Alliances

De
Publié par

Chacun de nous traverse le jour et la nuit, les saisons, le naître et le mourir … En dessous de toi, l'immensité te porte. Tu as ta place, ta langue, ta signature dans le jardin du monde. Le lien, l'amour, la vie délivrée de la peur de mourir. Délivrée de tout ce qui pèse. Le cœur alors léger comme une plume. Redevient velours tendre du petit enfant. Abandonné et présent. Comme un marin accepte et adhère au voyage. Et pourtant tient son gouvernail. Libre est ton sillage. Maintenant.
Publié le : mercredi 4 mai 2016
Lecture(s) : 7
Tags :
EAN13 : 9782140009099
Nombre de pages : 144
Prix de location à la page : 0,0082€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
&KDFXQ GH QRXV WUDYHUVH OH MRXU HW OD QXLW OHV VDLVRQV OH QDvWUH HW OH PRXULU« /HV SLHUUHV GHV FKHPLQV SRXGUHX[ GHV DXEHV G¶pWp OHV IRUrWV OHV FODLULqUHV OHV WRUUHQWV HW OHV ODUJHV ÀHXYHV« (Q GHVVRXV GH WRL O¶LPPHQVLWp WH SRUWH 7X DV WD SODFH WD ODQJXH WD VLJQDWXUH GDQV OH MDUGLQ GX PRQGH /H OLHQ
/D YLH GpOLYUpH GH OD SHXU GH PRXULU 'pOLYUpH GH WRXW FH TXL SqVH /H F°XU DORUV OpJHU FRPPH XQH SOXPH 5HGHYLHQW YHORXUV WHQGUH GX SHWLW HQIDQW $EDQGRQQp HW SUpVHQW &RPPH XQ PDULQ DFFHSWH HW DGKqUH DX YR\DJH (W SRXUWDQW WLHQW VRQ JRXYHUQDLO /LEUH HVW WRQ VLOODJH 0DLQWHQDQW
SDSLHU PDURXÀp VXU SDQQHDX GH ERLV WHFKQLTXH PL[WH GH O¶DXWHXUH
Geneviève Chincholle-Quérat
Alliances Un, seul est le chemin suivi de Vole haut et plonge profond
Poésie(s)
ALLIANCES
Poésie(s) Collection dirigée par Jérôme Martin Ouvrages déjà parus Nelly ROFFÉ,Rose de Chaouen, 2016. Suzanne MÉRIAUX,Empreintes, 2016. Munesu MABIKA DE CUGNAC,Un monde plus fort que le reste, 2016. Arnaud BOURILLET,Le pavot rouge. Éloge de l’étrangère, 2016. Norbert SÉE,Femmes fleuves, femmes flammes, 2016. Mylène DANGLADES,Des paroles d’or et d’argent, 2016. Marc LE GOFF,Arrêts sur paroles, 2016. Amar MERIECH,Découverte de l’ordinaire, 2016. José Carlos RODRIGUEZ NAJAR,Prières amazoniennes,2016.Georges De RIVAS,Ce que la Colombe dit à la Rose,2016.Dominique LABADIE,Réveille-toi,ȏdémocratie. ma Chroniques d'un ancien homme libre,2016.VILLEBRAMARA,Métisse, 2015. Franck GIOL,Ouvrances, 2015. Maïté VILLACAMPA,Vers les commencements. Montage, 2015. Marie-Madeleine LEMAIRE-JARRY,J’ai rencontré le soleil, 2015. Raphaël SARLIN-JOLY,Et je vis le regard des chats sauvages, 2015. Jean-Marc ROTH,Première cellule, 2015. Anne ARNAUD,Unknown, 2015. Gilles GONTIER,Repentirs précédé de Chasseur de pierres, 2015. Soula SAID-SOUFFOU,Une vie pour la France, Hommage au combat d’une chatouilleuse de la République, 2015. Junior GUSTAVE,Tentacules de ma terre, 2015. André LOUBRADOU,Dispersion des silences, 2015. Roy SINCLAIR,Silhouettes, 2015.
Geneviève Chincholle-Quérat
ALLIANCES
UN, SEUL EST LE CHEMIN Suivi de VOLE HAUT ET PLONGE PROFOND
Du même auteur
Fin de folie, faim de vie Éditions Terres de braise(épuisé). La Lézarde Éditions Espace santé(épuisé) Les Affranchis Éditions L’Harmattan Identité et altérité Éditions L’Harmattan Site internet de l’auteur : http://genevievechinchollequerat.com© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09221-8 EAN : 9782343092218
UN, SEUL EST LE CHEMIN Par Geneviève Chincholle-Quérat
À Tom
PROLOGUE - LE PAS DE L’ENFANT
Entre les deux coule une rivière, sur la rivière un pont, nous pouvons passer d’une rive à l’autre. L’enfant passe d’un pas léger sur l’autre rive, d’un monde à l’autre. Et il n’y a plus de brèche, de chute, de désespoir, juste un arc-en-ciel autour de l’enfant.
