//img.uscri.be/pth/cbc00467a9c1dc95b8456b3803ccebfdbba7ba2d
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

À toi seule

De
268 pages
Une fleur du grand hiver Où se trouve ton univers? Est-ce la pluie ou la neige? Le monde est à l'envers Le noir est devenu blanc Avec le changement franc Le blanc est devenu noir Même les fleurs des champs Le monde n'a plus d'espoir Puisque l'amour est dérisoire Il s'échange à bas prix Dans les coulisses des marchés noirs [...] Au gré de ses voyages, Salah el Achkar pioche dans le monde et en tire des croquis emplis d'émotions. Poète naturaliste, amoureux devant l'éternel, observateur avisé de nos tourments, il témoigne des distances et des lignes de fuite, de ce qui marque et ne s'efface jamais vraiment...
Voir plus Voir moins












À toi seule


Du même auteur



Seul à toi,
éditions Publibook, 2012 Salah El-Achkar










À toi seule






















Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook :




http://www.publibook.com




Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les
lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son
impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et
limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou
copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une
contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les
textes susvisés et notamment le Code français de la propriété
intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la
protection des droits d’auteur.





Éditions Publibook
14, rue des Volontaires
75015 PARIS – France
Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55






IDDN.FR.010.0117705.000.R.P.2012.030.31500




Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2012


Préface



Dois-je parler d’un génie inné et débordant ?
Dois-je refléter l’extrême sensibilité de l’être qu’il est ?
Certainement avec un esprit fin et serein, un instinct naïf et
jeune, des manières chevaleresques et un constat véridique de
ses émanations intérieures, Salah EL ACHKAR est au dessus
des autres.
Amour trop humain dans une étincelante poésie de tous les
temps.
La peinture de la passion est une description dirigée. Elle
exhale une odeur sans nom dans la langue et qu’il faudrait appe-
ler l’odeur de la passion.
Le recueil de Salah est un chef-d’œuvre à l’état pur. C’est
l’éclatement du poète et son déchirement qui se manifeste. Il a
l’étoffe parsemée d’éclats de douleur, de chagrin et de fantaisie.
C’est ce qui donne une impression pailletée, étonnante et fugi-
tive.
En lisant les poèmes de Salah, on a l’impression d’écouter
une lyre divine ou un fifre magique accompagnant la lecture et
qui fait qu’un ensemble théâtral joue à chaque cadence et rime.
Cœur dirait aussi que les poèmes sont un recueil nocturne où
seul luit l’étroite lueur de son grand cœur et où la réalité devient
extraordinaire.
Les propos sont limpides et font jaillir des sentiments de
grandes valeurs morales, je dirai qu’il s’exprime avec les senti-
ments de tout le monde. Ici le poète s’irrite et se chagrine de son
propre sort et s’amuse en même temps pour son propre divertis-
sement. On y voit les caricatures, les parodies, les pamphlets et
on voit le succès de Salah qui a recherché à être un poète tout
court sans épithète. Mais s’il faut le qualifier, je dirai qu’il est
un poète naturaliste et moraliste avec le soin tatillon qu’il met à
dessiner les exacts sentiments de son personnage. Il a besoin de
voir, de flâner de fouiner. Il photographie les femmes, il calque
9 les détails et enregistre ses termes se composant avec des minu-
ties de sémiologue son petit lexique.
Et si selon la formule célèbre « la culture » est ce qui reste
quand on a tout oublié on pourrait affirmer que Salah ELACH-
KAR qui a oublié, ou presque, Ronsard et Du Bellay fabrique
selon un schéma qui lui est propre un tableau sur un tableau et
rédige une œuvre nouvelle en laissant dans le fond de ses poè-
mes, un espace laissé comme libre pour l’imagination.
Salah EL ACHKAR est un poète très cultivé qui écrit pour
un public très cultivé !!!
Salah EL ACHKAR est grand amoureux devant l’Eternel,
qui écrit pour les éternels amoureux.
Gaby Awad
Avocat
10


Préambule



L’océan de Salah est effrayant et affriandé, effrayant pour
dire que sa profondeur laisse son lecteur noyé dans une marée
de questions existentielles dont les réponses sont suggérées
implicitement, pour ne pas dire subordonnées à d’autres ques-
tions dans une chaine interminable tissée par le doute résigné et
un stoïcisme implacable ‘ et affriandé pour dire que Salah est le
combattant du Verbe. Perché sur son destrier, sa lance d’encre
surmonte les falaises de la mort, de l’amour en se déjouant de
ses deux imposteurs.

C’est un de mes bons vieux amis sympathiques. Je lui dois
toute considération surtout qu’il possède les mêmes aptitudes
que moi ; il est poète.
Réciproquement nous sommes proches l’un de l’autre en es-
prit ; en effet la lettre, la verve et le talent nous unissent, et
quand on a autant de traits commun, on est scellés pour tou-
jours, lui et moi dans l’intimité de la création poétique et dans le
domicile qu’on s’est choisi… moi dans mon monastère de re-
cueillement et de prière et lui dans son monastère de
méditation… Partant de Montréal, ville de son inspiration, qui a
embrassé une grande part de nos vies, il est venu déposer son
recueil au pied du cèdre de la montagne libanaise enneigé à la
fois étoilée et ensoleillée. Il faut avouer après tout que Salah n’a
jamais quitté le Liban bien qu’il ait enduré comme moi la peine
de l’exil et l’éternel appel de retour qui hante tous les émigrés.

