A la table des couleurs

De
Publié par

Dans ce troisième recueil, l’auteur nous transporte au cœur d’un voyage : « J’aime le visage de la ville haute, j’escalade la ronde au-dessus du ciel ». Le sentier des poèmes est une marche vers les cœurs : « Elle donnera sa clé aux rosiers du bout de la terre. L’examen prendra le temps ». Le lecteur peut se laisser porter par la délivrance qui annonce les couleurs de notre jardin commun : « Rose orangé pour dormir au calme, le sommeil sera complet », « Tous avec leurs couleurs, s’avancent d’un pas de partage ».


Publié le : lundi 10 février 2014
Lecture(s) : 3
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332686824
Nombre de pages : 58
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Couverture
CopyRight
Cet ouvrage a été composé par Edilivre
175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-332-68680-0
© Edilivre, 2014
Du même auteur :
Le Feuilleté d’Endoderme, Auto Edition, 1997.
Ecailles d’Anamorphose, Editions des Ecrivains, 1999.
Je donne l’écriture construite qui vague sur la Mer du Nord de mon pays de cocagne.
Artères de voyage
Assis au coude du couloir, dans l’antre de la vie, je fume le réel en plongeant sous le toit.
Debout, face à l’espace, la cheminée de lune estompe le silence et, bataille les cœurs.
Les chansons du salon qui montent à longueur, disposent le goût des heures.
Comme un arbre planté au beau milieu du monde, j’escalade la ronde au-dessus du ciel.
Le continent m’appelle, je suis à pied dans l’eau de l’Atlantique.
J’aime le visage de la ville haute, j’escalade la ronde au-dessus du ciel.
Vers le sud, l’avion des respirations balaye le vent.
Les ailes battent leur cœur au continent de l’aube.
Quelle montagne ne serait pas surprise par les tours ?
Nous arrivons demain.
Disposée au cœur de la coupe, elle regarde dans la vasque les camomilles estompées sous les feuilles du figuier. L’espace du moment, les enfants cueillent l’oiseau volage pour parfumer la fleur de leurs sourires.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant