Bukowski n'en a jamais parlé

De
Publié par

Elle jongle inexorablement / Avec ses balles / Alors que le soir tombe / L'une au-dessus de la tête / L'autre autour du coeur / La dernière entre les jambes / elle jongle inexorablement / Avec ses balles / Alors que le jour se lève / La première est la liberté / La deuxième est l'amour / La troisième est l'homme
Publié le : vendredi 1 juin 2012
Lecture(s) : 48
Tags :
EAN13 : 9782296492516
Nombre de pages : 120
Prix de location à la page : 0,0076€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
      
 
 
Bukowski
nen a jamais parlé
   
 
  
 
Sam Gave        Bukowski
nen a jamais parlé
Poèmes libres  
  
                   
 
Du même auteur   Je nai de libre que ma chute. Tome 1, Nouvelles poétiques , Edilivre                           
 
© LHarmattan, 2012 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-99053-1 EAN : 9782296990531  
             
                      
 
Pas plus que la liberté lamour nest un droit
 
  LA VEILLE
   Jaime te regarder dormir Comme on veille un enfant Pendant que la ville brûle Et que les vieilles putes Soffrent du bon temps  Jaime illuminer tes yeux De lextraordinaire de la vie Princes, démons Et esprits pervers Jouez avec mes sentiments Si vous voulez Mais que diable, épargnez-la !  Pourquoi te réveiller Dans lanonymat Des baraques de café chaud Et des étals daubergines ? Le matin se lève dans la brise Et je tentortille dans mon écharpe Pour te garder près de moi           
 
7
LE MASSAÏ
    Le Massaï meurt Quand on lenferme Il vit dans le présent Et nimagine pas quun jour On puisse lui rendre sa liberté  -Je suis un Massaï, lui dis-je Je vais mourir aussi Si tu menfermes -Jmen fiche, dit la fille, je taime Le soleil écrasait lhorizon Et je barbotais comme un poisson Dans mon sac plastique  -Tu es agressive Tu ressembles à un homme blanc ! -Tu magaces, dit-elle Jveux faire lamour avec toi Et elle écrasa dans mes côtes Le canon dun flingue rouillé -Pas possible ! Tu es un trav ?  -Ce nest pas un crime de taimer ?  -Tu tprends pour Dieu Qui nous aime sans notre avis -Cest toi que jaime, dit-elle, pas Dieu Merde, cest mon droit ! -Pas plus que la liberté Lamour nest un droit  Des anges daluminium
 
8
Tombèrent du ciel Pour nous botter le cul - Aimez-vous les uns les autres Ordonnèrent-ils Alors quon se dévorait Comme des loups  -Shit, fais gaffe, les condés Rhabille-toi, dit-elle -Dommage Jallais te bouffer la cervelle  Puis le cur Et le sexe -Tu vois que tu maimes aussi, me chambra-t-elle -Lamour nest que de la propagande Quand il nest pas lexception  -Lamour, ça sconsomme Puis on sy brûle Et on sy perd -Non lamour est une drogue pour toi Tu en jouis et tu ldétestes Mais tu npeux pas ten passer Et je commandai illico un taxi rose  -Et cest quoi lamour pour toi ? Railla-t-elle -Lamour cest quand je plonge Dans lau-delà, Et au moment de rencontrer la mort Je découvre ton âme Qui marrache de loubli -Peut-être, dit la fille Mais moi je te laisserais crever
 
9
 Les anges de ferraille Memmenèrent dans le taxi rose Et moi qui avais cru Que son flingue était naze !                      
 
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.