Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF - MOBI - EPUB

sans DRM

Photo de classe/s

De
78 pages

"Comme chaque soir, avant de partir, de quitter la classe vide, avais fait un rapide tour de la salle pour m'assurer que tout était en ordre ou du moins que le désordre était raisonnable..."

Nous voilà immergés dans le quotidien, voix, geste, parole, d'un instituteur d'école primaire, dans un village de l'ouest, sous ciels d'estuaire. Pas la première fois qu'un récit s'y ancre pour laboratoire de l'imaginaire, des rêves, magnifique poste d'observation.

Et point crucial de la transmission, des frictions sociales. Et puis il suffit d'une phrase, trouvée sur la table d'une des petites élèves, un coeur découpé dans le cahier de textes, "je t'aime maman passe que tu et la plus belle" – c'est ici, dans la classe même, dans cette heure qui suit le départ des élèves, que l'instituteur reçoit les parents d'élèves.

Et c'est le biais ici pour ces portraits au plus sensible de notre présent, ses contradictions et ses illusions, sa générosité et ses désespoirs. Et chaque micro-chapitre est l'arrachement bref d'une silhouette ainsi sculptée dans son humanité même, "père de...", "mère de...", grands-parents parfois, à même leurs peurs ou leurs dérives (avec zeste parfois de physique quantique, croyez-le ou pas).

L'instituteur, dans l'autre versant de sa vie, s'en fait l'écrivain, le recompose par la fiction qui fait surgir visages et paroles, récit en miroir de nous-mêmes – compte l'ouverture au temps. Claude Simon donne ici, en exergue, le défi : "pour l'écrivain ou le peintre [...] l'émotion est inséparable du matériau qu'ils travaillent (et qui les travaille)".

FB


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Jean-Pierre Suaudeau
PHOTO DE
CLASSE/S
ISBN 978-2-8145-0593-3
Fichiers & ebookdesign par Gwen Catalá
première mise en ligne le 5 avril 2012
PUBLIENET "
"
3HWLWLPSU?FLVGHSK0?U?D"#\VLTXHTXDQWLTXH\$WLRQ0?U$ HGH6RSKLH0?UXFRPPHQFHPHQW?U0?U/HGH/?DHQWVGH5RP$DU0?UHGH&?OLDHGHVMXPHOOHV#% HGH6WDF3HGH0DOFRP?UHG?$QGUHGH-3???????RFFXSD3?U?PDU\XDOGL?????????30?UUDLQHGH.0?U?HGH0HGKLYLQHGH)UDQ?RLV$%0?U*UDQGS?U
%!
##
#
!#
!
&
$
!?$OLQH&KU$QQHHWWDQWG?DXWU0DULVWHOOH0XUHQWV(VSHUDQ]DLH-DFTXHVLHO/D?WLWLDHVSDUÀ l’axiome : "l’écrivain ou le peintre narrent (ou représentent) le monde et
les choses" on substitue cet autre : "l’écrivain ou le peintre narrent (ou
représentent) leur émotion et cette émotion est inséparable du matériau
qu’ils travaillent (et qui les travaille)".
Claude Simon!"#$# $%&'()$* +" &,-*$./"
./01#$./"
Que les écoles puissent subir de telles
métamorphoses entre le début et la 2n de la journée,
comme s’il s’agissait de deux mondes
dissemblables, sans rapport, étrangers l’un à l’autre,
on a sans doute du mal à se l’imaginer, à le
comprendre.
Le matin en e3et, les couloirs sont vastes, les salles
larges, paraissant tout juste émerger de la torpeur
nocturne, d’un sommeil dont on perçoit encore
la profondeur à l’ampleur de la respiration, tout
imprégnés d’une vivi2ante odeur de détergents et
égayés par la seule musique du ménage qui s’achève.
On y circule avec aisance, dans un silence joyeux,
attentif, prometteur. Empruntant ce dédale de
salles vides, cette en2lade de couloirs et de portes,
on pourrait s’y perdre si on n’y venait chaque jour,
habitué à ce déploiement matinal, à cette
con2guration particulière, mouvante, des lieux. Des FK FK
OXPHHLVVL?QFXURDQRPYE?FLG?DXWDQWHWFHMXVTX??FHTX?RQDLWOQHUQWGIR?QUWHFOHDGUFHRVQPVFDLQHQQUFKXPHXUHPLOOHOHHWPHELUXWPW?HHVQ?DSDVHQFRUHWRXW?IHDLWSULVODPHVXU?HO?KDELWXHOO?HVSDFH/HVRLULDXFFRQWUDLU?HDHHDSU?VHOHG?SDUOWVGHVHHQIDDQWVPUHLRUKOHDTX?RQG?FDQWHUFOVDHUGOGPUHHQHWEYGLLGHLVPVGXHOFHHXGORQGHWKHOHUHRO?OTHWVDD?WHDLOH?QWPLJYRDQ???IHVPDFHRPRPPHX?QXHSRQXRWHUHQIHDXERXUGRQQDQWGXLWVHYGHFSDVHGHGORDQFWVWHWOFOHVVXRLQWH?VWG?DUOHVPHSOHLDHVVVGUXVUHDHQWWYODMRXUWQ?HVHWGGRQWPLXUUVVRSODIRQGHVROUUJ?VRQQHQWHHbQFERXUGRQQHPHQWRODUXFHVHPE?WUFVULLPVPXUWL?UOHVOVH?FWOLDWWOVXGLHUYIRUL?[O$ESRXOVFXOFDUGHVWVHRHQERQUYHRVLGVDOQPVHWOIHFVWHF[RXXOHR?LDUDVLQGFVKVXDQWLQHVFFORX?KERHDXWOHVHHLOOHVPGHHEUQWFHUVHDXDUFLHFHVQ?DSHXLWHPSV?ODLVVHUJOPHOVHRSXULFXRHPSROWLQFHQVRHHGQQWUHHOTOLHHVDUWDQQPJH?PV
F?U ?EUDO TXL HPS?FKHQW GH ???FKLU DLV?PHQW FDO
P? HQ IH SDU TXH OTX H J? QL H LQ VR OHP PHQ W QJ HXU
