Aux temps des dieux

De
Publié par

Voyagez en lisant le poème "Aux temps des dieux" écrit par René GHIL. Ce poète de France est né en 1862, mort en 1925. "Aux temps des dieux" de GHIL est un poème classique extrait de Légendes d'âmes et de sangs. Vous avez besoin de ce poème pour vos cours ou alors pour votre propre plaisir ? Alors découvrez-le sur cette page. Le téléchargement de ce poème est gratuit et vous pourrez aussi l’imprimer.
En téléchargeant le PDF du poème de GHIL, vous pourrez faire un commentaire ou bien vous évader grâce au vers de "Aux temps des dieux".
Publié le : lundi 30 juin 2014
Lecture(s) : 9
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

Aux temps des dieux

Tout moderne, et voyant de nos modernes âmes,
Des soirs vieux, malgré lui, hors du Vrai, sans paphos
Où des déesses, il s'exile ! et, dans les gammes
Des azurs et des ors, et le nu des paros,
Mensonge et dieux il pleure, et Vous, ô pâles Ames !
Vagueuses Vierges, aux plis longs des longs peplos ! ....

...Alors, vieux de mille ans, haut azur sous l'azur,
Vieux rameaux et gaulis ! viviez-vous grands et glauques,
Temples ! et, solennels et larges dans l'air pur,
Adorés de la Vierge, émoi de l'homme mûr,
Alors, viviez-vous seuls, seuls aux zéphirs non rauques !

Lorsque montait vers vous la vierge aux Yeux d'avril,
Sous le lin vierge avait des peurs sa peau sans hâle :
Vous exhaliez, rameaux, un arôme viril,
Tiède : et l'Impolluée au sexe puéril
Avait de longs émois sous le long peplos pâle...

Alors, vous glissiez-vous, déesses aux grands nus !
Glauques et pâles sous la glauqueur des ramées :
A nos heures, de Nous, nous les nouveaux-venus,
Vous avez peur, hélas ! et, vos seins ingénus,
Nul ne les verra plus, ô pâles inhumées !

Or, des déesses quand ainsi le rêve grand,
Voyait-on des Yeux d'or à des ardeurs soudaines
Darder dans les glauqueurs et prendre un long élan
D'animal suivi près : et le sauvage han
Ahanait, d'égipans noirs et noueux de veines !...

Alors, alliez-vous, vierge au peplos onduleux !
Quand vous passiez auprès des verdures rigides,
Pleine d'émoi soudain : quand, magique et nerveux,
Un arome non mis aux pieds des grands Aïeux
Moire vos plis divins d'eaux molles et livides...

Ainsi va-t-il aux Temps des dieux et du Mensonge,
Montant aux Temples où haut s'azure à l'envi
D'horizons, la verdure ! et Vous, pour que s'allonge
Son long songe, sonnez en un rêve suivi,
Ô pipeaux ! un doux rire épars dans le Mensonge
De lèvre mi-surprise et de sein mi-ravi !

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.