Arbres et étoiles

De
Publié par

Le regard aigu du poète se pose sur la nature aussi bien que sur la nature humaine. Sa plume sert le dialogue et les allers-retours entre les deux qu'il questionne de façon ludique, fraîche et humoristique. Sage et enfant à la fois, Kit Kelen cherche à montrer au-delà du regard et des sens, ce qui échappe le plus souvent mais que le poème saisit en un instant.
Publié le : dimanche 1 juin 2014
Lecture(s) : 8
Tags :
EAN13 : 9782336348797
Nombre de pages : 114
Prix de location à la page : 0,0070€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Kit Kelen
Arbres et étoiles Trees and stars
Traduit de l’anglais par Béatrice Machet-Frank
Arbres et étoiles Trees and stars
Poètes des Cinq Continents En hommage à Geneviève Clancy qui l’a dirigée de 1995 à 2005. La collection est actuellement dirigée par Philippe Tancelin. Série Espace expérimental La collectionPoètes des Cinq Continentsseulement révèle non les voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection dévoile un espace d’ouverture où tant la pluralité que la qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de titres par an. Dernières parutions 110 – Albert V. NIKOLLA,Love explosion, 2014. 109 – Arthur BRIAND,Une date, Un repère, 2014. 108 – Cédric ARIA ,Entre le mortel et le périssable,2013. 107 – Niju Kyaku NETSUKE,Poèmes à l'assiette. Haïkus français, 2013. 106 – Daniel LABONNE,Marronages, 2013.105 – Yves Patrick AUGUSTIN,Au bout du petit matin..., 2013. 104 – Jean-François MENARD,Des voix dans les arbres, 2012. 103 – Raymond MAGNANT,Vivre, peut-être…,2012. 102 – Claire GARNIER-TARDIEU,Poéphéméride, 2012. 101 – Abdelghani FENNANE,Je ne mourrai pas avant le printemps, 2012. 100 – Pierre ZIRKULI,L’instant lumineux, 2012. 99 – Mattia SCARPULLA,journal des traces, 2011. 98 – Claude-Raphaël SAMAMA,En regard des jours, 2011. – Claire GARNIER-TARDIEU,Femmes soleil, 2011. 96 – Ahmed BEN MAHMOUD,Êtres et Choses, 2011. 95 – Véronique ELFAKIR,Dire cela, 2011. 94 – Arnaud DELCORTE,Ecume noire, 2011. 93 – Jamal KHAÏRI,Patrie-cide, Poèmes transférés de l’arabe marocain, 2010. 92 – Ludmilla PODKOSOVA,Les déserts de l’amour ou les nouveaux visages de Rimbaud, 2010.
Kit Kelen
Arbres et étoiles
Trees and stars
Traduit de l’anglais par Béatrice Machet-Franke
Du même auteur, Kit Kelen (liste non exhaustive)
Republics, Five Islands Press, University of Wollongong, 2000.
Eight Days in Lhasa, VAC Publishing, Chicago, 2006.
China Years – Selected and New Poems, ASM Press, Macao, 2010. De la traductrice, Béatrice Machet-Franke (liste non exhaustive) J…, éd. L’Amourier, Coaraze, 1999. Muer, éd. L’Amourier, Coaraze, 2001. Der de Dre, éd.Voix, Elne ,2008. Melisma, éd. SD, Domazan ,2010. Macao a Grey Epic(bilingue), éd. ASM Press, Macao 2014. Et traductions entre autres : Kenny,M.,Humours plus ou moins comiques, éd. Wigwam, Rennes, 2001. Bruchac,J.,Aucune frontière, éd. Voix, Elne, 2002. Glancy,D.,Pour Iron Woman, éd. Wigwam, Rennes, 2005. Glancy,D.,Cartographie Cheroke, éd. l’ Attente, Bordeaux, 2011.