OD WH SRU DQW RQ VHUD O? FRPPH GDQV XQH ER?WH
TXDQG OHV SL?FHV VRQW YLGHV GH QRXY HDX DSSDU HP?FRUULJHUHGPDUFTX?RQWHLQWHWGHXUVRXJH?YFUMHWDQWHGHWWHPSVS?FDXWULHHXQ?LOQK?E?W?PVXUVDOYODFRXUWGHOUF?FUV?DWLRQ?UHVHQGXHFRPPH?HOOHP?PHLHGH?YTHQXHFXQDHVSDFHLQXWLOHHLQFUO??FROHRU\JDEHOHPHQWVYTDVWH?HWODLGTX?RQODXVVLQG?VRO?HTX?XQHVIUQLFOKHLQGXVWUDQWVLHOOH?PRU/XDWVWVLUWDX?GHHHVDLHQ?V\DOHXUWLWVQI?DHFSRXYWWHXULRVRFLDOQ?VHQWH?I?UDQWRIUXWVLWVULDWHLQRYQLODHPVLWFHEQGWLUOUHVDSVOVXSUVGHV?PRXVV?HRXYOHQWLDO??R?ULGLQJDLHUHUDGWHUJFHVQ??XQRVGUHLMIRLXULQH?GH\bRLUHQFRUDXFRLUHDYGHP?PHO?HQDQWDXIKHSLHGYTX?HOOHHSUDXWLO?HVSUPLDLOHVQIUUHOVVDFRQF?GHULWTSHUHVXV?HGRPQQDHWE?FDO?HGDLJQHFUHQTXY??LOULHVVWHR?DIDDLOUHHKTXLVHVHPEXOHVRRXSGXDHLQHHQILGHQRO?WDLUVXODLVV?VSRXUFRPSWHUO?DPELWLRQPR?WHLQWHQWWHDEVLOHHUYHHW?DSWUIRLYHRGTMXHKUFWHHVVGLVQPVLRUPVQULYHVVHUO?XFVXSUUUQHVQW?HLVQVSSUDDUDFFHRRO
FRQVWDQFH SU ?I?UDQW FU RLU H ? O?HVSRLU G?XQH WUDQV
TX?RQ Q?D SDV DLW FH TX?RQ DXUDLW G? DLU FH TXH?TXGHQXHRYLSRVF?VDEM?RLXGWH\[LHXOQUHWXRSGOHUXQUSHQDQWSHDUUWLWLIVFGDQVXVLOHQFHOGLD?HUQHEDFLHXSQDDURIHXWP?FDR\PHWSHRTVDLOWWHPDLVDGHOHVO?DLUFOHVUHWDPLGLLVROHQQHOHHXHHWRJGV?PHQFRUHVR?GVHUSDVSHLPHU?RHUHWGGHDQHHTXUTX?RQOHWO??FROH?FUDVHHPDQTXHTXLXHVSDFHXHX[?SRXURQSPLFUXDHWKDSS?bLLQGRORUROHQFbHOG?LQ?WRPHVRLRQQDQWGHHUXHQWVUDSSDUDXVVHTG?DSUXGDQVLLHX[ODVVRYXUGDLGSHUVRUFVRLUHSHVR?H?WDV?U?OVDQTTX?HQOVOHHORDWDSOHX?SDU&WHWGVXXHWHHPWSDVUVRYQLUHFVQWXHWLOQVGHL?I?QUVHQMWVXDTX?RRWQLQHUHHPDUTXHTX?HQSDVURXY?RQSHLQHVX?RTXHUWDQWTOHV?OLHX[QPOHVV?WUUHVDVWHYXSLRRUWLDSXXHVWDLQHPG?HQWUQH?FHX[VRQWXQHVL[HKHXULQ?OXFWDEHVDVSKGXUDQWFRQ?Q?VXGDQVDXQEHVSDFHDXVVLU??GXLWKDUJ?H/DYLVLEMRXUDQ?HQ?JDWHUYLEUPLQ?HGDQVG?O?W?UO?DTX?RQWPRVSK?UH?RLWHSDUHQHVWFHWWHVDHQWHWXUI?HTXL?WXGH?Q?VFRPPHVLFHO?RLQMXU[\J?QHHWGGHLFVDSVRQLLHEOQHHSDFYDQLSWUSSLVDLWW
&?HVW GDQV FHWWH WPRVSK?U HO? ORXUGH ?OHFWULTXH
VRQW RUGLQDLU HPHQW DVHSWLV?V VDXI TXDQG XQH WU HQ
SRXVVL?U GH WUDQVSLUD WLRQ RX P?PH SDV GH WUDQVFRPPSHQLUGHQWWJRGXFVXUFUXRSHUFRQWUDLQWVXQGLW?DIUQTXLVF?ORHMRXUTWDLQVXHOHGDQVVHS?UH?O??FDUPGHVRSUXOHVYRLOHUPRQVR?X\WRLXHWFRPELHQVSDULORQJPDSRO?HQPHHQYWHVSDFHVDQVH[GRQWLSOXSDUVWHQXVWH6DQVULVWHVGHUHHTDLWXFLHHYUW?WWL?UXUXXQHQOHHHHVW?QRXVRGUQWTQ?JXHVWHHXVOHWG"PLEFRQQD?WUHOLJQ?HVFOHVX?HHLHVHWUTTLQXWLOHVDQG??HWROXHUR?XQOH?WUDQJHUVDYURLUHHWVHVHVSDFHLQVWULOVXPHQWVODWDXVVLWHPSVPRGHVWHV?IXVVHQWLOVWH[FOXVLPSRVHQWOHXUSDUOHUVWUUVRXY?JOHVVOHXUOHXURSUUVFRODULJXHXU2QIXQHDVVHRLUIRUV?XUbPHXQHGHU?ULJXHXUDSDUXQWRXWD?FSOXVK?HUIUDHOHVEP?ODQJHHDXRQFRQVWLWXHUDLWLQVXUWDERXLOOHEDUL?UV?HPEUDORURQTX?RQSDUIRLVFRPPHKH]O?FHUDDVV?XVRLYQOWHL?PVLQGD?VVRWIRDUQ?HFGHSXLV?G?DQQ?HVP(WHSDUQFHVWHQWVFHU?TX?RQFGHSXLVUWDPVV?SVUHTI?RQUDFG?MPHXQ?WHLQWLPLG?VVLGXQPRLQVURQVHXO?LPDJOLQHXVQ?HVVRQW
