-
coffe, tiroit fa Patrie de la cruelle ty-
rannie & honteux efclavage des An-
glais. Il donna un fecours très-confidé-
rable à ce grand Capitaine s'acquit
une grande réputation, & augmenta la
fplendeur de fa famille. Les Irland ont
confervé avec honneur & dignité la-
dite Baronnie de Murthlye jufqu'à l'an-
née 1300; & comme il eft aifé à con-
je&urer, ces gens qui faifoient pro-
feffion d'une probité & d'une modéra-
tion particulière auroient confervé cet
héritage dans leur Maifon fi Alexandre
Irland le dernier Baron de ce nom,
eût eu un fils pour être fon héritier
il maria une feule fille qu'il avoit avec
le Baron d'Albercrumbry,un très-honnête
homme, mais d'une autre Maifon &
d'un autre rtom à qui il donna la Ba-
(i6)
ronnie de Murthlye. Le nom d.'Irland
qui avoit long-temps duré avec une ef-
time générale de tout le monde auroit
été tout à fait éteint par ce mariage
fi le même Alexandre homme d'une
grande probité & d'une prudence par-
ticuliere, par l'amitié qu'il avoit pour
fa famille & pour fon nom n'eût donné
pour le conferver la terre de Burnben
qui étoit la troifieme partie de fon bien
à fon oncle Jean Irland. Ce Gentil-
homme qui avoit beaucoup d'in-
duftrie & d'économie & fes def-.
cendans firent alliance avec les plus
élevés & les plus illuftres de la Pro-
vince, afin de fe rendre plus confidé-
rables, & relever la famille des Irland,
au degré où elle étoit auparavant. Il y
a plus de deux cens ans qu'il y eut un
de ceux-là appelle Guillaume Irland
de Burnben, qui fe maria avec Ifabelle
Pitfindy, fille de Pierre Pitfindy, de qui
il eut un fils qu'on nomma Alexandre
Irland de Burnben qui fe maria avec
Marguerite
(17)
B
Marguerite Coûts, fille du Seigneur
d'Auchterfoull, & d'Anne Auchinmouty:
Cet Alexandre en eut deux fils Jean &
Robert. Jean qui étoit faîné demeura dans
le Pays il eut foin de fes affaires &
aggrandit fa famille qui dure encore à
prêtent. Robert le cadet, jeune homme
d'un bon naturel & d'un efprit vif &
pénétrant ayant fait fes humanités &
appris la philofophie dans fon Pays
alla en France il y a plus de cent qua-
rante ans du regne de François Ier
R oi de France, pour y acquérir avec
plus de fcience une plus grande réputa-
tion, & pour y faire une plus grande
fortune pour lui & fes defcendans, par
le moyen de fa doârine & de fa pro-
pre vertu. C'eft là qu'il eut une très-
grande application aux Sciences, & par-
ticuliérement à celle du droit qui lui
facilita les moyens d'établir une troi-
fieme famille chez les Etrangers qui
ne cédoit en rien aux deux premieres
de Murthlye & de Burnben, & il eut
(i8 )
un foin très-particulier de l'éducation
de fes enfans. Ce Robert Irland, le pre-
mier de cette Maifon qui paffa en
France, Docteur en Droit, de qui font
defcendus tous ceux qui font établis dans
ce Royaume eut deux femmes de la
première il n'eut qu'un fils qui ayant
époufé la fille d'un Gentilhomme de
Poitiers, en eut un fils, qui après avoir
bien appris le Droit eut une Charge
de Confeiller au Parlement de Breta-
gne, & vécut cinquante ans il lai1fa
un fils héritier de fon bien & de fa
Charge qui fe retira après quelques
années à Poitiers, où fon aïeul s'étoit
premierement établi; & y ayant eu la
Charge de Lieutenant Général Crimi-
nel, il la fit avec un fuccès & un ap-
plaudiffement univerfel, & en mourant
la laifla à fon fils. La féconde femme
dudit Robert Irland alors très-fameux
Docteur en Droit, fut Claire d'Aubert,
foeur du Préfident d'Aventon d'une des
plus illuilres familles du Poitou. Elle
donna un fils à fon mari déja vieuy
