Au-delà des mots

De
Publié par

Né en 1934 à Oran, Gérard Kerob est dès son plus jeune âge fasciné par la Poésie. Doté d’une plume délicate, d’une inspiration inaltérable et d’une lecture des âmes affûtée par sa carrière de médecin de campagne puis d’ophtalmologue, il s’adonne à l’Écriture pour donner vie à ses émotions et pensées les plus secrètes. Avec une rare sagesse et une grande générosité, Gérard Kerob met en scène les sentiments les plus nobles comme les plus vils et chante l’Amour, l’Espoir, la Justice et la Paix. Ce recueil est un hymne à la vertu, un appel au réveil des âmes endormies, un remède contre l’amertume, dans lequel chacun pourra puiser les messages qui le révèleront.

Publié le : mardi 1 janvier 2008
Lecture(s) : 40
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782953168204
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
VIE ET ENVIEUn joyeux noceur fatigué de ses prouesses Ne trouvant plus sur terre raison d’allégresse Se mit à s’interroger sur la réalité des cieux Tant il était las des sots fallacieux. Pourquoi toujours travailler, peiner ici-bas Alors que vie aisée régnait dans l’au-delà ? Il fallait trimer dur pour gagner sa pitance, Et à chacun servir de gibier de potence. Notre malheureux invoquait les cieux, À toute occasion il suppliait les Dieux. Une ombre de l’au-delà ne voulait-elle pas Suspendre ou mettre un terme à son trépas ? Une âme émue par ses supplications S’approcha, curieuse, de cette invocation. Pourquoi malheureux avoir tant d’impatience À vouloir rejoindre le monde du silence ? C’est, répondit notre impétueux mortel Que j’ai hâte de devenir immortel. Constatez l’espace réduit où je me serre Alors que le ciel immense semble désert. Pensez-vous qu’il soit attrayant ou facile De servir les sots et tous les imbéciles ? De flétrir la vertu et flatter les vices De sublimer la honte en sombre devise ? Vous, bienheureux, vous ignorez la vieillesse, Vous héritez des Dieux beauté et sagesse ;
18
Tout vous est accordé, tout vous est gratuit, Un simple linceul est votre éternel habit. Je vous serai gré si vous vouliez dans l’espace Me céder au meilleur prix votre place. En échange je vous accorde tous mes avoirs Et vous laisse mes meilleurs vins à boire. Notre macchabée se dit charmé du marché Et échangea son nuage pour un pavé. Il croisa en chemin l’âme en ascension, Heureuse de trouver si facile pension. Mais son bonheur fut de courte durée Car là-haut il faisait froid derrière les nuées. Des ombres sinistres, sans gêne, le bousculaient, Il s’ennuyait dans cette uniformité. De là-haut il apercevait le squelette recharné. Qui refusait de l’entendre et de le regarder. Et, voyant une belle élégante en jupe, II se sut victime d’un marché de dupes. Le nouveau locataire se remit à l’écoute Espérant entendre un terrien en déroute Et revivre sur terre grandes difficultés. Mais le silence dura toute l’éternité.
19
7 février 2001
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La chance

de mediter

Stances

de mediter