H WHPSVb OHV GD WHV RQ QH VDLW SOXV GHSXLV FRPELHQ
GHV KDLVHV WU RS SHWLWHV HW QRXV HF HX[ SDV GHU
TXL VH UDSSHOOH VXEU HSWLFHPHQW ? HX[ (W GX FRXS
JDXFKHV XVWH HFU RTXH YLOO? WDVV? EUDV SHQGDQWVSU ?G?FHVVHXU V OHV DQQ?HV RQW WRXW KDQJ?
DLVQRQbPDVLOG?M?X?DFFXVDO?XQLYLHUVLW?RQHQXHV?OHVO?XXHVPLIQFHFHTXHDSUXVRQKHUFFFODVVHKR?HPG?EDUDPJUHVLOHQFHH?RLWHYWT?XQ?QRRQQHLVHVDWXPLVHUO?LPDJDOHVELHWUHLQGWD?QWHXHGHQDQW?ISDOFDHUGHHOHVQWHPSVRHWX?JDUGVVOHXUOHXUX?OFDHFWUW?HOPW?R?PHQWHVXUG?FRQSODOWHPSVDYFH[DPHQHGHRFXHLOOLU?IRXYL?ODUOOHVIVQ?HVWTX?RQDHUDYSD?LWHQYWS?EW?QHDVGHVVYLDVHGROHQWVLUDP?VYDD?FRUHDQWVYLYXSVSHPHQWLHWUYRXY0?PHRLHPHQWRQUSDVOHSOXVTX?LO?DXWO?DLVHDTXHHFOHXUVSHU?RLW0PDODLVH"DQVUDQ?FLQTU"HHWUUP??OQHHFTXD?'Q?RDWXHWGUXHVLXTKXV?LRHQLOVSHXYQDOOHUHGHSUFHQRYQSXLVTXHQSOXSDUDGX?OHXUW?VHQFHDXWSHQDVWLRQVHHLQHQWQORWFRG?DFUVXVFHSWLEHGLPHQVLRQV?HWUTXHF?KHGHFRXSDERDFLOHVQ&HTX?DXFWLQUURRXYLODWDQHDSDVVFRQQD?WUHHHHWTX?RQHUQHFRQQD?WXDXHSUXHPLHUGFVRRXLSOGG??RLYODDFFXHLOODQWH?UDVV?HPLDVPHVOODDHLOOHS\UUR
HQ WRXW FDV HW SDV V?U TX?HQ DFH RQ OHV G?WU RPSH
TXHOTXHV DQQ?HV DXSDUD DQW K?VLWDQW HQWU H WXWRLHe
?PHQVL?FOHWSHOWXHVMHFH?G?M?WGRUQWQW?H?GHHLQVWDQWGLWRQFGXHO?RUXPDLVUDDVFLOHHFFQKODTTX?RQXHUDLWHQIMV?LPDJR1HPXUU?LQHSF?HW?HIQDDPSLOOSLDXUDLHVR?DXGHHRSHXXLDVWGHORLUHSDVO?LG?HWHGHODOLWW?UDHPVHSVLQDQWHQZWRQD;;,YHF?LJFG?XQHH?WRWYHU?HWPUMDXQHJHLRGL?OYDLWDDWL?RVQUWG?HRWO?XHUVSKDVFH?ODRSUS?OLFFXD?WLDR[QSUPQ?VFYLHQWRUQYQX(WHXQGHODTX?RQSRXUSKDLU\VLTXHWXUTXDQWLTXH!"#$ %$ &'()*$
Comme chaque soir, avant de partir, de quitter la
classe vide, avais fait un rapide tour de la salle pour
m’assurer que tout était en ordre ou du moins que
le désordre était raisonnable, et mon attention avait
été attirée par un découpage resté sur la table de
Sophie. Ce qu’elle peut être énervante  : elle
n’écoute jamais, l’école ne l’intéresse pas, préfère
bricoler dans son coin, se faire oublier. Avais
pourtant reçu la mère la semaine précédente et aux
premières critiques que j’avais formulées, elle avait
vertement tancé Sophie, la houspillant sans
modération aucune, la comparant à sa sœur aînée à qui
il n’y avait jamais rien à dire, à qui il n’y avait jamais
rien eu à dire, un modèle selon elle dont elle
devrait s’inspirer au lieu de perdre son temps en
classe et d’en faire perdre à son maître, comme
elle le faisait, d’autant que ce n’était pas la
première fois, qu’elle devait prendre de bonnes
résolutions, s’en souvenait-elle ? Et regarde-moi quand

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin