Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Abrupts

De
144 pages

Produire de minces éclats malgré tout, provoquer des mouvements à contretemps, essayer d'autres passages dans la langue marâtre. Tombées, accrocs et relevés dans l'à-pic. Par ductions, motions, aiguillées.

Publié par :
Ajouté le : 01 mars 2014
Lecture(s) : 35
EAN13 : 9782336339863
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

abrupts Christian Cavaillé
Produire de minces éclats malgré tout, provoquer des mouvements à
contretemps, essayer d’autres passages dans la langue marâtre. Tombées,
accrocs et relevés dans l’à-pic. Par ductions, motions, aiguillées.
où sinon par la taille / pendre / le sablier renversé / mince alors il se / casse / en un velours abruptssablé / déchirant de ses chutes / dans la poussière bleue
d’écroulements où perdre / pied grolles et langue / rejaillissent rocailles graviers / dégorgés
la voix rauque
enjambe / de nuit / le jour / trouve l’aiguille / pour l’écharde / dans le guêpier
c’est à qui / saura / perdre la main / aura / le doigté / pour la feur / la digitale / absente
des textos / comme personne
Christian Cavaillé a publié aux éditions L’Harmattan dans la collection « Levée
d’ancre » Instances accrues (2009), Gravités (2010), Dévers (2012) et, avec Alain
Robinet, Isles et passages <& Montaigne & Rabelais & >(2013).
N°84
ISBN : 978-2-343-02774-6
14,50 €
abrupts Christian Cavaillé
Poésie






abrupts




Levée d’ancre
Collection dirigée par Michel Cassir

Levée d’ancre est une collection privilégiant l’écriture
poétique, créée en 2001 par Gérard Augustin et Michel
Cassir. Elle se propose d’abord de publier, au-delà de la
division des genres, la poésie sous toutes ses formes ; de la
précise ciselure du vent aux nouvelles, y compris le « noyau
de prose » par lequel l’œuvre exprime ce qu’il y a de plus
actuel, dans sa construction d’un sens de la poésie.
Ensuite, multiplier les accès à cette poésie, tant par les
anthologies critiques, les ouvrages collectifs, que par les
échanges entre écrivains et lecteurs, les rencontres entre la
poésie, les différents arts et la vie.

Dernières parutions

83 – Hoda ADIB, L’instinct distal, 2014.
82 – Catherine LECHNER REYDELLET, Guerre oubliée, 2013.
81 – Luis ARAUJO PEREIRA, Poésie pour dire moins,
80 – Michel CASSIR et Danielle AUGUSTIN (dir.), Pour Gérard
Augustin. Textes et témoignages, 2013.
79 – Françoise LECLERC, Le tombeau sakalave suivi de
Soava Dia... !, 2013.
78 – Catherine BOUDET, Bourbon hologramme. Poésie-
théâtre, 2013
77 – Delphine BACKER, Ciel nourricier, 2013.
76 – Ahmed BEN DHIAB, Lune andalouse. Poèmes et dessins,
2013.
75 – Christian CAVAILLE & Alain ROBINET, Isles et passages.
<& Montaigne & Rabelais &>, 2013.
74 – Tristan CASSIR, Pointe rouge, 2012.
73 – Alain Robinet, Je fais résonner le ROULEAU-
TOMBEAU-TAMBOUR de mes mots zélés !, 2012.
72 – Jean-Christophe FILIOL, Les Édifices, 2012.
71 – Michel CASSIR, Hors Temazcal, 2012.
70 – Christian CAVAILLÉ, Dévers, 2012.
69 – Alain ROBINET, Alex & G B K suivi de KHORA sont
comme les 2 mises en pièces... ... de qques théâtriques en
poètiques !, 2012. Christian Cavaillé







abrupts




































































































LEVÉE D’ANCRE


L’Harmattan Du même auteur

Poésie :

Trois ou quatre choses avérées avec quatre sérigraphies de
Pillard-Valère, L’Hôte Nomade, 1996.

Instances accrues, L’Harmattan, coll. « Levée d’ancre », 2009.

Gravités, L’Harmattan, coll. « Levée d’ancre », 2010.

Dévers, L’Harmattan, coll. « Levée d’ancre », 2012.

La momie et le fennec – Fables pour Louise, L’Harmattan,
2012.

Isles et passages <& Montaigne & Rabelais &>, avec Alain
Robinet, L’Harmattan, coll. « Levée d’ancre », 2013.

Philosophie :

Philosopher depuis Montaigne et après Wittgenstein -
Instances des essais, L’Harmattan, coll. « La philosophie en
commun », 2008.

Parti pris du réel, L’Harmattan, coll. « Ouverture philosophique »,
2011.

Façons du réel, L’Harmattan, coll. « Ouverture philosophique »,
2011.

Montaigne et l’expérience, SCÉRÉN-CNDP, coll. « Philosophie
en cours », 2012.














© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-02774-6
EAN : 9782343027746







À Claude et à Roland Laurette









ductions




































































d’entrer sans l’aimer
dans la mêlée fermée
l’envers rare des choses
affleure mot à mot
l’appeau du poème
nous surface

au jeu des mains superposées
l’aperçu des fins fonds
et la rose des vents
en tournis éperdu
à peine s’ils nous tiennent

où sinon par la taille
prendre
le sablier renversé
mince alors il se
casse
en un velours sablé
déchirant de ses chutes
dans la poussière bleue

ô la vague la revenante
là-dessus lécheuse
laissant la surface lissée
lasse de ces va-et-vient
qui ne nous lâche plus

vers l’aval sous l’averse sûre
que des lueurs et embellies
sous peu surviennent
9 nous reflèchent épars
en tant et plus de sens

imminent sans nuance
un sursaut du plus bas
ressaisit
cassant le clair-obscur
sans cajoler sans calfeutrer

tu vois
la profondeur la si secrète
secrétant son mystère
soulevée
n’est plus
rien

et nous aurons changé d’embase
sans nos dessus
sans nos dessous


















10





de chaque instant
introductives
tes aubes aussitôt
l’une dans l’autre
plongées abolies
se relèvent
ruissellent

quelle eau forte
quelle eau de vie
entre décharges et jachères
à sinuer
nous tiendrait

dures douces
s’emportent pulsées
les ductions
coupées d’un coup
dans les reconductions
dictions taillées
dans les addictions

anonymes et prénommées
vont aux extrêmes
sans onction

telle rime te revient
lancine
dans la dent de sagesse
dont tu remords
prédateur
11 sale temps par son travers
coudé arqué le corps
se trouve égaré là
saltimbanque
sans se chercher
l’envol et la chute
retenus sur un fil

la main s’ouvre
et se ferme
son fantôme pensif
dans la béance bleue
accroche du chiendent
























12





ça fraye ça fore
de biais
l’ébauche d’une
diagonale agonale
entre autres

en restent des extraits
de traviole
tortillons remontés
du plus bas
d’où t’inclinent
les clinamens
coudés cassés du phrasé

des coupes claires ou sombres
élaguent et renversent les verres
s’égarent les perles du jeu
à la vitesse centrifugeante-fuguante
se retrace l’emportement grave
sur les dévers des virages

et ce travers
de scruter quand bien même
pour l’incruster
l’inscrutable

d’un côté l’autre
de langue douce
et dents mordantes
carnassier d’un rire
écharper
13