Sans hésitation, il m’a demandé s’il était possible de rédiger
le préambule de sa nouvelle publication au nom de : « A Toi
Seule » résultante de ses capacités poétiques inégalées. N’est-il
pas pour moi un plaisir d’introduire le savoir poétique et intel-
lectuel d’un grand ami ? Nager dans ses flots sans toutefois
craindre la noyade, c’est de la bravoure. Mais ce n’est point
facile de prendre cette aventure. Cher Salah, comment puis-je
11 décrire quelques qualités de ton géni ? Sans détour ni extrava-
gance, quand nécessité exige notre fin et doué poète devient
violent. Prête-moi ta plume pour pouvoir mater les révoltes de
ce bas monde et planer dans ton ambiance où les anges ravis-
sent et louent le très Saint, siégé sur le trône. Sans l’ombre d’un
doute tes écrits sont nourris de tes larmes et du sang de ta vie
encombrée et inextricable. Qui ose dire que tu n’exprimes pas
tes douleurs cachées à travers tes beaux textes qui parlent à la
fois aux hommes et aux femmes à travers le temps et l’espace.

L’homme pour toi est à la fois le père. Le frère et le fidèle
ami, il représente ce que doit être la masculinité dans un monde
devenu travesti par des traditions qui ne nous ne ressemblent
plus. Quant à la femme, elle est à la fois idole et muse. Jamais
l’amour que tu lui portes ne s’est salit du charnel et du passa-
ger… ton amour comme tes vers se veut éternel et durable.
Pourtant chacun de nous a ses endurances parfois lancinantes
mais le poète a la capacité de traduire les fluctuations de l’âme
humaine. Oui c’est notre Salah. Nous les poètes nous sommes
identifiables par nos attributs qui forment notre caractère.

Ton style, expression et image poétique sont propre à la poé-
sie. Je n’exagère guère en essayant de décrire ta muse) en disant
que ta façon d’agencer les mots est complètement différente de
tes collègues et homologues les poètes. En effet, ton inspiration
poétique, lyrique ainsi que ton souffle musical te rendent affable
au commun des mortels. Pour lui, la difficulté de choix du sujet
est sans intérêt, il traite maintes phases de la vie adamique, il
tape sur tous les nerfs du corps social et joue sur toute la gamme
comme si les péripéties sont une échelle musicale richement
variée qu’il manie allègrement.

Le cycle saisonnier de la nature représente un tableau féeri-
que d’une beauté surprenante peignant les remous de l’âme qui
reflètent les sentiments humains.
A travers ses mots il manifeste toute valeur. Dans un ciel
criblé ou sans étoiles, la course du soleil et de la lune ravive son
esprit qui souffle où il veut. Dans ses poèmes on retrouve le
gazouillement des oiseaux et le murmure des ruisseaux expri-
més à travers sa verve enflammée d’inspiration et son parfum
12 bien surnaturel. Cet élan vers et au sein de la nature inspire en
même temps transcendance et immanence.

La première dans la mesure où elle identifie l’oeuvre à son
concepteur ; et la seconde où que l’homme prend conscience de
l’action de Dieu sur lui et que l’oeuvre se laisse détacher dans
un acte de modestie existentielle de son créateur lui laissant
l’unicité et l’invulnérabilité face à l’altération et la corruption
du monde matériel. Au-delà de toute expérience possible, la
transcendance implique l’immanence. D’un style incomparable,
Salah est vraiment un auteur imprenable.
Pour ton second recueil, je te souhaite un succès imbattable
et sans égal, ne nous prive pas de l’arôme de tes vers et sois
béni par tes lecteurs, tes amis et ton Dieu.

De tout coeur
Père Simon Assaf, Phd.
13


ﺔﻤﻠﻜﻟا ﺮﺳو حﻼﺻ ة

ﻊﺿاﻮﺗو ﻪﺣور ﺔﺣﺎﻤﺳ ،نﻮﻨﺣ ﻒﻴﻃو ﻊﺳاو رﺪﺻو ﺐﺤﻣ ﺐﻠﻗ ﻦﻣ ﺮﻄ ﻣ تﺎﺧز
ﺢﺋاﺮﻗ ﻪﺘﻴﺴﻧﺎﻣور ﻖﻓﺪﺘﺗ ،ةﺮﻄﻔﻟﺎﺑ ﺮﻋﺎﺷ . ﻪﺑ ﺎﺻﺎ ﺧ ﺎﻘﻧور ﻪﺘﻄﻋأ ﺔﺒﺒﺤﻤﻟا ﻪﺘﻴﺼﺨﺷ
ﻪﺑ ﺬﻋأ مﻼﻜﻟا ﻦﻣ لﺎﻗ . ﺔﺒﺤﻤﻟﺎﺑ بﻮﻠﻘﻟا ﻰﻠﻋ ﻢﻜﺣ ﺮﻘﺷﻻا حﻼﺻ ﻢآﺎﺤﻟا . ءاﺮ ﻌﺸﻟا
ﻪﺣور ﻦﻣ ﺎﺌﻴﺷ ﻪﺗﺎﻤﻠآ ﺢﻨﻣ ،ﺎﻳﺪﺑا ﺎﻨﺤﻟ ﺐﺤﻟا ةرﺎﺜﻴﻗ ﻰﻠﻋ فﺰﻋ ،ﻪﻋ و رأ ﺮﻌ ﺸﻟا ﻦﻣو
ﺔﻤﻟﺎﺣ رﻮ ﻄﺴىى ﻰﻠﻋ ﻪﻓوﺮﺣ ﺐﺘآ ، ﺔﻔهﺮﻤﻟا ﻪﺴﻴﺳﺎﺣاو ﻩﺮﻋﺎ ﺸﻣ قﺪﺼﺑ ﺎﻬﻠﻘﺛأ ﻦﻴﺣ
ﻦﻣ تﻻﻼﺷ ﺢﺒﺼﺘﻟ ﻲﻧﺎﻌﻤﻟ ا ﻊﻴﺑﺎﻨﻳ ﺎﻬﻴﻓ بﺎﺴﻨﺗو بﻮﻠﻘﻟا ﺎهرﻮﻨﺑ ءﻲﻀﺗ تﺎﻤﻠآ ،
مﻼﺣﻻاو ءفﺪﻟا تﺮﺸﻧ ﺔﻳﺮﺤﺳ ﺔﻤﻐﻧ ﺲﻔﻨﻟا ﺎﻬﻌﻣ ﺖﻧ ﺪﻧد تﺎﻤﻠآ، ﺐﺤﻟا
ﺮﻋﺎﺸﻟ ا ﺎﻬﺑ ﺰﻴﻤﺗ ﺔﺒهﻮﻣ . ةﺮﺛﺆﻣو ﺔﻴﻟﺎﻋ ﺔﻳﻮﻨﻌﻣ ﺔﻟﻻد ﺎﻬﻠﻓ ﺔﻘﻴﻤﻌﻟا ﺔﻳﻮﻐﻠﻟا ﻪﻴﻧﺎﻌﻣ ﺎﻣأ
ﺔﻴﻧﺎﺴﻧا برﺎﺠﺗ لﺰﺘﺨﺗ ﻰﻨﻌﻤﻟا ﺔﻘﻴﻤﻋ تﺎﻤﻠآ . ﺔﻴﻟﺎﻋ ﺔﻴﻓﺎﻘﺛ ةرﺪﻗ ﻦﻣ ﻪﺑ ﺺﺘﺨﻳ ﺎﻤﺑ
ﻖﺒﻌﻳﺮ ﻌ ﺸﻟا ﻦﻣ ﺔﻋﻮﻨ ﺘﻣ ﺔﻗﺎﺑ ﺖﻧﺎﻜﻓ ﺔﻐﻴ ﻠ ﺑ تارﺎﺒﻋ ﻲﻓ ﺖﻤﺟﺮﺗ ﺔﻴﺴﻧﺎﻣورو ﺎهﺮﻄﻋ
ﺖﻗﺮﺷﺄﻓ قﻮﺸﻟا ﺐﻴﻬﻟ ﺔﻨﺴﻟا ﺎﻬﺗﺮﻬﺻ زﻮﻣر ، بﺎﺘﻜﻟا اﺬه تﺎﺤﻔﺻ ﻰﻠﻋ
A toi Seule
ﺮﻘﺷﻻا حﻼﺻ نا ىرأ ﺎﻧاو . ﺐﺤﻟا ﻲه ةﺪﺣاو ﺔﻤﻠآ ﻪﺣﺎﺘﻔﻣ ﺰﻐﻟ ةأﺮﻤﻟا : ﻪﻴﺸﺘﻴﻧ لﻮﻘﻳ
ﺰﻐﻠﻟا اﺬه ﺮﺳ فﺮﻋ ﺪﻗ
ﻪﻟ ﺔﺒﺴﻨﻟﺎﺒﻓ ﻪﻣﺎﻬﻟا رﺪﺼﻣو ﻪﺗﺎﻴﺣ شﺮﻋ ﻮه ﺐﺤﻟا نﻷ رﺪﻘﻧ ﻲﻜ ﻟ ةﺎﻴﺤﻟا تﺪﺟو
ﺎهﺎ ﻤﺳاو ﺮﻋﺎﺸﻤﻟا ﻞﻤﺟأ ﻮه ﺐﺤﻟا . ﻲﻓﺎﺼﻟا لﺎ ﻤﺠﻟا عﻮﺒﻨﻳ ﻲه ةأﺮﻤﻟاو ﺎﻬﻴﻓ لﺎﻤﺠﻟا
ﺎﻬﻓوﺮﺣ حﻼﺻ ت ﺎﻤﻠآ ﺖﻧﺎﻜﻓ . تﺎﻤﻠﻜﻟا ﻩﺎﻴﻤﺑ ﺔﻠﻠﺒﻣ ﺎﺿرا سودﺮﻔﻟا ﺢﺒﺼﻳ اﺬﻜهو
ةأﺮﻤﻟا راﻮﻏا ﻰﻟا ﺮﻋﺎﺸﻟا ﺎﻨﻠﺧدأ . ﺮﻋﺎﺸﻤﻟا ﻞﻤﺟا ﻢﺟﺮﺘﺘﻟ ةأﺮﻣا ﻖﺸﻋ ﻲﻓ مﻮﻌﺗ ﺔﺌﻟﻸﺘﻣ
ﻚﻧﺄآو ﺔﻤﻠﻜﻟا ﻊﻣ ﻢﻏﺎﻨﺘﺗ ﺮﻌ ﺸﻟا اﺬهأﺮﻘﺗ ﻦﻴﺣ. ﺎﻬﺒﻠﻗ تﺎﺠﻠﺧ ﻲﻓ ﺎﻧﺮﺤ ﺑاو ﺎﻬﻗﺎﻤﻋاو
ﻮﻔﻐﻳ ﺎﻨﺗﺎﻴﺣ رﻮﻧ عﺎﻌﺷ ﺐﺤﻟا نا ﺮﻌﺸﻟا اﺬه ﺎﻧﺮﻌﺷأ . ﻚﺘﻗﻮﺸﻌﻣ ﻲﻨﻴ ﻋ ﺮﺤﺑ ﻊﻣ ﻢﻏﺎﻨﺘﺗ
ﺎﻨﻴﻓﻮﻳ ﺎﻧﺎﻣاو ﺎﻨﻴﻔﺸﻳو ﺎﻨﻳوﺮﻳ ، ﺎﻨهﺎﻔﺷ ﻪﺑ ﺲﻤﻬﺘﻓ ﺎﻨﺑﻮﻠﻗ ﺎﻳﺎﻨﺣ ﻲﻓ
ﻲﻋﺎﻓﺮﻟ ا ﺮﻬﻇﻮﺑأ ﺎﻧر . د
Répondre à : Rana A Rifai
15


