//img.uscri.be/pth/f64dae977d46413eeaa447d4bda647f0a80fcb87
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

A l'ange Aurore

De
107 pages
Premier ouvrage de Ren Caspian, "A L'ange Aurore" est un recueil d'une quarantaine de poêmes, mêlant amour et haine, folie, espoir, vie et mort, à travers des personnages réels ou imaginaires. Inspirée par divers auteurs ou par des expériences personnelles, Ren Caspian nous livre ici, sur une note sombre, parfois violente, avec une pointe d'espoir et de douceur, un hommage à Aurore. Dans un même temps, à travers ces quelques poêmes, elle tend à nous pousser vers une réflexion sur nous-mêmes et sur les autres.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

À l’ange Aurore
1À l’ange Aurore
2À l’ange Aurore

À l'ange Aurore
3À l’ange Aurore
4À l’ange Aurore
Ren Caspian
À l'ange Aurore

Poésie






Éditions Le Manuscrit
5À l’ange Aurore
© Éditions Le Manuscrit, 2007
www.manuscrit.com

ISBN : 2-7481-9194-3 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748191943 (livre imprimé)
ISBN : 2-7481-9195-1 (livre numérique)
ISBN50 (livre numérique)

6À l’ange Aurore






A Aurore, sur son lit de mort.
7À l’ange Aurore
8À l’ange Aurore


PALE ENCHANTERESSE

Pâle enchanteresse, ma gracile enfant,
Toi qui supportes ton triste sort errant,
Tu étincelles de ton sourire caressant,
Et apaises les anges si tendrement.
Toi, qui fus abandonnée lâchement, fus jetée, trop cruellement.

Quand tes griffes taillent ma peau laissée,
Et fait couler le sang de ces tendres plaies.
Ma douleur amuse tes petits cris, poussés
Au premier coup de tes aiguilles acérées.
Mais je sais que le mal est ta seule armée,
Et je sais que tu ne songes pas à me tuer.

Si frêle victime, Pâle enchanteresse,
Que la main qui t‘abîme se perce !
Et que tes yeux sublimes jamais ne cessent
De luire en tout temps et toutes adresses !
Toi qui séduit de ta vie mon âme en détresse,
Toi qui ensorcelle de ta voix pour une ca-
resse.





9À l’ange Aurore
Quand ton innocent corps apaisé gît,
Si doux et fragile, au sein de ton lit,
Je te contemple en tes yeux endormis.
Pale enchanteresse, aurore de minuit,
Vit et dort dans ton temps infini, ort, vit et dort. Mais surtout vit.

10