A travers la brume

De
Publié par

"Que c'est magnifique et extraordinaire ce que la nostalgie peut faire d'un homme ! Belqasem Ihigaten, qui a toujours vécu en poète et qui a la poésie dans l'âme, lui collant à la peau depuis sa plus jeune enfance, a attendu ses années d'exil pour céder à sa passion en publiant son premier recueil... Composée en mots simples mais pleins de sens, la poésie de Belqasem Ihigaten demeure surtout accessible à tout le monde. La lire est un vrai régal". (MOB, La Dépêche de Kabylie, 31 octobre 2006).
Publié le : mardi 1 juin 2010
Lecture(s) : 293
Tags :
EAN13 : 9782296260177
Nombre de pages : 279
Prix de location à la page : 0,0141€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

,

A travers

la brume

Udhir - Uffir .

Belqasem

Ihigaten

,

A travers la brume Udhir - U ffir .
Poésje Tamedyazt

L'Harmattan

@ L'Harmattan, 2010 5-7, rue de l'Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.ft harmattan l@wanadoo.fr ISBN 978-2-296-12272-7 EAN . 9782296122727

Adlesumu8
- Tamussni - Ddunnit.

:
n zik.

(Sources)
Le savoir ancestral.
L ëcole de la vie.

- Amawal - Amawal - Amawal

n Chérif Makhlouf d Arav Benyounès. Lexique de Chérif Makhlouf et Arav Benyounès. n Jean-Marie Dallet.
Français-Kabyle Dictionnaire du Père Jean-Marie de Abdennour DaUet.

Dictionnaire

n Abdennour

Abdeslam
Abdeslam. Baudelaire. du mal" de Charles

- 'Tijeiiiiigin

n teqrii t "n Charles B aude/aire.
"Les fleurs

Tteswiaa

n tadilt

tamenzut

:
-

Annar Mikayil-Anj

- Muntàiyal. Place Michael-Ange

Prem ière page de couverture Montréal.

Ffnen-d :
- Ai iwec
- Seg wawal oer wayeo

(déjà
n

parus)

- Tamusta

isefra

- Asegres - Azeooa n
Ger ifassen

tissist - loi) asem m ao

nwen(t)

: (entre

vos mains)

- Uohir uffir - Tuqqna Tuffra (À travers la brume)

A d-ffnen :
- Tajbibt n izam aren - Ger yiccer d weksum - Azaylal - Am essebrid

(à paraître)

- Tuoac

Argaz ibedden, D wergaz yeWlen, D yiwen, Maca yella di tillas.

Seg
Tilufa maaai yiwet Ul-iw din yelwet lceqqeq yebôa fief meyya S ufus n wei bib yet/wet Yiwen ur t if awet lm eooi yezga s tuffra.

zik,

ar tura...

Ma mmutefl, flurwat at-trum D ddnub ara ternum A wid i yi srun À'iiet-iyi Nek di ddunnit

ad mmtefl d aqjun j acefl d am eflbun ar tameddit.

yid-wen

Ur i effufl, ur iyi i effut Kulci dayen ifut Gar-afl qeôran d Ii entit Deffir-iw rnut zhut Lakin ur tet/ut Yal wa ay-gexdem yaf-it

* Wigi (tamella

d ibruyen dyettwakksen n Àebbi fell-as).

seg

way-en

yura

Sliman

Maacha

Yugar imeoai taosa Lehlak, ooei i a Ulae ula d asirem
Tiswii in deg yio ters lehna Din din ti edda Mi tàu i ad teiiii axem m em

Udem-iw ozan-t ioisan Uglan-iw kfan Lqed YUfJal d aseoru. Oai i a di t ezm ert yei yan A zzi af, ay urfan Nei deà i leiiieb ay ioerru. Sliman Mai aca 1928 - lJect 1999 di Tizi Wezzu)