('9)
B i;
qu'on nomma Bonnaventure au faint
Baptême qui fut très-favant auffi en
Droit & fut Confeiller au Préfidial de
Poitiers. Son fils qui s'appelle auffi
Bonnaventure de Lavau Irland, qui eut
des emplois dans la Guerre qui efl:
bien vu du Roi fon Maître & aimé de
tous les gens de bien Confeiller du
Roi de France en fes Confeils d'Etat
& Privé & Contrôleur Général de la
Séréniffime Reine Anne d'Autriche fa
Mère nous a fait demander par fes
amis & fes plus proches parens que
nous lui fiflïons la grace de lui accor-
der des Lettres Patentes fcellées du
grand Sceau de notre Royaumed'Ecoffé,
pour rendre témoignage de l'origine de
fa Maifon & de toute fa Race, ce que
nous lui avons accordé fans peine &
n'avons pas voulu refufer notre témoi-
gnage à la vérité, au mérite & à la
dignité des perfonnes c'eft pourquoi
Nous prions infiamment les Séréniffi-
mes, très-Puiflans, très Hauts très-
(20)
Iiluffres Empereurs Rois Princes
Ducs, Etats Marquis, Comtes & tous
autres ayans une autorité fouveraine
ou fubordonnée dans leurs Terres &
Juridictions qu'ils tiennent ledit très-
Illuilre de Lavau Irland fes enfans
légitimes & fes parens du même nom
pour nobles & gentilshommes & leurs
donnent comme à tels leurs protections,
& leur accordent une jouiflance & pof
feffion libre & tranquille de tous hon-
neurs dignités privileges, immunités
& exemptions qu'ils ont accoutumé d'ac-
corder dans leurs Etats & Jurifdiâions
à nos Sujets Ecoffais Nobles & Gen-
tilhommes, & qu'ils tôient perfuadés
que Nous leur rendrons pareilles mar-
ques d'amitié & de bienveillance qu'ils
leur donneront. En foi de quoi Nous
leur avons fait expédier les préfentes
Lettres Patentes, & les avons fait fceller
du grand Sceau de noftre Royaume
d'Ecoffe en notre Cour de Whythall
le vingt huitieme de Juillet l'an de
(11)
Biij
notre falut mil fix cent foixante-quatre,
& de notre règne le feizieme.
W e E Vnderfubfcryvers doe certifie
to ail whom thefe prefents may con-
cerne, that the predeceffours of thefe,
whobare the name and armes of Irland
in Scotland came from Irland into
Scotland as wee are Crediblie infor-
meel, and that they firfl abode and pof-
f effions of land was in Lorn neare to
the Cpuntee of Argyle which is the
Province in Scotland neareft to Irland
and the Lands they poffeffed in Lorn
were called Bordlland fome hundreds
of yeares after they tranfported them-
felves to the Province of Perth; wher
they acquired the Lands and Baronie
of Murthlye before the Reigne of
King Robert Bruce which Lands and
.Baronie they poffeffed Severall years,
till the laft Baron of Murthlye mar-
ryed his only daughter to the Baron
of Albercrurr.mbry, and gave him the
Lands of Mur thlye fo the Lands went
from the Name of Irland and gave to
his Vnkle the Lands of Burnben, being
à thir part of the Lands of Murthlye.
It is neare three hundred years Since
the Lans of Burnben were given out
to the Vnkle and are yet poffeffed
by the name of Irland and fucceffors
of the Baron of Murthlye Irland. Alfo
wee are certainely informed by the
moft ancien men of the Countrie that
an brother of John Irland of Burnben,
named Robert Irland about fevenfcore
ten years Since or thereby went out
of Scotland into France whofe fa-
thers mother was of the houfe of Pit-
findy, his mother of the houfe of Couts,
and mothers mother of the houfe of
Auchinmouty of whom is defcended
M. de Lavaud Irland, Controller gene-
rai of Queen Mother of France her
(*3)
Biv
Jhoufe to whom this Robert Irland was
Grand-father. Aneiklovre.
