Piece oubliée a l'Académie française.

Publié par

A Paris, chez Esprit, libraire de S. A. S. Mgr le duc de Chartres, au Palais Royal. M. DCC. LXXVI. Avec approbation et permission.. 1776. [2] p., p. 5-14 [i.e. 12 p.] ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : lundi 1 janvier 1776
Lecture(s) : 1
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

PIECE
OUBLIÉE
A L'ACADÉMIE
FRANÇAISE.
Quid vota furentcm y
Quid. delubra juvant?
.Tacitum yivit sub peclore vulnus.
VIRG. ÆneÍd. Liv. IV.
i, ,1 ",. ~1
A PARIS,
Chez ESPRIT, Libraire de S. A. S. Mgr le Duc de
Chartres, au Palais Royal.
M. D C C. LXXVI.
AVEC APPROBATION ET PERMISSION.
(5)
A 3
PIECE
OUBLIÉE
1
A L'ACADÉMIÈ FRANCAISE.
c
H A R G É des intérêts de la Grèce allarmée,
Député vers Achille, & choisi par l'armée,
Ajax, suivi d'Ulysse, au milieu de la nuit,
Marchait vers ses vaisseaux. Phœnix les y conduit
Entouré du refpeft que son âge fait naître ;
Phœnix, l'ami d'Achille, & qu'Achille eut pour maître.
Ces Rois , sur leurs succès incertains & tremblans ,
De la mer côtoyaient les rives à pas lents ;
Ils invoquaient Neptune, & redoutaient Achille.
Achille qui, loin d'eux, outragé mais tranquille,
A sa lyre unifiant tout l'éclat de sa voix,
A Patrocle attendri racontait les exploits ,
Les dangers des Héros dont il suivit les traces;
Et chantant leur triomphe oubliait ses disgraces.
Il voit les trois Héros. Il s'arrête ; & soudain
Se lève 3 les aborde, & leur prenant la main :
» Est-ce vous, leur dit-il ; quel sujet vous amène ?
« Vous ici, mes amis, est-ce crainte, est-ce peine ?
» Fiez-vous à mon cœur, il est toujours à vous :
» Ce cœur est fier, mais juste ; & jamais son courroux
» Des crimes d'un ingrat n'a puni ce qu'il aime.
Il dit : & dans sa tente il les conduit lui-même.
(6)
Ses ordres font donnés ; sur vingt riches tapis
Nos Héros à l'instant près de lui font aÍÚs.
Patrocle est avec eux. « Que ton cœur me féconde,
M Lui dit Achille, emplis cette coupe profonde ;
» Je reçois mes amis : dans eux trois aujourd'hui
» Je reçois de la Grèce & l'honneur & l'appui.
Les viandes auffi-tôt par lui font disposées;
Et de ces mêmes mains aux combats exercées,
Avec Automedon assaisonnant les mets,
Achille du repas conduit tous les apprêts.
On se place. Chargé des divins sacrifices ,
Patrocle du festin offre aux Dieux les prémices.
Achille, environné de ses hôtes ravis ,
S'assied, & par eux seuls tous les trois font servis.
Le festin cependant avec la nuit s'avance.
Rempli de ses projets, bouillant d'impatience ,
Ajax s'irrite. Ulysse a pénétré son cœur ;
De Bacchus dans sa coupe il verse la liqueur ;
L'offre au fils de Thétis : « Prolongeant vos années j
» Que le Ciel sur nos vœux règle vos destinées,
» Dit-il : votre amitié, votre brillant accueil
» Ont enivré nos cœurs & comblé notre orgueil.
t) Non, malgré tout l'éclat de sa grandeur suprême
» Jamais à nos desirs , Agamemnon lui-même ,
» N'eût offert tant de foins, sur-tout tant de bontés.
» Mais d'un effroi nouveau , chaque jour agités,
» Au milieu des périls , des craintes & des larmes ,
» Notre cœur des plaisirs peut-il goûter les charmes ?
» Voyez, par les Troyens, tous nos camps ravagés ;
»; Dans leurs propres remparts les Grecs font assiégés.
(7)
A 4
» Ces feux qui près de nous brillent sur le rivage
» Demain dans nos vaisseaux vont porter le ravage ;
» On a vu Jupiter contre nous se ranger.
» Le seul Achille encor peut le faire changer ;
» Lui seul peut du trépas sauver la Grèce entière.
» Fier de l'appui d'un Dieu qui soutient sa colère;
» Bravant le Ciel & nous, Hector dans sa fureur
» De la nuit qui l'arrête accuse la lenteur ;
» Il appelle l'aurore, il jure dans nos tentes
» D'arracher de nos Dieux les images sanglantes ;
» Et traînant sur ses pas l'esclavage ou la mort,
» Au dernier de nos Grecs promet le même fort.
» Si l'honneur parle encore à son ame attendrie,
» Achille peut-il voir, loin de notre patrie ,
» Sous le fer des Troyens, tous nos Grecs égorgés;
» Mourir en l'accusant de n'êire puint vengés ?
» Combien votre ame alors, au repentir livrée;
» Par de justes douleurs se verrait déchirée 1
9* Nuit & jour, par la honte à ses yeux retracés;
» S'offriraient tous les maux qu'il aurait seul causés.
» Il en est tems encor, rappeliez votre audace ,
» Prévenez des remords dont le poids vous menace ; -
» Venez, secourez-nous , secourez trente Rois.
» Votre père aujourd'hui vous parle par ma voix.
» Que plus tendre & moins fier votre cœur se rappell
» Ce jour, où vous pressant d'une main paternelle,
» Il vous disait : mon fils, les Dieux me l'ont promis
» Sous ton bras fléchiront tes plus fiers ennemis.
» Mais craint & respecté , si tu veux que l'on t'aime,
» Apprens non fils , apprens à te vaincre toi-même j

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.