Tu occupes mon esprit



Tu occupes mon esprit
Je ne sais pas la raison
Le tout est au mépris
D’un phénomène de toute façon
Je suis aussi surpris
Du comportement si flagrant
Que j’éprouve, c’est un pari
Entre moi et mes sentiments

Le temps passe c’est un gâchis
Contre le bonheur, c’est désolant
Faisant en sorte d’avoir choisi
Un thème ou un slogan
J’espère que tu as compris
Combien c’est émouvant
De trouver un sosie
Qui partage mes opinions…
16






Effaçons nos ennuis
Par un geste que nous cherchons
J’ai légèrement senti
Avec toute discrétion
Tes souhaits et tes envies
Selon mes intuitions
Ton cœur à bien subi
Une petite vibration

J’ai aussi pressenti
Les mêmes émotions
A ton regard j’ai subis
Une grande et douce frisson
Qui m’à vite permis
De te transmettre des ondes très touchant
Mais, j’ai simplement omis
De provoquer mon imagination
C’est finalement devenu un grand souci
Ne serait ce que pour l’instant
Montréal le 08 juin 2001
17


Fuir…



Ne cherche pas l’impossible
Il n’est pas de ce monde
Rends-toi plutôt paisiblement tes meilleures ondes
Pour capter l’invisible
La terre est toujours ronde
Sois toi-même disponible
Sois toujours la Joconde
Tu viens de passer un périple
D’affection très profonde
Libères toi du terrible
Cauchemar, ainsi va le monde

Ne t’inculpe pas pour fuir
La vérité et nuire
Ta santé, ta beauté
Rien ne vaut l’avenir

Maîtrises toi pour dire
A ta personne le pire
Est déjà passé,
C’est la joie que je désire
18






Gardes confiance en toi
Ne vise que la foi
Tu es jeune et fragile
Tu es encore très droit

Sois flexible c’est préférable
Ca ne peut être durable
La vie n’est qu’un passage
Profites c’est agréable
Je t’avoue mon grand Plaisir
De bien te maintenir
Avec moi pour partager
Tout moment et ne pas FUIR.
Ta présence est une richesse
Ta voix est d’une tendresse
J’ai besoin de ton Amour
Tu seras ma belle déesse
Montréal le 13.06.2001
19


Le sens de la vie



Les faits et actes prospères
Dans une large atmosphère
Ne gardes pas pour toi
Le désir et tout ce qui fait plaire

La sensibilité est un sens
Qui a des saveurs et des essences !
Qui donnent sens à la vie !
C’est ça ma préférence

L’échange est un art
A qui fait bon d’espoir
Bien en profiter est un atout
Dans un monde de vieillards

Je me sens assez active
Avec les êtres convives
Je refuse la monotonie
Je lutte pour que ma curiosité vive
20






Afin de viser l’avenir
Créer plein de joie et de plaisir
Vivre le moment ; aujourd’hui
Demain c’est prédire

Le corps à ses besoins
L’âme a son conjoint
Empruntant cette voie
Allons vers ce chemin

La voie du bonheur
La voie de chaque heure
Choisis ta destinée
Sois de bonne humeur
Ce sont mes qualités
Je préfère les extrémités
Je suis un gagnant
Et vive la liberté
Montréal le 10 juillet 2001
21


Tu me manques… Les Roses



Ces roses qui te tiendront
Compagnie te diront
Combien je t’aime à chaque regard
Penser à moi, elles te feront
Je désire rester dans ton cœur
Tant qu’il y aura des fleurs
Pour continuer à vivre
Des printemps avec ardeur
Ce couloir de fleurs
Me mène à ton cœur
Je t’imagine derrière ces dunes
Tu te caches avec les étoiles et la lune
Pour attendre le lever du jour
Où ta lumière éclipsera les nouvelles de la Une

Je pense à toi sans cesse
Pour toi l’univers je le laisse
Afin de te serrer contre moi
Et sentir tes mains qui me caressent
Mon amour, rester sans toi c’est dur
C’est un défi qui n’est pas mur
Encore en moi, parce que tu me manques
A tout moment je te l’assure
Je t’imagine une silhouette dans un jardin des fleurs
Senteur d’arome et de mélange d’odeurs
Un espoir d’un sentiment qui avait mûrit en moi
Et qui me mène directement à ton cœur
22






Confies-toi aux sentiments
Là, où te portera le vent
Auprès d’un vrai amour
Qui t’attend impatiemment
A bras ouverts il te conserve
Aussi longtemps que son étoile
Si lointaine t’observe
Epanouis-toi laisses-toi aller
Au jeu de carte, c’est un valet
Du cœur qui t’apportera des beaux jours il est calé
Le roi de trèfle m’a présenté
Tout le trésor de la royauté
Depuis la nuit des temps
Rien ne vaut ta chère beauté
La veille de ton départ pour Dubaï
Montréal le 30 août 2001
23


Elle



Par sa beauté cruelle,
Par son amour éternel,
Par sa présence continuelle,
Par sa gracieuseté, la plus belle,
Par sa tendresse de rappel,
Par sa finesse de rare demoiselle,
Par son corps d’une rareté sensuelle,
Par son intimité sexuelle,
Par sa préoccupation en duelle,
Il se trouve encore quelques bagatelles,
Qui ne s’accordent qu’en parallèle,
Des idées plus que mortelles,
Qui m’infligent des sanctions virtuelles !
Je ne cherche pas trop le visuel
Il se trouve chez une intellectuelle,
Qui n’est pas de ce monde modèle,
La complexité d’un esprit qui mêle,
La réalité et l’impossible dans une pelle,
La raison ne lui reste de séquelle,
Elle a perdu même le sens aquarelle,