Irland, Baron of Murthlye
Lord of Neikloure.
Alexander Irland, Baron of
Domfey.
Alexander Irland Elder of
Burnben.
M. Alexander Irland, Mî-
nifler of Fosbukye.
John Paton of Courdoun.
Alexander Paton.
John Paton of Balifilque.
M.AlexanderIrland Deane
of Duquel
M. William Ratray Mi-
nifler of Cargille.
Sa Minifter of Blaringoun,
M. John Blair, Minifter of
Caputh.
M. John Roberfone of
Banderan.
M. John Simpfone Minif-
ter of Dull.
Drumond.
Grahame.
Moray.
Balgilo.
Blair of Befathy.
Blair of Petendright.
John Stevart.
Irland Baron of Burben.
Thomas Stevart Baron of
Fenton.
Atholl.
Ramfay.
Andreu Butler, Prevoit.
John James Dean of
Gild.
William Sharpe, Bailli.
Rankin Bailli.
Stevart Comte.
JM ou s fouffignés certifions à tous
ceux qu'il appartiendra en vertu des
informations que Nous en avons très-
dignes de créance, que les Prédécefleurs
de ceux qui portent le nom & les armes
d'Irland font venus d'Irlande en Ecoffe,
& que leur premiere demeure & les
terres qu'ils ont polfédées dans la pro-
(M).
vince de Lorn s'appelloient Bordlland;
& quelques centaines d'années après
ils fe font tranfportés dans la province
de Perth, où ils acquirent la Terre & Ba-
ronnie de Murthlye, dès devant le règne
du Roi Robert Bruce laquelle Terre
& Baronnie ils ont poffédées plufieurs
fiecles, jufqu'à ce que le dernier Baron
de Murthlye donna fa fille en mariage
au Baron d'Albercrumbry, & lui donna
ladite Baronnie en dot, Ôc donna à fon
oncle la Terre de Bumben, qui étoit
un tiers de la Terre de Murthlye. Il y
a près de trois cens ans que ladite Terre
fut donnée audit oncle & fes defcen-
dans portent encore le nom d'lrland
venans des Barons de Murthlye Irland.
Nous fommes très-bien informés par les
plus anciens du Pays,dignes de croyance,
qu'il eft certain qu'un frère de Jean Ir-
land de Burnben nommé Robert Ir-
land, fortit d'Ecofle il y a environ cent
cinquante ans pour aller en France. La
mère de fon père étoit fille du Barons
(*5)
de Pitfindy & fa mere fille du Baron
de Coûts & la. mere de fa mere fille
du Baron d'Auchinmouty d'où M. de
Lavaud Irland, Contrôleur Général de
la Maifon de la Reyne Mere du Roi
de France eft defcendu.
Aneiklovre.
Irland, Baron de Murthlye,
Comte de Neikloure.
Alexandre Irland Baron
de Domfey.
Alexandre Irland fils îné
de Burnben.
M. Alexandre Irland, Mi-
niftre de Fosbukye.
Jean Paton de Courdoun.
Alexandre Paton.
Jean Paton de Balifilque.
M. Alexandre Irland
Doyen de Duquell.
M. Guillaume Ratray, Mi-
niftre de Cargille.
Sa Mercer de Blaringoun.
M. Jean Blaire Minière
de Caputh.
M. Jean Roberfone de
Banderan.
M. Jean Simpfone Mi-
niftre de Dull.
Drummund Comte.
Graham: Comte.
Moray, Comte.
Balgilo, Baron.
Blaire de Befathy Baron.
Blaire de Petendright Ba-
ron.
Jean Stevsrt, Baron.
Irlan Baron de Burn-
ben.
Thomas Stevart, Baron de
Fentone.
Atholl. Comte.
Ramfay, Comte.
Stevart, Comte.
André Butler, Prévôt des
Marchands.
lean Jacques Echevin.
Guillaume Sharpe Eche-
vin.
Rankin, Echevin.
J\ o u s Secrétaire Interprête du Roi
en Langue Anglaite & Ecoffaîfe avons
traduit la- préfente certification de la
(26)
Langue Ecoffaife en Français qui con-
tient fidélement les mêmes termes &
le même fens de l'original, lequel j'ai
remis à M. de Lavau Irland pour lui
fervir & valoir ce que de raifon. Fait
à Paris, ce onzieme jour de Septembre
mil f·.x cens foixante-cinq.
Signé KirePatrik, avec paraphe.
Cvllationné l'Original par moi Confeiller
& Secrétaire du Roi 6* de fes Finances.
Signé S ECU IN.
JLj ouïs, par la grace de Dieu, Roi
de France & de Navarre à tous préfents
& à venir Salut. Comme la vraie
Nobleffe tire fa plus grande gloire de
fon ancienneté & de l'éloignement de
fon origine auffi eft-il vrai de dire
que plus une perfonne a d'ancêtres No-
bles & Illutlres dans fa Race, plus elle
fe trouve élevée au-deffus du commune
principalement lorfqu'avec cet avan-
(*7)
tage elle a hérité des mêmes vertus
qui les ont rendus recommandables. Sur
ce fondement il eft aifé de juger des
motifs qui ont convié notre amé &
féal Bonnaventure Irland de Lavau
Confeiller en nos Confeils d'Etat &
Privé & Contrôleur Général de la
Maifon de la Reine notre très-honorée
Dame & Mère de rechercher avec
foin, ainfi qu'il nous l'a expofé quels ont
été les auteurs de la famille dont étoit
defcendu fon aïeul lequel étant origi-
naire d'Ecoffe fut le premier de fon
nom qui paffa en France, & qui a été
comme la tige des branches de cette
Maifon y qui font établies. Pour réuffir en
cette recherche il a eu recours à notre
très-cher & très-amé bon Frère & Coufin
le Roi de la Grande Bretagne par l'au-
torité duquel s'étant fait un examen
& une perquisition très-exafte en Ecoffe
de la Nobleffe & de l'ancienneté de
cette Famille il enr obtenu une preuve
authentique par les Lettres Patentes que
(28)
notredit Frere lui en a fait expédier.
Et d'autant qu'une des principales fins
pour lefquelles ledit Irland de Lavau a
pris foin de retirer ainfi de l'oubli les
noms de fes aïeuls particuliérement dj
ceux dont les aérions extraordinaires
méritoient que la mémoire en fût con-
fervée à la Poltérité. a été de pouvoir
laiffer à fes fucceffeurs des exemples de
vertu tirés de fa propre Race, qui puf-
fent fervir à les exciter davantage à fui-
vre les traces de leurs prédécefleurs &
à mériter de leur Patrie, par des fervi-
ces fignalés, autant que ceux-là ont
fait de la leur, Nous avons bien voulu
avoir égard à la très-humble fupplica-
tion qu'il nous a faite d'approuver par
nos Lettres Patentes le témoignage porté
par celles de notredit Frere, de fon ex-
traction afin qu'elle ne puiffe à l'avenir
être ignorée ni révoquée en doute. A
quoi Nous nous fommes trouvés d'au-
tant plus difpofés ,éque Nous avons en
particuliere recommandation les loua-
(*9)
bles qualités qui fe rencontrent en fa
perfonne & que Nous fommes fi fatis-
faits du zele extraordinaire & de la fi-
délité inviolable, dont il a toujours ac-
compagné les fervices qu'il nous a ren-
dus, & à la Reine notredite Dame &
Mere depuis quarante huit années
tant en la fonction de fa Charge qu'en
plufieurs autres emplois dont il s'efl
acquitté à notre entiere fatisfa6Kon>
qu'il n'y a point de graces qu'il puiffe
defirer de Nous, que Nous ne nous fen-
tions conviez à lui accorder Savoir
faifons Qu'après avoir fait voir en no-
tre Confeil lefdites Lettres Patentes de
notre Frere & Coufin le Roi de la Grande
Bretagne, ci-attachées fous le contre-
fcel de notre Chancellerie contenant
une authentique atteftation de la No-
blette & de l'ancienneté de la Race &