C’est après trois rêves qui me demandaient de reprendre des textes écrits dans différentes époques de ma vie que je me suis décidée à prélever des morceaux poétiques de textes, édités ou non, et à les rassembler. Textes écrits depuis mes dix-sept ans environ (par exemple le texte de Lili). Le texte du début et le texte de la fin sont récents.
J’ai glissé un petit poème de Georges, un ami de toute une époque, maintenant décédé. Je voudrais le remercier de cela. Je ne savais pas, dans ma jeunesse, à quel point les grandes amitiés sont rares.
Je voudrais aussi remercier Jenny, la jeune personne qui écrivit certains poèmes. Beaucoup furent perdus ou détruits. Jenny « fleureta » avec la délinquance et la folie, je ne suis ni fière ni honteuse de ce qu’elle fut. Cette exaltée fut ma jeunesse et mon adolescence tumultueuses. Pourtant, sans elle, je ne serais pas là. Alors, qu’elle soit remerciée également… « Elle »… « Je » fus éprise au plus haut point d’absolu et de transcendance et talonnée par un impérieux besoin d’aller dans les forêts profondes... Je fus fascinée par
7
l’envers des décors, les éléments cachés, les souterrains, les marginaux et les maudits, tout ce que le monde rejette. Je fus radicale et certainement injuste, mais il me fallut du courage pour plonger dans l’inconnu, partir explorer les chemins de traverse, chercher une lumière qui ré-enchanterait le monde. Même si cette lumière était au fond d’une nuit obscure. Je voulais guérir de cette perte d’âme dont je souffrais comme d’un mal profond qui me rongeait et que je ne comprenais pas. D’autre part, chacun son caractère. Certaines personnes sont là pour rester sur les larges routes sans rien changer, d’autres vont chercher ailleurs la « Terra incognita ». Sans elles, le monde serait triste et ne pourrait peut-être pas se renouveler. Chacun a son rôle à jouer, chacun a une place. Il y a « les gardiens de l’ordre » et ceux qui le remettent en question. Les artistes et les marginaux, les mystiques, les bouffons, les rebelles, détricotent le vêtement du monde pour essayer de nouveaux regards et leur chemin est un voyage, une exploration, une transgression. Ils nous font atteindre une partie de l’humain plus obscure et plus reculée, nous font élargir notre champ de conscience, et dans ce jeu sans fin du chaos et de la règle, le désordre régénère l’ordre.
J’ai « payé » mes errances, mes dérives, mes ruptures d’avec la vie, ma difficulté à harmoniser les pulsions et les contraintes de l’organisation sociale.
On ne déchire pas « le vêtement » sans en payer le prix. Je n’ai pas tellement eu le sentiment de choisir mais peut-être d’être tombée d’un train dans lequel je suis remontée beaucoup plus tard.
À d’autres époques, je fus attirée comme un papillon par trop de lumière, incapable de douceur envers l’incarnation et
8
la vie quotidienne, le temps… Nos facettes d’ombre et de lumière n’existent que les unes par rapport aux autres. Et cette rupture prend son origine dans la difficulté que nous avions à ressentir nos parents ensemble, durant notre enfance. La fusion qui en découle, avec l’un ou avec l’autre et le désir de ne faire qu’un avec un autre, la blessure d’amour au fond de soi, jamais comblée, nous projette dans des relations qui sont forcément toxiques. Parce qu’en se réfugiant à l’intérieur d’un ou d’une autre, on s’abrite de la solitude nécessaire à notre accomplissement, on est dans de la « non-vie ». L’exorcisme de nos démons, la grâce des anges ne sont là que pour un temps. Le temps d’un voyage, d’une reconduction de l’origine, de notre tentative de résilience.
Ils existent, ET ils n’existent pas. Ils sont au service de l’initiation.
L’aurore advient toujours après la nuit.
En tous les cas ce fut ainsi et ce fut ma vie. L’épaisseur d’une vie, avec ses amours et ses désespérances, ses fantômes. J’ai laissé derrière moi la fascination pour les poètes maudits, l’ombre, la destruction et autres refus de la vie « telle qu’elle est ». J’ai choisi la vie de tout mon cœur et fait mon miel de ces différents cycles de vie. Mais en vieillissant, plutôt que de vouloir changer les choses ou les êtres, j’ai appris à me positionner. J’ai choisi de créer. De faire l’expérience la plus complète possible de ce que la vie, les événements me proposent.
Aujourd’hui est un nouveau jour et nous ne nous baignons jamais deux fois dans la même eau du fleuve…
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.