//img.uscri.be/pth/a80485d9293d2b472924ec87978590678b73567c
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Carrefours

De
127 pages
Le Poète continue son voyage éternel, sur la route des carrefours du monde. Face à la lumière des croisements, il éprouve une inquiétude créative. Dans la joie d'y être, il accomplit un parcours d'infini, en allant à l'amont du temps et de l'espace : ses songes affluent de l'expérience. Le labyrinthe du voyage se fait « traces du centre » et « vérité de sapience », et le Poète d'éprouver le sens de la présence. Voyageur de l'origine, il reconnaît « le passage du carrefour / Vers la mémoire du monde ».
Voir plus Voir moins
CARREFOURS
Accent tonique - Poésie
Collection dirigée par NicoleBarrière
Maquette de la couverture
NicoleBarrière
Illustration de la couverture
Calligraphie et poésie deGhaniAlani sur l’espace
2011, inédite.
GOVA
DOTO
CAEF
rmttn

rue
de
© L’Harmattan  l’Ecole polytechnique 
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-55292-0 EAN : 9782296552920
Paris
«
’ai souent éproué un sentiment d’inquiétude à des carrefours »
YVES Paris
BOEFOYGallimard «
’arrièrepaysPoésie » 
p

Àmes deux petitesfilles Francesca etGiovanna sur le chemin des carrefours de leur vie dans la vie

’AEURS
La mémoire
Il est là devant moi le lieu avec sa lumière C’est un petit champ vert d’herbe illunée Au pied d’une église à la Madone souriante Tout autour un cours d’eau et une route Blanche comme le marbre de Michel-Ange
Le lieu trace les lignes du ciel et de la vie Par prières et hauts cris de douleur Dans la joie d’être au monde avec les autres Sous le signe de la parole qui chante Un parcours d’infini jusqu’à la lune
Je caresse les épis abandonnés par un paysan Ils brillent de l’or du soleil à midi Au centre une citerne d’eau cristalline Comme le regard de ma figure
Je la rencontre le matin au rayon primordial Dl’aube naissant comme le premier joure Elle porte le poème de l’amour Àmon cœur triste d’enfant au village
Des laveuses sont au bord du torrent Elles regardent l’amont de l’eau Recueillent une poignée de sable Où affluent les étincelles de la montagne
9
Oh ! Profondeur de mes bras vers les nombres Je découvre un espace inconnu Est-ce le lieu des dieux Avec leur cortège de neige ?
Je me perds dans le labyrinthe du point Tu postules la musique du voyage Nous suivons un vaisseau chargé d’or Sur la route des statues aux baisers fous
Viens mon amour ne me quitte pas Resserrons les nuages à nos cœurs Découpons les traces du centre Captons la vérité de la sapience Transmutons le lieu en interrogation De nos hantises et de nos éclairs
Silence sur silence jusqu’à l’Ourse Nos voix s’élargissent en gramophones Ici tout est un avant de l’intuition Regarde ces clochers vers le vol Des hirondelles nos compagnes
Nous éprouvons la présence Nous sommes là avec nos vies Le temps est le sens du sens Tout advient et s’inscrit Le lieu se cristallise de réel C’est le passage du carrefour Vers la mémoire du monde
10