Famille du nom d'Irland dont les Au-
teurs fortirent d'Hybernie, il y a plus de
fept cent ans pour venir s'habituer en
Ecofle oû eux & leurs defcendans pof-
(30)
Céderent pendant trois cens ans la Terre
de Bordlland en la Province de Lorn
& depuis pafferent en celle de Perth
oùils acquirent la Baronnie de Murthlye
& s'allièrent par mariage avec les no-
bles familles des Murrays Drummunds,
Meriers & autres non moins illuftres
que la leur. Ils pofféderent cette Ba-
ronnie jufqu'en l'année mil trois cent
qu'Alexandre Irland la donna avec fa
fille unique en mariage au Baron d'IA-
bercrumbry ayant réfervé feulement
la Terre de Burnben qui n'étoit
que la troiiieme partie de fon bien
pour la laiffer à Jean Irland fon oncle
afin de lui donner d'autant plus de
moyen de foutenir l'éclat de fa famille,
dont il devenoit le chef par la mort
de l'autre. Les fucceffeurs de ce Jean
continuerent de fe foutenir par de gran-
des alliances & de ceux-là il y en eut
un appelle Guillaume Irland de Burn-
ben, qui fe maria avec lfabelle de la
Maifon de Pitfindy, dont il eut un fils,
(SO
nommé Alexandre, qui époufa Margue-
rite Coûts fille du Seigneur d'Au-
chterfoull & d'Anne d'Auchinmouty
tk cet Alexandre eut deux fils l'un
nommé Jean, qui continua la branche
qui dure encore à préfent dans le Pays,
& l'autre Robert, aïeul du Suppliant
& l'auteur de celle qui fubfifte en notre
Royaume. Ce Robert ayant dès fes jeu-
nes ans embrafle la profeiîion des Lettres,
& s'y étant rendu auffi célèbre que l'a-
voient été fes peres en celle des Armes,
vint en France, fous le regne de Fran-
çois Ier & s'habitua en notre ville de
Poitiers, où il parvint à être Docteur en
Droit, & Régent en l'Univerfité de ladite
Ville. Et fe voyant d'autant plus engagé
cet emploi à finir fes jours dans ce
Royaume il defira de fe faire natura-
lifer Français & obtint du même Roi
toutes Lettres à ce néceffaires (i). Et
(i) Au mois de Mai 1511 l'Hiftoire d'Angleterre
& d'Ecofre fait voir des Ambaffadeurs de cette famille
en Ecoffe & en France.
(3O
comme outre le profond favoir qu'il
poffédoit, il n'étoit pas moins habile
dans le Gouvernement politique il fut
élu d'un commun confentement Echevin
de la même Ville & dans l'exercice
de cette Charge il confirma à l'avan-
tage du Public la bonne opinion qu'on
avoit conçue de fa capacité, de fa fuf-
fifance, & de fa dextérité au manie-
ment des affaires les plus érineufes. Il
époufa en première noce Marie Save-
teau, & de ce mariage fortit Jean Irland,
qui fut Confeiller en notre Cour de Par-
lement de Rennes à laquelle Charge
fuccéda fon fils qùi s'en étant défait
fut pourvu de celle de Lieutenant
Criminel au Siège Préfidial de Poi-
tiers, laquelle a été confervée à Jean
Irland i'on fils qui l'exerce encore
avec honneur & à la fatisfaâion
d'un chacun. Du fecond mariage de
Robert avec Claire Aubert fceur du
Seigneur d'Aventon Confeiller en la
Grande
( 33 )
c
Grand'Chambre de notre Cour de Par.
lement de Paris, & depuis Préfident au
Siege Préfidial de Poitiers, & le pre-
mier qui exerça cette Charge, eft iffa
Bonaventure Irland, qui hérita de la
fcience & de la vertu de fon pere, &
fut comme lui Dofteur Régent en la
même Univerfité, & de plus Confeiller
au Siege Préfidial en l'une & en l'autre
defquelles fonctions il a acquis beau-
coup de réputation. Il contracta ma-
riage avec Marie de Saufay, de la fa-
mille des Saufay, Barons de Contremo-
ret & entr'autres enfans ( i ) eut le Sup-
pliant, à la confidération duquel Nous
nous fommes volontiers porté, à lui faire
expédier nos Lettres fur ce néceffaires.