(Yu/yu

Amaooas

n tzanart

*

Deg welma, asif ieennu S weskerker, ger lei cie i elqen Akk-en llan igerwasen n lfeooa, loi} n wedrar, urfid uqerru, yewt-ed tfeiiiieii tzagart. AmadasI d ilemyi, imi yelli, Aqerru ur d kra fell-as Taxjiôt n um egreô di gernennue Yeooes deg Uzegza n Yillew, Werrag deg wussu i d-tàucc tafat. lôarren deg ugabu2, yeooes
umurôes

S wezmumeg

Am llufan ihelken, Deg wussu, yeyylen Ay agama3 kea huzz-it Netta tesm eô tekcem-it. Tafenda4 ur tUg tinzert Afus gef tedm ert 1 tafukt yeooes tanafa Sin iOioac di tegm ert Deg uberdi n tezm ert Tikelt-a ur d-yettaki ara.
Tasuqilt n "Le dormeur du val" Arthur Rimbaud (1854-1891)
* Azgen amenzu d tasuqelt, maca wis-sin d tasezgit n usefru amenzu. j I Amadas 2 Aeabu ay-en i e d-yezzin s ttjuà aisekriw. imei. Agama 4 Tafenda : rrii a. d tei cicin d ieersiwen.

Yiwen...

Yiwet n tikelt. deg yiwet n taddart, n yiwet n tmurt, n yiwen umeezaw, deg yiwen yiô, ger tefsut ak d unebdu, tiziri tettrusu-d eer umadir. Imdanen tteffeen nee ttawin-d timucuha deg tejmait, wagi zik-nni; ass-a neyra ak anda i nneflent temsal... Maca yella yiwen wemdan d asuf 3 : ur iteddu d wiyiô, ur yetteimi deg tejmal t, ur icennu, ur yettru, ur iceooei, ur ifeiiiie i, anef lad ad yessefàei! Iga am wegOio n yiô. Deg uzal yunag i yixef.is, mi yebda a dyeddu yiô, i t yettawin. i t id-yettarran deg izergan n taddart; 6ubb taliô, ali t6ubbeô. si zelmeô eer yeffus. seg Uyeffus eer zelmeô. Yal iô yettektili taddart am wakk-en yedda d webrid n Aiiuman. At taddart ur wwin ur rrin deg-s... yemma-s d m-iieckulen, ulac ueilif fell-as, ad yili Yillew eer tama-s... Yiwen yiô, am uôan n iôen, tajmait teaauii, win ur dneffie, yelli ooaq nee tawwurt akken a d-yas waôu, adrim ixu66, azeal yetka-d rnu aman n tyurin, anebdu, tayri, timeeriwin, iemmun idammen i teiiwiit... din akk-a yekker usueu deg tejmait. D acu yeôran?... ak medden ssiezifen iman nsen akken ad walin. maaai, ala kan win i wumi wezzil yixef... (tella deg-nee...J.

tigzirt tameqqrant. z Amadir aka!. ~ Asuf : ala 4 Aswel : annar di Aeàaeà (nnig At netta i yella s teara-yis. Wasi£. defflr Lalla Xdija).
J

