Au-delà des mots

De
Publié par

Publié le : dimanche 1 janvier 1995
Lecture(s) : 52
Tags :
EAN13 : 9782296302730
Nombre de pages : 112
Prix de location à la page : 0,0060€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Poètes des cinq continents - 86

Collection Poètes des cinq. continents dirigée par Gérard da Silva
Dernières parutions :

56- José Muchnik, Proposition poétique pour annuler la dette extérieure, (Bilingue français-espagnol). 57 - Hassan Benghabrit, Du silence à la nuit. 58- Mohamed Hmoudane, Poème d'au-delà de la saison du silence. Suivi de Ere d'Aube. 59- Jean Gillibert, Mes réJérendes. 60- Pierre-Loup Le Masque, Nuit de lumière. 61- Marc Bedjaï,lsfra des Amaroua, sonnets kabyles. 62- Jacques Guigou, Une aube sous les doigts. 63- Adnan Mohsen, La mémoire du silence. 64- Jacqueline Persini, Histoire de ma maison ou naître. 65- Eszter Forrai, Sylvie Reymond-Lépine, L'ombre des éclairs (bilingue hongrois-français). 66- Tabar Bekri, Les chapelets d'attache. 67- Jean-François Roger, Le pain d'ortie. 68- Babacar SaIl, Visages d'homme. 69- Celia Dropkin, Dans Ie vent chaud. 70- Pierre Goldin,Helladiques. 71- Noureddine Aba, Comme un oiseau traqué. 72- Irène Shraer, Ce que raconte le vent. 73- Thierry Divry {1943-1993),La seconde éternité. 74- Shêrko Bekes, Les petits miroirs. 75- Adamou Ide, Sur les terres de silence. 76- Henri BruneI, Les oiseaux pour sourire et rêver. 77- Maxime N'Debeka, Paroles insonores. 78- Krzysztof Jezewski, La musique. 79- Jean-Pierre Biondi, Si je change de nuit.

80- Philippe Caspar,Miserere.

AU - DELA DES MOTS

Du même auteur
.

.
. .

Plutes (poèmes en arabe) - Bagdad, 1962. Une orange dans le tourbtllon de l'eau (poèmes en arabe)-Beyrouth, 1968. Lesjours de Abdul Haqq AI-Bagdadt (en arabe) ,
édition limitée

- Edition

Saggar, Paris, 1992.

.
. .

Les œuvres poéttques (en arabe), édition limitée - Edition Saggar, Paris, 1993 . La calltgrapbte arabe pour lesjeunes avec un cabler de calltgrapbte Roq'd - Saqi Books, Londres, 1987. Deux collecttons de calltgrapble imprimées en serigraphie-Paris, 1981 et 1984. La trotsème collectton de calltgrapbte imprimée en offset-Hambourg, 1988.

Couverture et calligraphies originales par l'auteur
@ L'Harmattan, 1995 ISBN: 2~7384-3245-X

Mohammed

Saïd SAGGAR

AU - DELA DES MOTS
Traduction de l'arabe par Adnan MOHS EN Avant-propos de Charles DOBZYNSKI

Éditions L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

Avant-propos
par Charles DOBZYNSKI

Que les mots ont un au-delà, il suffit au poète de le désigner pour qu'il apparaisse à nos yeux. C'est un horizon inversé et masqué qui s'appelle l'exil, ou la dépossession. L'exil n'est pas l'éloignement qui déchire, ou l'absence de la patrie, c'est au contraire, plus lancinante et acérée, sa présence dans l'exilé. Une fenêtre étrangement qui s'ouvre et " par mon corps / regarde l'univers ". Ainsi, celui qui sait que" les poètes ne vivent pas sans blessures" éprouve dans sa propre chair toutes les blessures de sa patrie.

9

L'Irak est cette braise qui rougeoie sous les mots. La mémoire qui brûle, noire à force de brûler, semblable à l'encre qui interdit par sa noirceur" de dessiner un arc-en-ciel". La blessure du Golfe est là, dénudée et sans cicatrice, transformée en symbole: " On a bombardé la calligraphie coufique". Car celui qui rêve d'arracher ses mots à une terre inconnue, en dehors des dictionnaires, des mots pour dire la douleur, l'histoire humiliée, l'homme bafoué dans ses droits et sa dignité, est un artiste exceptionnel. Plus que tout autre, il a su conjuguer l'eau et le feu, la lettre et l'esprit. Sous ses doigts de magicien, l'alphabet arabe s'est converti en harpe: ses arpèges font vibrer les pages. Ses modulations instaurent un dialogue subtil entre le sens des mots, leur sonorité et leur identité plastique. Dès lors, le poème sort de ses gonds, s'empare de l'espace. Il investit les deux volets du livre ouvert,

10

passe-muraille, passe-merveille. Abolie la frontière du blanc. La calligraphie, lettre agencée en scène picturale, devient polyphonie. Le chant s'entrelace aux mots et les mots se font lierre recouvrant la surface vierge. Le poème. peint et le poème écrit bâtissent une passerelle pour la pensée qui est sagesse et pour la poésie qui est mise en forme du ressac mental de la pensée. Mohammed Saïd Saggar possède cette double appartenance: peinture et poésie confondues l'une en l'autre, l'une se nourrissant de l'autre et la fertilisant. Il a porté à la pointe du raffinement l'art de la calligraphie coufique. Il en combine les figures de ballet vertigineuses, arabesques et signes qui sont, dans leur variation infinie, cristallisations asymétriques de l'esprit comme les roses du désert sont cristallisations du sable. Le peintre a révolutionné l'imprimerie par l'invention d'un nouveau système d'usage des

11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.