//img.uscri.be/pth/211030d673ccd455fc86a6914b0f245ce46a00fd
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Bord de Scènes

De
88 pages
Reflets du quotidien. Dans le miroir de Françoise Pédel-Picard, les villes prennent un halo bleuté à la nuit tombée. Au cœur des métropoles, les travailleurs du petit matin s’éveillent dans les transports en commun tandis qu’à l’arrière des boutiques, les jeunes filles rêvent de mariage. Les poèmes de Françoise Pédel-Picard sont autant d’histoires secrètes qu’elle seule sait nous dévoiler. Avec Bords de scène, les souvenirs reviennent et les sentiments affleurent dans une langue discrètement nostalgique.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

2 Titre
Bord de Scènes

3

Titre
Françoise Pédel Picard
Bord de Scènes

Poésie





Éditions Le Manuscrit
Paris
5

















© Éditions Le Manuscrit, 2010
www.manuscrit.com

ISBN : 978-2-304-03440-0 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304034400 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-03441-7 (livre numérique) 034417 (livre numérique)
6 Bord de Scènes
CONTREPOINTS
Prendre seulement mon crayon,
Et puis me mettre au diapason,
La page blanche devant moi,
Ou le pinceau au bout des doigts,
Laisser aller ma part de soie,
Comme si le temps n’était que moi…
Me sentir un entier violon,
Et devenir toute fusion,
A diffuser en effusions
De l’amour sur la partition,
Qui remplirait le rien de son… .
Être la touche du piano
Qui s’écoule en filet de l’eau,
Naître du tout petit ruisseau,
Et puis se lâcher de si haut,
Sur les parquets, sonner grelots…
De ce murmure qui étonne,
Devenir l’archet qui frissonne,
Là déposer au bord de l’âme,
Cette mélancolie qui se pâme,
Quelques éclats de violoncelle
Pour faire ce refrain qui crécelle,
Des souvenirs en ribambelle,
Qui nous ramènent, et nous rappellent,
Le temps d’alors,
L’été ténor,
7 Bord de Scènes
Et celui qui n’est pas encore…
Donner des notes qui quadrillent,
Qui font que les émois frétillent,
De la musique qui scintille…
S’élever en notes si claires,
Et qu’il ne reste que la lumière,
Dans la vie, chemins ou chimères,
Parfois de trop belles clairières,
Pour apaiser quelques misères.
Être la sonate légère,
Une cantate qui voile l‘air,
Et oublier toutes mes guerres,
Panser la vie qui reste à faire,
Des contrepoints
Jouer les points…



8