BRUMES EN LUMIÈRE

De
Publié par

Comme danser ou peindre, écrire donne sens au jour le jour. La poésie n’est pas une parenthèse . Elle est une fenêtre de l’existence ouverte sur ce que vivent les hommes. Elle est émotion de l’instant, d’une voix, d’un espace lointain mais aussi du silence…

Publié le : mardi 1 janvier 2002
Lecture(s) : 74
Tags :
EAN13 : 9782296301528
Nombre de pages : 126
Prix de location à la page : 0,0065€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

BRUMES EN LUMIERE

@ L'Harmattan, 2002 5-7, rue de l'École-Polytechnique

75005 Paris - France
L'Harmattan, Italia s.r.1. Via Bava 37 10124 Torino L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest ISBN: 2-7475-3176-7

Jean-François Ménard

BRUMES EN LUMIERE

L'Harmattan

Du même auteur.

Haïti Blues, 1985. Calebasse d'étoiles, 1989. De l'autre bord de l'eau, 1994. D'écume au vent la vie, 1996. Le soleil sur l'ardoise, 1999. Léger goût d'orange sure, 2000.

Brume à l'heure d'écrire. Qui sait comme sera le jour Tiède bruyère ou lichen froid Cime en lumière Ou voix qui porte l'âme aussi loin que le vent.

1

1 Aimer la brume du silence après les euphories un chant rare de grive et l'innocence des chevaux. Planter buis et cormier. 2 Au fracas des eaux libres du fleuve jaillissent troncs qu'engloutit l'ombre et dont seront faites de muettes statues. 3 Et si vivre n'était que dire au jour bleu du pays des sources les vœux que nous avons passionnément beaucoup. 4 Ecrire. Ne rien perdre de l'urgence ou du passé immense. 7

5 Le monde entier devrait savoir qu'un vent sec et barbare a fait naître de forêts perdues le souffle de Satan qu'une orgie de sang a fait des enfants tueurs d'enfants d'innocents marcheurs las dans le sable des proies pour hordes et hasards victimes dans l'absurde des silences. Le monde entier devrait savoir qu'apprennent aujourd'hui à vivre nus comme les morts après la fin de la partie des survivants d'horreurs sourds que marchent des passants muets aux terribles chemises choisies manches courtes manches longues visages qui ne souriront jamais. Le monde entier devrait savoir que tous ont eu pourtant doigts de caresse mains de lilas.

8

Le monde entier devrait savoir que dans la terreur de leurs ténèbres des femmes voient des lunes lisses éclater. Leurs filles entendent des rires s'éloigner. Elles ne pleurent plus mais suent. Elles ne parlent plus. Le monde entier devrait savoir quand le regard devient pensée quel goût amer a eu la paix.

6 Le monde entier se tait car il ne peut distinguer entre bombes et feux d'artifice hurlée de son trou noir une voix de femme qui s'entend si loin si loin.

9

7 Ce matin est encor temps d'angoisse et de cri et non jour d'écriture.

8 Je cherche ce qui rend solaire ton visage.

9 A l'instant d'avoir peur qu'advienne le malheur clore les yeux devant les miroirs embués. Savoir alors que seul importe le passé.

10 Parmi les héroïnes de ce siècle affranchi qui sont ces femmes ombres qui lisent en secret se cachent pour apprendre sont sûres que les mots seront comme l'eau claire et le vent des montagnes forces pour espérer?

Il Devenu chercheur d'or ou découvreur d'ennuis celui qui ne veut pas avoir à dire merci.

10

12 De crique en crique et grève où les oiseaux questionnent quels mots inventer? Le rivage est épave lui-même cimetière sans fleur. Quels chants écouter qui ne soient cris dérisoires? Quels gestes continuer qui ne soient inutiles quand les oiseaux questionnent à marée noire?

13 Ces vieux arbres ont-ils vu autrefois passer d'une rive à l'autre la rivière aux chevirés une barque longue que certains croient voir par nuits de lune à histoires encore passer?

14 Jete vois de celles qui croient au pouvoir des pierres et de la rencontre.

Il

15 Note ancienne pour l'heure. Jamais on ne sait à quel moment la douleur submerge et devient eaux noires.

16 Etonnant paysage à marée descendue de grèves suintantes à perte de vue. Au bonheur de la route une côte somptueuse et des arbres géants leurs lacs et ces montagnes dont rien ne vient détacher le regard sur lesquelles est née la force existentielle d'êtres inoubliés !

17 Aller à la mer comme ume jetée entre île et continent quand le goéland familier dérive sorti de cieux noirs et s'efface énigme dans le couchant.

12

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.