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03511-6 EAN : 9782343035116
Préface La créativité,c'est l'intelligence qui s'amuse disait Albert Einstein. Quant à Kit Kelen il écrit: to be justêtre simplement these words hereces mots ici to be spokenrendus à la vie back to lifeà dire that’s what Ic’est ce pourquoi live forje vis Avec cet état d’esprit, il n’est pas étonnant que la poésie de Kit Kelen soit humoristique et ludique. Formes courtes joueuses, les poèmes effleurent ou percutent, simples tangentes ou bien traits transperçant les préoccupations humaines des plus triviales au plus nobles, des plus pragmatiques au plus idéalistes. Kit Kelen n’a pas perdu son regard d’enfant: précis et juste. L’auteur reste authen-tiquement connecté à l’enfance et va y puiser la fraîcheur de ton qui le caractérise. Il s’amuse avec les expressions idiomatiques, détourne ou illustre les proverbes, et sous couvert d’émerveillement il interroge sans naïveté le monde d’aujourd’hui. Son style est direct, les mots utilisés sont simples, la richesse des poèmes vient des associations d’idées et des allusions, des clins d’œil que sans cesse l’auteur adresse au lecteur. Il y a de l’aphorisme et du haïku dans sa façon de conclure, de rebondir, de contraster, de croiser ou de juxtaposer les images et les raisonnements. Il y a aussi, toujours ouverte, la dimension du rêve, soit appelée soit visitée, comme un recours et un remède, comme un enseignement. Tous les poèmes font au minimum sourire, contiennent un éclat de rire potentiel, offert comme une pépite, comme un précieux secret qu’il nous est loisible de
7
partager. Tous les sujets abordés sont sérieux avec le goût du sérieux si particulier, tel que nous l’éprouvons enfant, mais jamais l’auteur lui, ne se prend au sérieux. Mais au-delà de l’écriture, Kit Kelen est aussi peintre,et l’on retrouve dans sa peinture le même élan joueur, la même qualité d’ob-servation avec le mouvement permanent de réflexion du sujet sur l’objet et vice et versa.
 KitKelen est Australien, il écrit donc en anglais. Même si le vocabulaire anglais est composé de presque la moitié de mots venant du français, l’esprit des deux langues est bien différent. Faire passer les mots brefs et sonnants de l’anglais vers les mots plus longs du français est un exercice qui d’emblée change la donne. De même pour les références culturelles et la façon de manier l’humour ! Une traduction fidèle au seul sens des mots donnera dans certaines situations l’impression au lecteur de faire une expérience étrange malgré sa familiarité avec le français. Et il comprendra qu’il n’appartient pas au public ciblé par l’auteur. Donner la possibilité aux lecteurs du français de pouvoir s’identifier, de pouvoir se sentir adressé et invité par le texte traduit tout en lui laissant faire l’expérience du poétique (qui en soit est déjà une forme de langue étrangère), voilà le challenge auquel le traducteur est confronté. La grammaire anglaise permet des ambiguïtés, lesphrasal verbsl’anglais de autorisent la conversion du verbe en nom ou du nom en verbe qui oblige le traducteur à des transpositions, à des glissements sémantiques. Sans compter l’usage des suffixes et préfixes qui structurent sens et mots différemment dans les deux langues. L’anglais a un souci de précision orienté vers le concret, l’anglais utilisera les conjonctions de coordination tandis que le français juxtaposera ou/et subordonnera. Lefrançais utilise les verbes pronominaux et l’anglais utilise le pronom relatif, ce sont là des contraintes de langue avec lesquelles il faut jongler. Mais plus en profondeur, l’esprit français pourra avoir besoin de se sentir intégré dans une vue de l’intérieur: il dira dans; alorsque 8
l’anglais lui dira: at, et proposera comme une distance, une vue extérieure. Avec les jeux de mots, les assonances, les références culturelles, les néologismes, les entorses et irré-gularités syntaxiques que Kit Kelen s’autorise, le traducteur doit trouver des équivalences et des adaptations qui sonnent juste en français.
 Monparti pris de traductrice fut le suivant: rester fidèle à la fraîcheur du ton des poèmes originaux. Faire sentir l’humour toujours sous-jacent. Garder le caractère étrange de certaines images, en donnant au flux des mots un rythme et un flot comme naturel pour amener le lecteur à la chute du poème… plus ou moins surprenant, grave ou drôle, léger ou abrupt. Compenser le court des mots anglais qui savent faire tinter clair les images et les idées, par la clarté de l’onde du poème en français, que la limpidité et l’éclat soient préservés pour conserver le joyeux et l’humour dissous dans les eaux des poèmes tels qu’ils sont rendus en français.
9
Béatrice Machet-Franke
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.