Ce qui reste d'écorce

De
Publié par

"L'arbre est parfait -profondément enraciné, puisant aux tréfonds et s'étirant au zénith, sans aucun doute sur ses appartenances, dressé dans son évidence. En le recréant, le poète, cherche à assigner aux mots cette même force, cette singularité qui organise la puissance de ses doigts enfoncés dans le sol, de ses mains tendues vers le ciel et de cette sève qu'on réserve à ses proches." (Tobie Nathan)
Publié le : lundi 1 septembre 2008
Lecture(s) : 78
Tags :
EAN13 : 9782296205284
Nombre de pages : 90
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Ce qui reste d'écorce

Colette Leinman

Ce qui reste ci'écorce

L'Harmattan

(Q L'Harmattan, 2008 5-7, rue de l'Ecole polytechnique;

75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com harma ttan 1@\vanadoo.fr diffusion.harma ttan@wanadoo.Er ISBN: 978-2-296-06275-7 E~-\N : 9782296062757

La chaleur du bois

la chaleur du bois résiste dans la table ce qui reste d'écorce mord d'immenses étendues d'air déjà dans la chaise voici (où le vert n'entre plus)

se souvenIr des odeurs (en rapprochant l'entre doigts au tout près des narines) strates lunaires par-dessus les évasions de tant de possibles la lune (résonne vigilante, ne perd pas un instant) épie la terre Ge ne peux rien contre elle) absorbe ce qui vient du début

jusqu'au plus enfoncé de l'anatomie du va et vient trapu du mou, sauvage, cru

sous sa peau

sous sa peau sol pénétré/ raciné/rhizomé j'entends quelque chose craquer contre les souvenirs bruits froncés dans le lombaire des feuilles contours d'ailes nomades repliées sur elles mêmes et c'est chaud, reciprocity ofmy pledge for theirs, dans ma maison cambrée colonnes vertébrées au-dessus de moi, aux pulsations de plus en plus allongées s'étirent bafouillent burinent s'amassent s'agitent faiblement (comme pour prévenir) la densité intime des choses sentinelles parmi d'autres indices surprend aux envers d'ici de là et dévie parfois, avec 8

assise sur le vide

parfois avec, au premIer rang sans toucher le sol assise sur le vide encore je regarde l'image panoramisée se déroule sans paupières ici longues berges tendues trouvailles mouillées qui transpirent et s'écartèlent à contre-jours là-bas je vois le regard des autres (de profil dans les choses du passé bien souvent sans défense) au-dessus, in the increasingly self accolés entre-temps/entre eux (comme au retour de voyages profanes) 9

plus criant

les tracés plissés, lacets indifférents fractionnés, au fond des ornières se rapprochent étouffés mais si calmement

10

le poids d'une natte

le poids d'une natte (tressée avec le doigt) un fil rouge (porte-bonheur vendu au portes du temple) à travers le pesant et le froid quelque chose de tiède vieille dame main tendue vague odeur de bitume et faire comme si les pierres étaient quand même restées à leur place

Il

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.