Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Abécédaire de la poésie surréaliste

De
113 pages
L'Abécédaire de la poésie surréaliste est une oeuvre littéraire qui fera parler d'elle car elle est composée avec les titres symboles du surréalisme. Elle emmène le lecteur à travers un voyage d'ombre et de lumière, voyage au coeur de l'âme du surréalisme qui côtoie la personnalité des deux auteurs que tout oppose: Chloë Malbranche, professeur de littérature française au CIEF et Marie Angèle Pretot, professeur de français et d'anglais.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Abécédaire de la poésie surréaliste
© L’Harmattan, 2010 57, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 9782296125612 EAN : 9782296125612
Chloë Malbranche
Marie Angèle Prétot
Abécédaire de la poésie surréaliste
L’Harmattan
Ouvrages des mêmes auteurs :
Aux éditions Vermifuge :
Chloë Malbranche :
Réminiscences et traces, 2006
Le Radis de Cristal, 2008
Marie Angèle Prétot
Aliénor, 2009
Préface La poésie, l'amour et la liberté sont des maîtres mots chez les écrivains surréalistes. L’ouvrage de Chloë MALBRANCHE et MarieAngèle PRÉTOT regroupe ces trois notions ; il parle librement d'amour en poésie.
Le titre pose d'emblée son attachement à la poésie surréaliste laquelle trouva sa définition suite à l'écriture du recueilLes Champs Magnétiques réalisés par Philippe SOUPAULT et André BRETON selon le procédé d'écriture automatique. La dénomination venait de naître mais déjà certaines œuvres antérieures pouvaient être qualifiées de surréalistes ; SOUPAULT cite notamment le Comte de LAUTRÉAMONT, Arthur RIMBAUD, Gérard DE NERVAL, William BLAKE ou encore certains romantiques allemands. La forme poétique sous cette dénomination n'est donc pas tributaire du mouvement littéraire et artistique que l'histoire de l'art nomme Surréalisme. C'est un concept qui peut se détacher temporellement. Aujourd'hui, concevoir un ouvrage de poésie surréaliste en exploitant ses ressources permet d'expérimenter à nouveau le langage à la lumière d'un contexte historique et social différent.
Une production riche d'écrits et de réalisations artistiques issue du mouvement surréaliste traite du discours amoureux en s'autorisant toutes transgressions possibles. L'amour est un champ infini d'exploration et une quête de sens où sa toute puissance est affirmée. On retient aisément de ce mouvement le culte voué aux femmes qui entraînait certains adorateurs à une attitude quasimystique. Dans cet abécédaire, ce sont deux femmes qui expriment leur amour. Le lecteur court sur un fil rouge en oscillant entre un amour fou empreint de souffrances, de questionnements et un amour qui se raisonne par une quête effrénée de connaissances.
Le jeu, cher à BRETON, tient une place majeure au sein de ce recueil. Tout n'est qu'un jeu de A à Z, que ce soit l'intention première, l'écriture plurielle, la spontanéité, les jeux de langage ou encore le jeu des connaissances. A leur tour, les auteurs interrogent le langage, interpellent les mots, les débarrassent de leur utilitarisme et se laissent aller à des jeux d'images et de constructions métaphoriques. Leur jeu textuel mêle une écriture automatique à celle d'une composition élaborée, convoque le cadavreexquis dans l’enchaînement des textes et fait ponctuellement appel à d’autres formes stylistiques. Réel et imaginaire s'enchevêtrent et se confrontent à une maîtrise des connaissances littéraires et artistiques. Cet abécédaire de poésie surréaliste est aussi un hymne à l’art et à la littérature.
De multiples interprétations sont proposées avec une prise de recul et une distanciation qui leur permet de réinterroger des œuvres sous un angle poétique. Librement, Chloë MALBRANCHE et MarieAngèle PRÉTOT abordent des œuvres qui restent encore le sujet de nombreux débats avec une légèreté désinvolte dont il en résulte une alternative interprétative riche en créativité. Au fil de leur enquête sur le terrain de l’interprétation, les auteurs laissent aussi de nombreux indices et jouent subtilement avec les connaissances du lecteur.
 Géraldine MINET
8
A
Aigle ou soleil
J’ai lancé ma pièce. A l’un ou à l’autre aije dit.
A la couronne ou la victoire. Tout cela pour une histoire hélène qui retombera dans le chant de l’esclave, heureux le soir de la maîtresse retrouvée. Elle était d’or pour les rois en ce mois de janvier et sur la victoire la couronne a triomphé. A l’autre bout du monde on célèbre un rite sacrificiel, et le chocolat coule à flot avec le sang des victimes. A l’aigle ou au soleil, à toi qui m’es venu, enfin.
L’allure Poétique
Dans ma peau trop parée se cachait un dragon, et tu l’as réveillé, lui qui dormait depuis la nuit des temps. A présent il veille jalousement sur les trésors qui lui restent et tu es sa proie. Promis je ne cracherai plus mon âme. Prends garde si tu le vois s’endormir car s’il cède c’est son monde qui s’écroulera sur nous, comme deux prisonniers enchaînés l’un à l’autre et plut au ciel que l’on ne finisse qu’attelés sous un joug. Pour le meilleur et pour le pire il te retient dans sa patte griffue et je masserai tes blessures encore et encore.
Les Abysses
Je suis revenue des profondeurs. Voyage express. J’ai attrapé ta main tendue en ouvrant dans un flash les yeux au plus profond des eaux bleues. J’essore ma chevelure mordorée alors que tu me demandes où j’étais. Je coulais. Sirène amphibie, je peux vivre longtemps en suffoquant, les deux mains plaquées sur mes blessures ouvertes. Cette fois pas d’appel insensé mais juste toi, qui me regarde de tes yeux dorés.
9
Anthologie publique.
Ainsi me retrouvaije perdue parmi les plus grands, numérotée par une étoile au firmament. J’avais vu dans les cheveux de ma muse une lumière douteuse, noirâtre qui m’avait inspiré un poème venimeux. Je me retrouvai donc dans une galerie de portraits des plus spectaculaires. J’avais peu de temps pour regarder devant moi puisque je devais m’incliner pour saluer à chaque pas. Et chaque soir fermait mes yeux brûlants de larmes sur l’image vibrante d’un prince qui ignorait ma voix.
L’âge d’or
C’est le film de notre vie, ton or commençant et mon or affirmé
La petite enfance était le bronze de nos années naïves,
L’adolescence notre argent arrogant,
Et l’or notre surréalisme aguerri par l’eau du sang !
Les artistes ibériques sont nos conspirateurs,
L’orage de nos volontés les cariatides de nos âmes
Et la beauté des oranges la voix sillonnant
C’est l’oracle de l’être.
Alchimage
Arrimage de la magie et de l’alchimie aquatique
Un tableau de l’est en forme de cantique
10