Ameezaw

0

0

- 14 -

Untel...
Cela se passait, dans un village d'un certain pays, au milieu d'une île immense, lors d'une nuit, entre le printemps et l'été pendant que le clair de lune se posait sur le sol. Les gens sortaient pour flâner ou raconter des histoires à la djemaâ. C'était autrefois. Aujourd'hui, par contre, nous savons tous de quelle manière évoluent les événements... Il y avait donc en ce temps-là, un homme érudit et solitaire. Tel un ermite, il refusait la compagnie des autres. Il ne chantait ni ne pleurait, ne dansait ni ne se réjouissait, ne s'occupait ni ne travaillait et encore loin ne se rendait utile! Il était sombre comme un oiseau nocturne. De jour, il promenait son esprit et dès la nuit tombée, il arpentait les rues du village dans un va-et-vient incessant, tantôt montant, tantôt descendant, allant de gauche à droite et de droite à gauche. Chaque nuit, il longeait les ruelles du village. se croyant en plein boulevard romain. Les villageois ignoraient jusqu'à son existence... Sa mère était une sorcière mais qu'importe! Que le Seigneur lui pardonne et vole à son secours. Une nuit, à l'instar des autres nuits, la djemaâ grouillait de monde. Ceux qui n'étaient pas sortis, avaient ouvert les portes et les fenêtres pour permettre à L'argent manquait, le vin abondait l'air d'y pénétrer. malgré la chaleur accablante; l'été, l'amour, les fêtes, le sang qui chauffait les esprits... Soudain, un cri se fit entendre dans la djemaâ. Que s'était-il passé ?... Les gens, les grands comme les petits. se redressaient tous pour voir (nous l'avons dans le sang...)

- 15 -

Zioen amdan-nni i cJ.yulin inehhet. acku. tala tezga-d ddaw taddart, am tudrin ak n iôen n Leqbayel. Imi abrid ur d aswef, oef akk-en i d-yuzzel, yeww"ô-ed tejmait s unexte£. Sefôen-as, tio teddemel: yuoal-it-id leiqel, deg Uqadum-is i lette£. Yessusef, yeswa, yetwel, iqubel-it laoel deg wawal-is yenna-yas : - Nekkini yak s kunwi, Ma teaaam-iyi Init at-teglu yis-wen... Ma yella teddam yid-i Azekka a d-yini Nek d aiessas fell-awen...

- D acu i k yuoen? - Ahat tella llafla di tala... - Twalaô-tt? - Ih. Walao-tt. knio ad sweo, teffo-ed.

- Amek i tga? - Ur zmireo ara a d-inio... uglan-is d imenxaben widak ioeddden, aqerru-yis t-tasebbalt, allen-is t-times, acekku i-is d loaba,... iles-is d aleggao am ooabun. Limmer olio, tili ur ttilio ara gar-awen.
Zik, at taddart akk-en tebouô tiliô, ur k ttaaaan ara.

- 16 -

Or, c'était cet individu qui montait, tout essoufflé, vu que la fontaine se trouvait au bas du village comme c'est toujours le cas dans tous les villages de Kabylie. Comme le chemin est ardu, l'homme arriva à la djemaâ le souffle coupé. On lui essuya les yeux aveuglés. Il cracha, but et son visage retrouva peu à peu ses couleurs. L'esprit enfin lucide, il s'adressa à la foule:

-

"J'existe

par et pour

vous

Et si vous vous détournez de moi Vous n'en sortirez pas indemnes, soyez-en sûrs... Si, toutefois, vous me faites confiance, L'avenir sera témoin que Je veillerai toujours sur vous. - Qu'as-tu donc? - Peut-être y aurait-il un hydre à la fontaine...

- L'as-tu vu ?

- Oui, je l'ai vu. Je me suis penché désaltérer et voilà qu'il est apparu ! - Comment est-il?

pour me

- Je ne peux pas le dire... il a des dents telles des pointes acérées et rouillées, une tête aussi grande qu'une jarre, des yeux de feux et des poils touffus comme une forêt... Sa langue est gluante et lisse comme du savon. Si j'étais tombé dedans, je ne serais pas présent parmi vous. Autrefois, les villageois, toutes circonstances. demeuraient solidaires en

- 17 -

Oubben yid-es d ajemmal Xas abrid imal Tamsalt at-teddu tefru Agad yettrujiun uzzal Tebien lieqqal Tidett. awal a t tekfu Ay anida yekker ccwal W ur neddi yuklal Ioimi n tejmait yettu. Imi wwôen. dewwàen i tala. aman-is d izedganen am lemri. Ssawlen i wemdan anda-t, zio yeqqim deff1r-sen, s ijiqdan meqqren, yuoal yujia-d s uxatel... - Anda-tt llafia? - Ur jirio ara... Yekker-ed yiwen i t yessnen I6ubb-as udem Ioil yekka-d ammas-is 5 aman yessaweô-as allen 0ummen wanzaren Akken ad iwali udem-is Uoalen at taddart feà i en Imi d-mlalen Winna yugaden iman-is. Asmi tefra tedyant -nni, fehmen load amek i la teddunt temsal. Yerra iman-is d aderwic, anda yir-aqdc, allao-is yettemxembas; taoawsa ur nettuxella6 trennu i lex6a6. ladoa i igellilen.

- 18 -

En groupe, ils descendirent avec lui. Bien que le chemin fût abrupt, L'affaire connaîtra son dénouement. Les braves partirent en tête, Suivis par les sages, La vérité finira par triompher. Là où éclatent les conflits, Qui ny participe, s'expose à raison A faire son deuil de la djemaâ. Quand ils y arrivèrent, ils scrutèrent la fontaine et remarquèrent que son eau était limpide. Ils appelèrent l'individu qui, en fait, se trouvait juste derrière, dressé sur ses longues jambes. Celui-ci s'approcha craintif... - Où est cet hydre? lui dit-on. - Je ne sais pas. Quelqu'un qui le connaissait bien s'approcha, Lui inclina la tête vers le bas, Et par la ceinture le prit. Vers l'eau son regard fut forcé, Son visage était presque immergé. Il vit alors sa face miroiter.. Alors, les villageois s'esclaffèrent, Ils viennaient de découvrir Quelqu'un qui avait peur de son image. Une fois cette affaire passée. les gens avaient compris les principes fondamentaux de la vie. Il se prit pour un aliéné, comme ce vilain garçon dont l'esprit s'embrouillait. Une dette non honorée augmente la pauvreté, surtout chez les misérables!

- 19 -

Yufa-d tifrat s wulac, tuddma s ikemmac, awi-d kan teezi ifassen. Maaai d lxedma n uqabac, tinna n warrac at imejjiae d uijiigen. Yesfulluf tin fessusen, ileqqeô awalen, tiyersi i d-yulwan tekres. Tarzeft-is s imeqqranen, s uôellai d ilem, tammemt tedda deg yiles. Tajieyt i wid izemren, tefses i wid-en yessnen, at udabu n tamurt. Tadyant-a eef yiwet n taddart, maca ur eur-es isem, eef wakk-en yal taddart tettaaaa-d xeattum yiwen...

- 20 -

Alors, il trouva la solution facile, se servant par poignées pourvu que les bras fussent longs. Rien à voir avec le travail à la pioche de tous ces marmots qui sciemment se bouchent les oreilles. Il préférait des tâches légères où il ganait des paroles. Tout nœud défait se noue à nouveau. Son cadeau destiné aux nobles est un sac vide. le miel étant offert par la langue. Le fardeau est pour les forts, la facilité, pour les érudits tels les gouvernants du pays. Cette histoire s'est passée dans un village anonyme auquel il serait vain de donner un nom dans la mesure où tout village engendre au moins un individu de cet acabit. B. Ihiaaten

- 21 -

Tabanda Yella yi fer n Mi atqas Ma d wayeô Uweqqas Tàui ak d ibanduten Win n Lgendul tettwakkes-as
I

Tabanda
Ahat

fell-as

xuôôen yergazen

Ttejàa ur nelli fell-as Ixuôô umenoas Ayar yeddu d wafriwen.

/le/ô an A ddin Àebb! D afennan Medden yak sIan N ek ad aoeo tasfift-is! N ekker-ed akk-en d igerdan Ssneo-t s ilefôan Ass-a d argaz s yisem-is! Cehdeo deffir wid yefnan Deg igenni iyuran Di lqai ad yeddu yifer-is.

