Arabesques Méditerranéennes

De
Publié par

Ce recueil est un bijou précieux, une évocation de cette méditerranée pleine d'histoires avec de magnifiques monuments, de magnifiques paysages et si attachante dans ses différents visages. C'est une méditerranée de parfums, de couleurs, de musiques, de rêves.

Publié le : jeudi 1 septembre 2005
Lecture(s) : 292
Tags :
EAN13 : 9782296408937
Nombre de pages : 116
Prix de location à la page : 0,0068€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Arabesques méditerranéennes

Du même auteur

0Jr0nique de RttmalIah, poésie, L'Harmattan, Paris 2002. 0Jr0nique d'une terrealiénée,poésie, L'Harmattan, Paris 2004.

Danièle Ouanès

Arabesques

méditerranéennes
poésies

L'Harmattan

<Ç)L'HARMATTAN, 5-7, rue de l'École-Polytechnique;

2005 75005 Paris

L'HARMATTAN, ITALIA S.LI. Via Oegli Artisti 15 ; 10124 Torino L'HARMATTAN HONGRIE Konyvesbolt ; Kossuth L. u. 14-16 ; 1053 Budapest L'HARMATTAN BURKINA FASO 1200 logements villa 96 ; 12B2260 ; Ouagadougou 12 ESPACE L'HARMATTAN KINSHASA Faculté des Sciences Sociales, Politiques et Administratives BP243, KIN XI ; Université de Kinshasa - ROC http://www.librairieharmattan.com harmattanl @wanadoo.fr ISBN: 2-7475-8987-0

EAN : 9782747589871

À AbdejliJ,

Remerciements
Je rends grâce à Monsieur Hassan Massoudy, Calligraphe qui a bien voulu revêtir de son art indicible quelques-uns de mes mots.

MÉDITERRANÉE M e terranee, 'di ' N otre mere a tous, " Tu nous a donné Assur, Sumer et Babylone, Le sourire de Toutankhamon, Zeus et l'Olympe, Carthage et Caton, César et Néron, Kairouan et Cordoue, Marseille et Beyrouth, Fès et Jérusalem, Alexandrie et Istanbul, Alep et Syracuse, Rome et Dubrovnik, Chypre et Malte, Alger et Volubilis. Guerres, Invasions, Croisades, Flux et reflux de l'histoire sur tes rives Qui nous ont façonnés, Différents et semblables, Opposés et unis : Nous sommes tous tes ftls.
Novembre 2000

VENISE Raconte-moi Venise, La mienne, solitaire en novembre: Saint-Marc aux dorures amaties Et sa cohorte de mosàiques marchant vers moi, Silhouettes étranges dans la lumière oblique. Et dehors, Une ville nostalgiquement veuve Qui se voile brume, Drapée de gris, de verts et de bleus, Toute de camaïeux : Bronze et marbre, Pierre et bois peint des pontons, Dont les reflets irisent l'onde, Noir verni des gondoles vides et silencieuses Qui glissent sans bruit sur les canaux verdâtres. Et l'Histoire Qui tient tout entière Dans la coupe niellée du Palais des Doges, Héritière de Byzance. Venise guerrière, Traître et altière, Conquérante, ambitieuse, avide de ducats Et cependant resplendissante, Parée de l'Art comme une châsse, Gardant jalousement Les reliques d'un absolu de beauté... Venise, qui sombre lentement Dans l'onde impitoyable de la mer.
Décembre 2001

10

CARNAVAL
La proue de la gondole Pirouette, Griffure noire sur la moire grise du Grand Canal. Venise en liesse Paresse, Drapée dans le brouillard. La musique se fait sporadique, La main du gondolier s'alourdit Sous le poids de la nuit qui fuit dans l'aube mauve. Le soleil revêt son habit d'argent Dans le calme étale du petit matin, Et les masques, Vision d'un autre temps, Paradent sur les quais dans un ultime défIlé: Symphonie d'or et d'émeraude Où le noir de la Mort rôde Escorté du vermillon de la passion. Une belle inconnue passe, Masque d'or et perruque poudrée, S'incline, et fait la révérence, Présente une main parfumée à baiser Et la cascade de son rire Tire de leur léthargie les Maures Qui sonnent mécaniquement les sept coups solennels De la fin des festivités. Une gondole glisse, furtive, sur la moire lisse du Grand Canal, Et le soleil hisse péniblement sa grand-voile À travers les tuyaux d'orgue du brouillard. Vaisseau fantôme, Venise sombre dans le sommeil diurne du Carnaval.
Février 2002 Il

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.