Acte de mémoire

De
Publié par

Ce livre est l'héritage d'une enfance souillée. Il s'agit ici d'inceste. Tout au long des pages, l'émotion bouscule les mots dans une quête d'identité. Ce recueil arpente des lieux, des émotions, des vécus enfouis dans des silences volontaires ou non. Il raconte l'invisible, l'indicible. Un cri d'une force poétique inébranlable pour dire la vie qui résiste à toute volonté destructrice.
Publié le : mardi 1 mai 2012
Lecture(s) : 40
EAN13 : 9782296490307
Nombre de pages : 90
Prix de location à la page : 0,0079€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
cAetedémomrinteI_Aerricodiaénoit/01s2/401210Pag1:44
Acte de mémoire
teAcmédeocirreA_Ietnomri04/2s10/tionaédi
978-2-35572-093-2
ISBN
gaP44:11210
Joseph MAKELE, Éditeur
© Éditions Acoria, 2012
www.acoria.net
acoriadiffusion@free.fr
edémomriIetnreA_Acte12102/40gaP44:1diaérico0/s1onti
Pascaline Berger
Acte de mémoire
4gea
7
 7
Il y a dans chaque être une âme, impalpable et pourtant réelle, elle est ce que l’on ne dit pas, ce que l’on ne voit pas, elle est notre face cachée. Le mystère de ce que nous sommes et de nos actions aux regards des autres est ici, de l’autre côté du miroir. Bien de choses existent, notre mémoire et nos souvenirs y sont ancrés. Les émotions naissent aussi de l’autre côté, selon les évènements, elles traversent ou non le miroir et viennent s’abreuver de la réalité de l’existence. Au travers de ces instants où les miroirs dérivent sur nos vérités, nous découvrons nos différences, l’âme se dévoile à la face du monde. Il faut avouer que ce phénomène est plutôt rare ou passe inaperçu, vouloir le contrôler serait utopique, bien que la volonté de chacun d’entre nous s’y essaye, l’humain est complexe, ce n’est un secret pour personne. Il est ce qu’il perçoit de son miroir et de ce que sa volonté lui laisse, ainsi le bon et le mauvais se côtoient sans condition. (Que ceux qui n’ont jamais failli me jettent la première pierre.) Bien entendu les vécus sont une part importante de nos miroirs et les émotions qui nous traversent résultent de notre volonté plus ou moins fragile. Phénomène incontrôlé, incontrôlable, il est notre âme, le reflet du miroir, tout comme ces êtres de papier qui vont se dévoiler dans ces pages, ainsi nous sommes des êtres de chair et de sang, des humains tout simplement. Ainsi, dévoilons nos possibles différences, nos injustices et parfois nos vérités qui font mal à entendre et que nos miroirs cachent, derrière nos multiples apparences !
De l’autre côté du miroir
/01 2/40 210:11 ia éAcorons ditiomri eémet_r enI dteAc
ctedAoireemém_rcAnIetdétiroai
Entrez, entrez dans mon histoire Vous qui n’êtes pas de faux miroirs Vous qui venez dans ma mémoire Brillez, brillez de toutes gloires.
La vie est un long fleuve Où s’abreuvent les âmes.
Voici ma demeure
nsio/010204/1112P44:ga
La vie est un long fleuve Où s’abreuvent les âmes.
Entrez, entrez dans ma demeure Vous qui êtes là en cette heure Vous qui vivez tout près de mon cœur Souriez aux jours souriez au bonheur.
8
La vie est un long fleuve Où s’abreuvent les âmes.
Entrez, entrez j’ouvre ma porte Et qu’ici la joie vous transporte Plus de crainte la peur est morte C’est ici qu’un non-dit avorte.
La vie est un long fleuve Où s’abreuvent les âmes.
Entrez, entrez voici ma maison Vous qui êtes ici avec raison Vous qui vivez de cette chanson Écoutez là vivre d’émotion.
ctA:411ag4P4//01220
9
J’ai souvent rêvé d’un idéal d’amour. À l’aube de l’enfance, j’ai su la déchéance, les songes étoilés se sont éteints dans la nuit sombre. J’ai appris le mal et la perversité, j’ai appris la violence et le non-dit, alors j’ai refermé mon cœur et continué de vivre. Puis sont venues l’adolescence et ma fuite en avant. Un fiancé possessif et le rejet des souvenirs, l’espoir à peine éclos est mort, le mari a filé. Outrage, mal de vivre au quotidien, tel fut le lot, alors j’ai refermé mon cœur et continué de vivre. Dans le dégoût de mon corps, un être est venu. Dans son mal de vivre, je me suis oublié, avec l’espoir de le sauver, je me suis battue pour un idéal périmé. Le mal est venu de loin pour me déchirer, alors j’ai refermé mon cœur et continué de vivre. Les années ont passé, seul le chat est resté, la rancœur, l’amertume sont des mots… dépassés. Les jours filent, ma vie est à côté, je me suis endormie pour ne plus pleurer, alors j’ai refermé mon cœur et continué de vivre. En ces temps solitaires, un rêve d’enfant est apparu, les jours sont devenus lumières, je l’ai reconnu, j’ai refermé les portes d’hier pour avoir l’absolu. J’ai créé un rayon de soleil dans un monde perdu.
Juste une mise au point
reInter_edemémoitioisn01cAroaidé
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.