Je l’aime et je l’aimerais telle qu’elle,
Je l’estime sans une querelle,
Je l’apprécie de la tête à la semelle,
Je suis et je reste l’immortel,
Amour de toujours tant que l’éternel,
Nous donnera la vie, pour elle, rien qu’elle,
Je n’ai pas une raison d’être sans elle,
Car l’amour n’a pas d’âge, ni couleur, ni race, ni Caen, ni Abel
Ton amour et ton sage de toujours
Montréal le 2 septembre 2001
24


Dieu a crée l’amour



Dieu a crée l’amour sans limite d’âge
Il l’a mis à jour avec beaucoup de courage
Sachant, ses inconvénients et ses avantages
Il a permit à tous d’utiliser un langage
Pour que chacun s’exprime et se soulage !
Avec un verbe tendre, docile pour l’entourage
Instinctif pour l’homme et les sauvages
Pour unifier le monde dans cet acte de partage

Dieu a crée l’homme bien à son image
Il a crée la femme un complément très sage
Il a voulu que l’amour soit l’éternel usage
Pour qu’il se multiplie et se propage !
Sans aucun obstacle ou certain nuage !
Ni noir, ni gris, ni pluie ni orage
Il a voulu un esprit qui règne sans gage
Pour que la liberté reste claire de tout nouage !

Dieu a crée la femme avec un visage
De douceur et de féminité raffinée de montage
D’affinité, de beauté éclatante qui envisage
Séduire le monde masculin avec hommage
A la femme, à cette créature qui fait ravage
Dans le cœur d’un homme digne de ce moulage
Vivre en communauté d’amour vrai sans esclavage
Afin que les corps et les cœurs se réunissent à tout rivage !

Oublions les critiques, les bavures et les sondages
Le coté négatif des rouages
Faire un break ou un freinage
A nos relations si saines si tendres de tout ouvrage
Refoulons les commentaires et les bavardages
Réunissons notre amour nos âmes par un louage
Celui de l’entente, la réciprocité et l’encourage
A découvrir la vie ensemble et éternelle avec ton sage.
Montréal le 2.11.2001
25


Un moment si attendu.
Le fruit de notre liaison



Un moment si attendu, il fut très agréable
Un instant au dépourvu, me donne un formidable
Plaisir durant lequel j’ai mordu un hameçon transformable
A travers lequel j’ai pu, être un amant valable

Auquel tu t’es rendue une déesse irremplaçable !
Due à une beauté de corps et d’esprit indiscutable
Par la douceur, la finesse d’un être très aimable
Doté de compréhension et d’un amour raisonnable

L’amour est une raison à terme et non une action
Conclu par un pacte avec des résolutions
Sa durée est éternelle, tant qu’il y à la raison
Que tu portes le beau fruit de notre liaison !

Ce fruit reflètera notre amour du meilleur moment
Que nous avons implanté pour des années durant !
Pour une vie de bonheur c’est un bon comportement
Qui se traduit par une relation à travers le temps !

Transmise à nos enfants et à nos descendants
Pour justifier que l’amour existe aussi par transmission
D’une véritable et souhaitable leçon
Qui se répète dans ce monde à chaque instant !
Montréal le 7 novembre 2001
26


Ma perle rare…



Ma très belle Perle rare !…
J’avais hâte de te revoir
Afin de me rincer les yeux
Avec un regard plein d’espoir

Expressif et communicant
Pour échanger mes sentiments
Avec les tiens, peut être, il fut tard ?…
Est-ce… j’ai manqué le fervent ?…

De ton amour et ta tendresse
Mais, crois-moi… Je ne cesse
De te voir avec le même regard
Qui correspond à mes promesses !
Tu me laisses pour un autre ?…
C’est une décision pas comme les autres !
Réfléchis encore. Tu restes mon seul amour
Le plus cher de tous les êtres…

Traduis mon message intelligemment
Mais, je garderais au plus profond
De moi, le droit d’auteur
Pour une vraie signification
Je te demande de ne pas t’en faire
Mais, je te le dis à contre cœur
Prends la vie comme tu voudras
Profites-en avec ardeur

Ma perle rare… de toi, je suis ravi
Penses à moi quant tu en as envie
Rappelles-toi que je reste là
A tes côtés pour toute la vie
Ton amour est inoubliable
Devant Dieu et devant le diable
Je te jure solennellement
Que tu resteras ma préférable
Montréal le 23.12.2002
27


Eve, est le mépris



Drôles de dames génies de l’univers
Votre belle flamme brûle l’atmosphère
Diablesse de l’esprit, mystérieuse de caractère
Pour votre conception Dieu a souffert
Les savants reconnaissent votre complexité
Les poètes flattent votre beauté
Les théologiens tombent à genoux pour solliciter
La grâce et la caresse de votre corps contesté

Eve des rêves, Déesse de la légende
Ta pomme a put changer l’histoire du monde
Durant des millénaires tu as su faire surprendre
les moeurs et les envies par ta volonté profonde
Artiste des jeux d’amour et de la tentation
Fantôme des hasards et de la domination
Avec ton ombre tu troubles les émotions
Des hommes souffrant d’une déformation

Manipulatrice d’homme, sorcière des obstacles
Tes farouches sensations provoquent des miracles
De l’idée au fantasme à la jouissance aux désastres
les gens se précipitent quant même pour le spectacle
28






Par ta hantise tu exploites tous les éléments
Par tes bêtises tu chasses tes amants
Tu concrétises des actes d’obsessions
Tu négliges les aveux et la raison
Tu exiges au bon Dieu de demander pardon
L’histoire se répète sans motif ni serment
Les amoureux se multiplient, adieu les cons
Par un coup de tête ! tu retournes en amont
Ruiner tout ce qui est bâti, c’est décevant
Le château de l’amour s’écroule, c’est ta façon
Eve, pardon au bon Dieu qui a cru en toi
Il avait oublié ta malignité et ton exploit
De la planète, de l’univers, du ciel et de l’enfer
Du diable, des démons en grand désarroi
Pauvre individu qui n’a rien compris
De la divine créature sans le mépris de cette Eve insensible à
l’amour
Cruelle, sans cœur ni esprit
Montréal le 02.12.2001
29


Diablessedel’amour



Tu n’as pas le droit de me laisser tomber
Après m’avoir magistralement flambé
On me faisant un amour d’une sauvageonne !…
Malgré mes réclamations tu restes inchangée

Je comprends que tu as une raison
Mais seulement l’age n’est pas flagrant
Je ne peux oublier les bons moments
Durant lesquels nous faisions !