(i) Il eft configné dans les regiftres du Chapitre de
l'Eglite infigne de Saint-Hylaire de Poitiers dont le
Roi eft Abbé, que le 10 Août 1659 le Roi & la Reine,
Mere de Sa Majefté préfenterent dans ladite Eglife
au Saint Sacrement de Baptême la fille de Haut &
Puiflant Seigneur Louis Frotrier, Seigneur de la Mef-
feliere & de Haute & Puiffante Dame Anne Irland fon
époufe à laquelle la Reine a donné le nom d'Anne &
le Roi de Louife.
(34)
A CES CAUSES, & autres à ce nous mou-
vans, Nous avons dit & déclaré, difons
& déclarons par ces Préfentes, fignées
de notre main, que Nous reconnoiffons
ledit fieur de la Vau Irland, & tous les
defcendans de Robert pour Gentilshom-
mes, iffus de la Noble famille des Ir-
land, Seigneurs de Burnben & aupa-
ravant Barons de Murthlye Ecoffais.
Avouons & autoriîons en tant que be-
foin feroit, l'ancienneté de leur Nobleffe,
fuivant le témoignage qu'en a rendu no-
tredit bon Frere & Coufin le Roi de la
Grande Bretagne, Voulons Se nous plaît,
que ledit fieur de Lavau Irland & autres
defcendans de Robert enfemble leurs
enfans nés en loyal mariage foient te-
nus, réputés & traités par tous nos Su-
jets, de quelque qualité & condition
qu'ils foient pour Gentilshommes iffus
de ladite famille, & ayant droit d'en por-
ter le nom & les Armes & que comme
tels ils jouiffent en tous lieux, actes &
affemblées des privileges, prérogatives
titres & honneurs qui font dûs & peu-
C ij
vent appartenir à la qualité de Gen-
tilhomme d'ancienne extraction. Si
DONNONS EN MANDEMENT à nos amés
& féaux les Gens tenans notre Cour de
Parlement à Paris Baillis Sénéchaux
leurs Lieutenans, & autres nos Officiers,
Justiciers & Sujets qu'il appartiendra
que ces préfentes ils faffent enregiftrer,
& de leur contenu fouffrent & laiffent
jouir & ufer plainement paisiblement
& perpétuellement, ledit fieur de Lavau
Irland; enfemble les defcendans de Ro-
bert & leurs fucceifeurs enfans pofté-
rité & lignée mâles & femelles, nés
& à naitre comme dit eft en loyal ma*
riage & les faifant reconnoître en tous
lieux & affemblées pour Gentilshommes
d'ancienne extraction CAR tel eft notre
plaifir. Et afin que ce foit chofe ferme &
fiable à toujours, Nous avons fait mettre,
notre fcel à cefdites Préfentes. Donné à
Paris au mois de Septembre, l'an de grace
mil fix cent foixante-cinq, & de notre
régne le vingt-troifieme. Signé LOUIS.
( 36 )
Et furie repli Par le Roi LE Tellier.
Et fcellé du grand Sceau de cire verte,
'en lacs de foie rouge & verte fur double
queue. Et à côté vifa. SEGUIER.
Collationné l'Original, par moi Confeiller
& Secrétaire du Roi & de fes Finances.
Signé S E G U I N.
Extrait des regiftres de Parlement.