J Tabanda cwiO n teglimt tekkes tabanda.

mi

ara

d-yekkes

. tam/ixt

amkan

anida d-

Uôhir-Uffir

B. Uhiaa

Cloque Il y a l'aile de Maatkas, Il y a aussi celle d'Aokas, Tout sem ble être parcellé... Guendoul en est dépossédé, Comme si de cloques, il est entouré, Peut-être par manque d'hommes? L'arbre qui ne pousse dessus, C'est le pic qui fait défaut, Les racines suivront les feuilles.

La malpropreté Oh ! Bon Dieu! Le voilà artiste! Tout le monde est au courant, Je dois donc acheter sa cassette! Ayant grandi Je l'ai connu ensem ble, malpropre,

A présent il est célèbre! Je tém oigne derrière les disparus Les racines pointent vers le ciel, Tandis que les feuilles évoluent sous terre.

- 23 -

Uôhir-Uffir

B. Uhiaa

Cmata
Yri0 ad mmte0 akk-a Ur d-nni0 ara I wakken medden ad cfun Acemmeà n at tira Ur tteffern ara Ad teddun fell-i i ekkun Ad u0ale0 d cmata Ur SWi0 ara Deg_i ad reggmen leqrun.

Yir-"rgaz Lfetna d yir nettat Tesluffuy tekkat D amezruy ay d axôim-is Yir-argaz ur yettmettat Tezga tettaiiiia-t Akken ad i0ellet idammen-is Ay-en ak i-geôran, yeyra-t 0er deffir yerra-t I sdat icuff lei nak-is.

- 24 -

Uôhir-Uffir

.
La pourriture

B. Uhiiia

Je sais que je mourrai ainsi Sans avoir tout dit Pou r m arqu er la m ém oire collect ive. Les médisances des amateurs de lëcriture Qui ne sont ni discrets ni purs, Ils ne cesseront point de me maudire! Je deviendrai une pourriture Sans valeur sûre, de leurs com m érages que je dois subir.

En plus

L'homme La tragédie Tantôt câline C'est l'histoire

vilain

est désagréable, tantôt impitoyable, son ennemie jurée.

L 'homme vilain ne meurt jamais, Elle l'a toujours épargné Pour qu'il puisse en profiter davantage. Il est au courant de toutes choses Mais pour lui l'affaire est close, Il avance tout arrogant.

- 25 -

Uôhir-Uffir

B. Uhiiia

Gar-ane8
A 13yeiiii Âebbi kan akk-a Ay-en n iôen maââi nneIJ A d-nettader tilufa I wakken a ncebbei i yiseIJ A t nerr d argaz mi yefna Wamma ma yedder a t nneIJ D Leqbayel iôelli d wass-a Wagi d awal gar-aneIJ.

Abeddel

uyar

N ekkini nniIJ-d kan akk-a Wamma taIJawsa ur teffir Si zik akk-a i tt id-nufa N ettay nesmuqul deffir Wihin diri-t, wa yelha Ger wi ibedden d wi ur nekkir Yewi eà weqlab i ccetla D ubeddel uyar i-wmejjir.

- 26 -

Uôhir-Uffir

B. Uhiiia

Entre Puisse

nous

Dieu nous garder tels que nous sommes, Tout le reste n ëtant pas à nous. On évoquera Pour embellir les tourments notre honneur.

Nous faisons homme du trépassé, Tandis que vivant, on l'assassine. Des Kabyles nous étions et le serons Ceci, pour être francs entre nous!

L'évolution

de la racine

Je l'ai dit et sans façon Autrement dit, l'affaire est bien claire. Depuis toujours, pour nous, rien n'a changé, Nous avançons avec crainte.

Celui-ci est bon, celui-là est mauvais, Entre l'homme debout et l'homme inerte. Que c'est pénible, une race métamorphosée, Ou changer la racine de la mauve.

- 27 -

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.