L’amour acharné en échangeant
Les caresses et les baisers fervents
Un acte d’amour vécu diablement
Audacieux, osé et éclatant

Tu m’as donné des jours heureux
Tes fruits défendus, ton lieu intime gracieux
L’extase, la beauté tes cuisses et tes seins
Ta silhouette, tes lèvres, c’était merveilleux,
30






Plus tu deviennes mure, plus tu es insensible
Plus ton comportement est dur, plus tu es incorrigible
Ton entêtement de bélier et ton orgueil
Te font croire que tu es sure, mais, faillible !

Ton train de vie est ton comportement
Te font vivre dans la fausse fierté et l’illusion
Tu perdras les meilleurs de ta vie
Pour refaire des banales relations

Avec toi j’ai connu la vie
Avec toi j’avais constamment envie
De te faire l’amour sauvagement
Je garde en souvenir cet acte et je suis ravi

Ta peau, ton corps, tes yeux, tes cheveux,
Ton amour est inoubliable, il est aussi audacieux
Tu es toujours dans mon esprit
Je rêve de toi comme un amant malheureux
Montréal le 10.12.2001
31


Une brise de chagrin



Une brise chaque matin
M’apporte le chagrin !
Loin de toi, je suis si triste
Tu me manques mon petit poussin

Les heures passent et les jours
Les semaines aussi sans retour
Le printemps ne dégage pas les odeurs !
Des belles fleurs qui sentent l’amour

Ma fleur est loin de mes yeux
Ma fleur est un être merveilleux
A qui je dois d’énorme excuse !
De m’avoir éloigné ; oui, c’est fâcheux

D’ici des Pays d’Afrique
Doté du temps héroïque
Un soleil si frappant
Qui rayonne et le pacifique !
Bleu avec ses plages magnifiques
Sableuses, vastes, désertes et classiques
En regardant vers l’horizon
Je me trouve fatidique
Ma solitude me conduit au cynique
Où je passe des moments durs et critiques !
Dans l’espoir des meilleurs jours
Pour la gloire de l’exotique
32






Je vis mes jours dans l’évidence
De réussir c’est mon espérance
Afin de bien prévoir
Un avenir plein de croissance

A toi je dédicace
Ma réussite sans aucune audace
Tu es mon seul amour
Il est écrit, il ne s’efface
Ni de mon cœur mon ardeur
Ni de ma pensée ma saveur
Cotonou le 05 juin 2002
33


Adieu l’amie je t’ai perdue



Une fleur du grand hiver
Où se trouve ton univers ?
Est-ce la pluie ou la neige ?
Le monde est à l’envers
Le noir est devenu blanc
Avec le changement franc
Le blanc est devenu noir
Même les fleurs des champs
Le monde n’a plus d’espoir
Puisque l’amour est dérisoire
Il s’échange à bas prix
Dans les coulisses des marchés noirs

La bassesse est de ce monde
La noblesse a perdu ses ondes
A travers les océans
Dans les mers si profondes
La traite des blanches est bénie
Par les diables bannis
La différence du plaisir
N’a qu’un sens maudit
C’est ainsi que va la vie
Avec la fille jadis
Elle croyait au bonheur
Hélas, le mal l’a trahi
34






Elle s’oriente vers les ravins
Elle se saoule d’un mauvais vin
Elle a perdu le sens de l’orientation
De l’Est à l’Ouest droit au chagrin
Des filles et des dames
Elles vont souvent aux drames
D’une main à l’autre comme un citron
Elles sèchent après usage de leur âme
Ta chair et ton désir
Destiné au grand plaisir
Des fanatiques des petites filles
Qui se livrent à tout fakir !
Dommage tu es vendue
A bon marché aux plus mordus
Des mauvais garçons et des voyous
Adieu l’amie je t’ai perdu
Abidjan le 16.07.02
35


Un amour amer



Tu agis comme si n’a rien été
Tu profites de tes journées d’été
Sans toutefois sentir mon chagrin
Qui augmente à chaque instant, maté !
Je vois passer les gens comme des marionnettes
A travers les rues, les cafés et les dînettes
Totalement insensible à leurs égards
Je me considère comme un malhonnête
De ne pas admettre les valeurs des gens
Il est pour moi à chaque malheur chose est bon
D’avoir fait ta connaissance
Je regrette un amour qui n’était pas en son temps
D’avoir aimé un être comme toi
Cela n’arrive dans la vie qu’une fois
Il fût une leçon, de t’avoir connu !
Mais il nous arrive un mauvais moment parfois

Wafa, ton nom est une fidélité
En ce qui me concerne ça n’a pas été
Ton image est gravée dans mon cœur
Depuis le moment où je t’ai quittée
La première fois que nous nous sommes vues
Dans un esprit franc, simple et méconnu
Notre destin à tracé nos chemins
Notre avenir est imprimé comme une revue
D’actualité, de mondanité et de bonheur
Hélas ta décision à fait un malheur
Se séparer n’est pas une raison
Notre union est toujours la meilleure
Wafa, ta personnalité est reconnue forte
Mais ton raisonnement comme une feuille morte
Jaune, pâle, sèche, ne sert à rien
Le faire revivre sera la meilleure découverte
36






Ta silhouette passe comme un ombre
Dans mon esprit quant il fait sombre
Comme un film qui se déroule !
Le temps agréable, hélas m’encombre
Un cœur mépris qui est le mien
Il ne sait quoi dire, il est plein de chagrin
Il t’arrivera un jour fatal
Où tu chanteras le même refrain !
Je ne veux pas te perdre, tu es si cher
Je ne vends pas mon amour aux enchères
Pour moi tu es un être sacré
Ne parts pas ton amour est amer
Abidjan le 20.07.02
37


Le trésor d’amitié



Isolé du monde avec mes pensées
La grande solitude elle m’est insensée
Dans l’espoir, d’un retour à la raison,
A la vie d’un amour sensé

Le trésor d’amitié dont tu faisais allusion
Tu l’as jeté bon gré dans un feu ardent
Il a fondu ce beau métal précieux,
Il s’est désintégré Comme un tas de charbon !

Ton appréciation fut passagère
Ta compréhension fut naguère
Reconnue comme sérieuse
Puisque tu portes un mauvais caractère

Ta prière pour moi est montée aux cieux
Pour solliciter soi-disant le bon Dieu !
Pour moi, hélas, le pire s’est manifesté
En me faisant les derniers adieux
38






A dieu la belle, adieu la douce
Adieu les querelles, bonjour la frousse
Confronter une vie n’est pas facile
Le malheur partira à tes trousses

Tu as laissé le bonheur
Tu as opté pour le malheur
Supporte les surprises
Chaque jour tu auras une rumeur

Qui salira ta réputation !
Qui troublera tes illusions !
Tu seras épuisée corps et âme
Sans avoir aucun soupçon !
La vie est dur tu le connais
Ta trahison fut mal façonnée
Avec moi on ne joue pas à la devinette
Mais par contre, tu es pardonnée.
Abidjan le 23 juillet 2002
39


Une pensée



Penser à toi n’est pas une perte de temps
Puisque tu penses à moi à chaque instant
Quoi qu’il arrive, je dominerais…
Ton esprit et ton coeur à tout moment
Tu ne pourras échapper à la réalité
Tu ne nieras jamais la vérité
Tu fais des actes à contre coeur
Pour perdre exprès notre amitié

Croyant que tes idées te font libérer
D’une relation hautement considérée
Echange, respect et grand amour
Des signes de noblesse et de notoriété
Ta lutte, contre les principes bien reconnus !
Feront de toi une personne méconnue
Il sera plus sage de maintenir la raison,
La sagesse et le confort des hommes ardus

Perdu dans l’espace et les soucis
Pour t’en sortir, le temps sera maudit
L’âge te prendra à court
Où tu chercheras à trouver un sosie !
Qui te remplacera dans ta mission !
Avec un but plein d’agression
Contre tous et contre toi
Tu garderas cette impression
40






Calmes toi, la vie est belle
Profites-en, sans les querelles
Qui n’aboutissent qu’à des malheurs !
Gère ton amour comme une demoiselle
Je pense à toi, à ta façon
De voir les choses, en te forçant
De croire malgré, bon gré
Contre le courant et ta conviction
Pourquoi la complication ? oi ne pas revenir à la raison ?
Rien ne vaut une vie calme
Sans le stress et la pression
Montréal le 07.08.2002
41


Un amour de méfiance



Le mot me manque, je suis bloqué
Le monde me serre, je suis choqué
Je n’ai plus quoi dire aux autres,
Ma solitude me rend disloqué
Par les ingratitudes et les inconvénients
Des actes qui ont coupé mes liens
Avec des personnes indignes
De ma bonté, je m’en souviens

J’ai perdu totalement confiance
De mon amour, par mal chance
La considération ne s’achète pas
Mais, elle se mérite en convenance

Avec les caractères d’une vengeance
Je me prépare en conséquence
Pour me venger de cet amour
Qui a osé avec arrogance !
Sans scrupule et sans souffrance
Une mystérieuse, mais d’une performance
De calculer ses avantages et inconvénients
Avec talent et méfiance
42






La fille à qui j’ai donné ma préférence
Elle est indifférente à mon existence
Elle refuse mon amour malgré elle
Avec beaucoup d’effort et de persévérance

Je dois me ressaisir par excellence
Je n’ai pas le choix, c’est mon existence
D’être ou ne pas être, c’est la question
C’est un défi de mon apparence

A dieu les esprits, aucune importance
A dieu les filles, c’est la nonchalance
Des amitiés, des fausses déclarations
D’amour deviennent ma révérence.
Abidjan le 23.08.2002
43


Le pardon



Ton comportement m’a étonné,
Ta décision je l’ai déplorée
Je n’ai pas compris ce que tu veux
Des multiples surprises, je suis désolé

Je suis déçu par ton attitude
De telles façons, je n’ai pas eu l’habitude
Venant d’une fille de ta classe
Qui ne lui ressemble pas l’ingratitude !