JlLntre Me Bonnaventure Irland
Seigneur de Lavau Confeiller du Roi
en fes Confeils Contrôleur Général
de la Maifon de la défunte Reine, Mere
du Roi Me Louis Irland Doyen de
l'Eglife Saint Hilaire. le grand de la
ville de Poitiers; Jacques Irland, Ecuyer,
fieur de la Cigogne, fils de défunt René
Irland vivant, Ecuyer, Confeiller du
Roi au Siége Préfidial de ladite Ville
& Claude Irland Ecuyer fils de feu
Bonnaventure Irland Ecuyer, Con-
ffciller du Roi audit Siège de Poitiers
qui étoit fils aîné dudit.René Irland
tous enfans du Second lit de défunt Ro-
(37)
C iij
bert Irland, Ecuyer, Douteur es Droits
& Echevin de la Maifon commune de
ladite ville de Poitiers, & de Damoi-
felle Claire Aubert Me Jean Irland
Confeiller du Roi en fes Confeils
Lieutenant Général & Criminel de Poi-
tou Louis Irland, Ecuyers Chantre &
Chanoine en PEglife dudit Saint-Hilaire,
& Robert Irland Ecuyer, fieur du Fief
Clairet, enfans du premier lit dudit dé-
funt Robert Irland, Ecuyer, & de Da-
moifelle Marie Saveteau demandeurs
à l'entérinement des Lettres Patentes
du Roi obtenues au mois de Septembre
i66ç par ledit fieur de Lavau Irland
& en exécution d'Arrêts de la Cour in-
tervenus enfuite des 3 1 Décembre audit
an 1665 & 6 Février 1666, & en Re-
quête judiciaire, d'une part; & le Procu-
reur Général du Roi, défendeur, d'autre
Vu par la Cour lefdites Lettres Patentes
données à Paris au mois. de Septembre
1665 fignées LO UIS. E.t fur le repli
Par le Roi, LE TELLIER. Et fcellées du
(38)
grand Sceau de cire verte, obtenues par
Bonnaventure Irland fieur de Lavau,
par lefquelles & pour les caufes y con-
tenues, ledit Seigneur Roi auroit dit
déclaré & reconnu ledit de Lavau Irland
pour Gentilhomme iffu de la Noble fa-
mille des Irland Seigneurs de Burnben,
& auparavant Barons de Murthlye &
Ecoffais auroit Sa Majeflé avoué &
autorifé en tant que befoin feroit l'an-
cienneté de leur Nobleffe fuivant le
.témoignage qu'en a rendu le Roi de la
Grande Bretagne veut en outre que
ledit de Lavau Irland & autres defcen-
dans de Robert enfemble leurs enfans
nés en loyal mariage, feront tenus ré-
putés & traités par tous fefdits Sujets,
de quelque qualité & condition qu'ils
foient pour Gentilshommes, iflus de la.
dite famille & ayant droit d'en porter
le nom & les armes, & comme tels qu'ils
jouirent en tous lieux & actes & affem-
blées des priviléges prérogatives &
titres d'honneurs qui font attribués &
peuvent appartenir à la qualité de Gen-
(39)
CiV.
homme d'ancienne extraction, ainfi que
plus au long le contiennent lefdites Let*
tres à la Cour adreffantes. Vu auffi les
Lettres Patentes de Nobleffe des aïeuls
dudit Irland expédiées par le Roi de
la Grande Bretagne. Requête préfentée
à la Cour par Jean Irland Lieutenant
Général Criminel de Poitiers Louis
Irland, Chanoine de Saint Hilaire de
Poitiers; & Robert Irland, Ecuyer, fiettf
de Fief Clairet, defcendans du premier
lit de feu Robert Irland Louis Irland
Doyen de S. Hilaire de Poitiers Ir*
land Ecuyer enfans de défunt Bo.
naventure Irland Confeiller du Rai
Ecuyer, fieur de la Cigogne enfans
du fecond lit dudit Robert Irland &
Me Bonnaventure Irland fieur de Lavau
Confeiller du Roi en fes Confeils Con-
trôleur Général de la Maifon de la Reine,
Mere du Roi; à ce qu'il plût à la Cour,
entérinant lefiJite* Lettres de confirma-
tion de Nobleffe oôroyées audit de La-
van Irland, ofdenner que les Supplions

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.