Au fil de l'écriture

De
Publié par

Ce recueil de poèmes et ces nouvelles nous parlent d'un monde meilleur où il fait bon aimer, où la générosité va de soi mais où on sent une menace. Ces textes sont d'une étonnante maturité au regard des quinze ans de l'auteur.

Publié le : dimanche 1 février 2004
Lecture(s) : 239
Tags :
EAN13 : 9782296350922
Nombre de pages : 114
Prix de location à la page : 0,0065€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

.Jlu i{ de
{'rÉ,criture
:Nouve{{és

et poèmes

(Ç) L'Harmattan, 2004 ISBN: 2-7475-5941-6 EAN : 9782747559416

Sopliie Ciotti

.Jiu if âé
{'rÉ,criture
fNouveffes et poèmes

Vivre et l'écrire

L'HarmaltaD 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'HarmaltaD HODgne Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'HarmattaD JtaJia Via Bava, 37 102] 4 Torilla ITALlE

Collection Vivre et J'écrire

-Déjà

parus:

Écrits de jeunes: 100 lettres d'adolescents Reste encore un peu, j'ai pas fini de grandir Le stylo sauvage J'en ai marre de me retenir J'aimerais bien aider le monde à se lever Le livre de mes pensées secrètes Ici j'ai tout: la maison, le travail et l'école Les visages infinis Réponds-moi vite Grand-Mère, je t'aime Poèmes L'imparfait ne me décrit pas Les ados du garage Mais qui donc pense à moi Tout le plaisir est pour moi! Écrits d'adultes et de retraités: Saisons adultes Merci pour le timbre L'encrier des espérances Sous les pierres mon cœur Donnez-moi donc de vos nouvelles Vivre et l'écrire J'en ai croisé bien des chemins Sans elle? Sans ailes Mon frère des limbes Par monts et par mots Malgré tout - Du Valdahon à Figuig Nous allons sauter les barrières Écrire pour ne pas perdre la main Grattez l'écorce Des Bas Buissons aux Eaux Vives Moi, Maxime, 97 ans Territoires Larko Parcelles d'infini La petite fille attendait Écris-moi, un siècle de vies

Vivre et l'écrire Limours : Que reste-t-il quand il ne reste rien? Eh ! Ça va pas? Le petit carnet Limours en Hurepoix, une trace des associations pour le XXIesiècle Histoire(s) d'écrire - un après-midi d'écriture Vagues d'écrits (Vivre et l'écrire en Bretagne) Ça bouillonne dans ma tête Vivre et l'écrire Orléans: Eux, nous, émoi Rêves de vacances, vacances de rêve Vivre et l'écrire Tours Méandres & Détours

Porte ouvertesur le passé - le haut Cantal au début du xX' siècle

, fEcrire
Ce besoin qui enivre, Cette douceur qui attire, Sans eux je ne peux dire, Si je pourrais vivre, Chaque jour je dépose quelques lignes, Et l'encre étincelante, brille d'un réel plaisir, Écrire pour vivre, Mais aussi pour mourir, Écrire pour choisir, Ou pour haïr,
Écrire pour ressentir, Ou pour mentir,

Écrire et lire, Comme partir et venir, Écrire la détresse avec magie, Faire danser les mots tels des notes de musique, Au son d'un doux hymne, Écrire pour pleurer, Pour exprimer, Pour ressentir,

7

Écrire pour contenir, Ou pour décrire, Mais écrire pour le malheur, Ou pour le rire, C'est revenir à écrire, De toutes les façons possibles, Et de créer son style, Pour un sourire, pour une vie

8

£a petite filCe

venueaerocéan

À Moune et Balou

Des grains de sable me fouettent le visage. La tempête s'est levée. J'ai l'impression que le vent et l'océan murmurent son prénom: Océane. Cela fait huit ans qu'elle a disparu, engloutie par les flots. C'est son histoire aujourd'hui, alors qu'elle n'est plus de ce monde, que je raconte. Sur cette plage de sable fin, voilà maintenant longtemps je fis la connaissance d'une petite fille. C'était un matin frais de juillet, un vent violent soufflait. Selon mon habitude je venais me promener sur la plage. Il était très tôt, environ six ou sept heures du matin. Les baigneurs n'envahissaient donc pas la plage et je doutais fort d'ailleurs que même dans l'après-midi il yen ait. Il est vrai que l'océan Atlantique est réputé pour être glacé et en ce début de grandes vacances la pluie et le vent étaient plus souvent au rendezvous que le soleil et la chaleur. Quoi qu'il en soit je me promenais en respirant à pleins poumons l'air pur de l'océan. J'aperçus au loin une vieille femme qui tenait deux enfants par la main. Autour d'eux un épagneul à poils longs sautait en jouant avec un papillon. Et puis il y avait cette petite fille. Elle se tenait debout face à l'océan, l'air absorbé par sa contemplation de la vaste étendue variant entre le vert émeraude et le bleu turquoise. Les mains dans les poches de son anorak, elle se retourna et appela: « Tito! » Le chien arrêta de pourchasser le papillon et, remuant joyeusement la queue et les oreilles, se précipita vers celle qui venait de l'appeler et qui devait probablement être sa maîtresse. Le chien sur ses talons, elle se dirigea vers la 11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.