J’admets l’erreur à José, Alice ou à Hélène
Pas à toi, ma chère Reine
Tu as joué avec le feu
Tu es vraiment sans gêne

Tu as agis comme une gamine
Comme une adolescente misogyne !
Tu as perdu ta confiance en toi
Pour suivre tes idées mesquines
44






Ne sois pas étonnée de ton comportement !
Puisque tu es revenue au moment ;
Où tu étais perdue, indécise, incapable
De faire un choix dorénavant

Digne de toi et de ta personne
Tu es égarée, tu ne raisonnes
Que je t’ai apprécié avec respect !
C’est du malheur, que tu me donnes

Je ne perds pas espoir, j’ai confiance !
Que l’amour à des fois de mal-chance
Savoir aimer, savoir perdre
C’est une période de convalescence
Pour faire un choix c’est difficile
Dans la vie rien n’est facile
Prends ton temps je te l’accorde
Reviens à moi ma petite docile
Abidjan le 25.08.02
45


Se réconcilier c’est galant



Pouvoir se taire est un art
Il n’est pas donné à tout hasard
Communiquer avec les amis
Ce n’est pas un crime, ni du bavard

Se replier sur soi pour éviter
Une circonstance de vérité
A mon avis il faut le vivre
Une personne comme toi est une célébrité

Force de caractère et de sobriété
Confiance en soi, forte personnalité
Affronte les problèmes et les surprises
N’en fais pas une calamité

Amuses toi, il vaut mieux se distraire !
Accepte aisément les commentaires !
Fais des circonstances le meilleur moment
Rien ne vaut le sourire, évites le contraire
46






J’essaye de dévoiler le profond
De toi, de tes pêchés mignons
Afin de comprendre comment faire
Avec toi pour te conduire à la raison

Sois raisonnable ou fais semblant !
Je te jure que je suis franc
Tout est possible sur cette terre
Se réconcilier est un acte galant

Je ne sais plus quoi te dire
Ma plume est sèche à force d’écrire
Ma gorge craque par manque de salive
Fais-moi plaisir avec un grand sourire.
Parles-moi, dis quelques choses
Fais un geste ce n’est pas grandiose
La simplicité c’est la beauté
Sois toujours plus adorable qu’une belle rose
Paris le 20.10.2002
47


La Paix du cœur



Sourde d’oreille tu peux toujours l’être
Mais la vérité finalement va apparaître
Que tu sois m’en fichiste ou nonchalante
Au fond de toi tu ne peux faire naître

Une haine, elle est des fois méchante
Puisque tu es faite pour que tu sois galante
Ton charisme, ta personne et ton éducation
Font de toi une idéale provocante

De la justice et de l’humanité,
De la bonté et de l’honnêteté
Tu ne pourras changer autant
Tu es le symbole de la fragilité

Cesses de refuser le parcours de ton chemin
Cesses de reculer devant ton destin
Tôt ou tard tout sera dévoilé
Suis tes sentiments et ton instinct
48






Vivre dans l’abstrait n’a pas de valeur
La vie est faite de la tristesse et du bonheur
Profites, tant qu’il n’est pas tard
Ne sois pas positive au malheur !

Curieux d’entrer dans ton intérieur…
Pour connaître ta vérité à toute heure,
Connaître le vrai mystère
Qui occupe ta vie et ton petit cœur !

Le pardon est une grâce de Dieu
Le pardon est un événement merveilleux
En ce jour d’anniversaire de nos morts
Le ciel ouvre son cœur aux malheureux
Vivons la paix avec ses merveilles
Vivons nos jours à un rythme pareil
Se réconcilier et se pardonner
Ce sont mes meilleurs conseils
Paris le 2.11.2002
49


Le sourire…



Souriez, même si votre sourire est triste
Car il existe quelque chose de plus triste
Qu’un sourire triste, c’est la tristesse !
De ne pas savoir sourire. C’est triste

Souriez, même si les problèmes s’entassent
Devant certains faits que voulez-vous qu’on fasse ?
Perdre le contrôle et la confiance en soi ?
Les choses se compliquent et les jours passent

Vaudrait mieux prévenir que guérir
Conservez toujours un grand sourire
La bonne humeur et la convivialité
Voudrait mieux profiter avant de périr

Le sourire est la joie de vivre un chemin à suivre
Ne manquez pas les meilleurs moments
Le sourire vaut des métaux précieux et du cuivre
50






Le soleil se lève souriant et luit
Sur le globe terre et il s’enfuit
Il reflète sa gracieuse lumière
Pour chauffer les cœurs et les esprits

La lune accompagne les amoureux
Dans leurs sérénades, c’est merveilleux
Un sourire se dessine sur leurs visages
Tendrement et affectueusement joyeux

Les étoiles lancent des sourires
Du haut des cieux nous adressent des soupirs
Enveloppées des rêves et des réalités
Afin de bien vivre et éviter le pire
La terre nous accorde ses étendues
Pour que son message soit entendu !
Profitons de ce grand bonheur :
Un amour souriant et résolu
Paris le 7.11.2002
51


Déception…



Tu m’as dis non, tu n’as pas le droit
Je suis l’amant qui t’aime chaque fois
Que le soleil se lève et qu’il se couche !
Que la lune se relève et qu’elle recouche !

Que la terre tourne et puis s’enfuit
Désolé, c’est de toi que je m’ennuie
Assoiffé de l’amour de deux amants sincères
Qui ont passé des jours heureux et des nuits

Jouer avec les sentiments
Est un mal au détriment
De la vie et la morale
Des êtres qui s’aiment et des amants

Tu fuis devant une réalité
Pour prétendre une vérité
Coiffée par un mensonge
Née par une peur devant la responsabilité
52






La vie de l’homme, lui appartient
Tu as la tienne et j’ai la mienne
Le hasard a fait qu’on se rencontre
Ne t’éloignes pas chérie revient

Dans mes bras sous mon toit
Pour vivre heureux toi et moi
Regarde en face contre un miroir
Il te dira comment et faire quoi

Ta fugue te soulage pour quelques jours
Tu te fais des illusions comme toujours
Tes idées te trompent à chaque fois
Tu hésites souvent à ton retour
Tu as trahi mon espérance
Tu as trahi ma confiance
En toi et tu me déçois
J’avais cru en toi sans évidence
Montréal 11.01.03
53