Au fond, l'amour est mort

De
Publié par

Derrière un titre à l'accent fataliste, se cache un recueil empli de tendresse et d'espoir. Cette poésie charmante et musicale traite avec originalité de ce thème vieux comme le monde qu'est l'amour. Il s'en dégage une sentimentalité exceptionnelle, oscillant entre doutes et certitudes. Ces poèmes esquissent une ébauche de l'amour, à travers ce qu'il peut avoir de plus cruel mais aussi de plus merveilleux. Pris entre ces deux extrêmes, l'auteur parait tantôt désabusé, tantôt exalté, mais semble toujours vouloir y croire : au fond, l'amour est-il vraiment mort ?


Publié le : lundi 16 décembre 2013
Lecture(s) : 7
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332653741
Nombre de pages : 72
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Cover

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-65372-7

 

© Edilivre, 2014

Dédicaces

 

 

A ceux qui compt[ère/e/ero]nt

je dédie ce recueil et ces vers,

Vivre loin de ceux qu’on aime

Ce n’est pas tout à fait vivre.

Blc

Sophie

Tu fais trembler la mer,

D’un sourire les vagues s’envolent,

Elles vont murmurer ton nom

Aux étoiles solitaires,

Et toute la nuit s’affole

De te voir amoureuse.

Regard

Quelques flocons de soleil

Sur une mer couleur de neige,

Un sourire qui s’égare,

Une œillade passagère,

Et d’oubli et de peur,

Voilà que le jour revit.

Un jour

Un jour tu ressembles à la lune,

Un autre, aux étoiles marines,

Mais toujours du bout des lèvres,

Tu caresses mon front d’un amour incertain.

Toi, ma lune…

Il y a là-haut

Tant de secrets et d’infini,

Que le soleil s’est perdu.

*
*       *

Ton nom je l’ai gravé

Sur les larmes de l’oubli.

*
*       *

Pourtant, elle n’était pas la plus jolie,

Pourtant, sa voix n’était pas la plus douce.

Pourtant…

*
*       *

Un seul de ses regards

Fait chavirer le temps,

Et le soleil s’égare

Dans ses reflets changeants.

…Et mon soleil

Rien ne pourrait me distraire

De te regarder.

Tes yeux offrent le reflet solaire

D’un arc-en-ciel étoilé.

*
*       *

Tu es plus que toi-même,

Tu es chaque larme

Que je verse à t’aimer.

*
*       *

Ce matin encore

Tu as couché la lune.

*
*       *

Vivre à deux,

C’est donner à l’autre

Un peu de sa liberté.

Poème pour Nicolas

J’irai m’asseoir sur les rochers solitaires,

Embrasser la mer au-delà des vagues sombres,

Et scruter le sable plus froid qu’une...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Mort (et) Vif

de Presses-Electroniques-de-France

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant