Centrifuge

De
Publié par

Dans un mouvement cyclique sans recommencement, circulaire sans tourner en rond, le poète remet en doute le bien-fondé de toute subjectivité et la substance de toute objectivité. Ainsi, se superposent, tout en tournoyant, sensualité, destruction créatrice, nostalgie, espoir, marginalité, angoisse, révolte et lucidité dans une véritable décantation acide, soumis au centrifugeur qu’est l’existence.
De fait, huit cercles sont posés. Plutôt en déchaînement. La circularité de la perspicacité se fracasse contre l’opacité des objets. Tout fuit. Le je se perd. Tout se désarçonne. Les mots isolent et macèrent. Les images relient et propulsent. Imaginaire, perceptions et émotions circonvolutionnent dans un horizon vertigineux…
Publié le : mercredi 14 septembre 2005
Lecture(s) : 9
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782895973188
Nombre de pages : 170
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Éric Charlebois
Centrifuge Extrait de narration
Poésie faite de concentré
CENTRIFUGE Extrait de narration
Poésie faite de concentré
DU MÊME AUTEUR
Faux-Fuyants, poésie, Ottawa, Éditions du Nordir, 2002.
Péristaltisme. Clystère poétique, poésie, Ottawa, Éditions David, 2004.
o N
De cet ouvrage, il a été tiré cent exemplaires numérotés et signés par l’auteur.
Éric Charlebois
CENTRIFUGE Extrait de narration
Poésie faite de concentré
Les Éditions David remercient le Conseil des Arts du Canada, le Secteur franco-ontarien du Conseil des arts de l’Ontario et la Ville d’Ottawa. Aussi, nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour nos activités d’édition. Les Éditions David remercient Prospects Plus et le Cabinet juridique Emond Harnden.
Catalogage avant publication (Canada) Charlebois, Éric, 1976-Centrifuge : extrait de narration, poésie faite de concentré / Éric Charlebois. (Voix intérieures) ISBN 2-89597-041-6 I. Titre. II. Collection : Voix intérieures (Ottawa, Ont.) PS8555.H4183C46 2005 C841'.6 C2005-904918-9
Révision : Frèdelin Leroux Maquette de la couverture, typographie et montage : Anne-Marie Berthiaume graphiste Les Éditions David 1678, rue Sansonnet Ottawa (Ontario) K1C 5Y7 Téléphone : (613) 830-3336 Télécopieur : (613) 830-2819 ed.david@sympatico.ca Site internet : www3.sympatico.ca/ed.david/
Tous droits réservés. Imprimé au Canada. e Dépôt légal (Québec et Ottawa), 3 trimestre 2005
Pour la sereine candeur. À mes grands-parents et à tous ces jeunes, poètes que vous êtes. Vous me montrez qu’« existences » est impossible au singulier…
On était heureux ; on était tous pareils.
Estelle et Roger Charlebois
Les Néantologues (2002-2004)
Des écrits qui créent un monde, mon monde, un monde parmi tant d’autres, rien ne [l’empêche de tourner autour et de trouver sa place.
Cynthia Baron
Envolez-moi !!! Volez-moi ma liberté et apprenez-moi à aimer
Charles Bergeron
Pour me bâtir, Tu m’as créé une silhouette June Cayen
Il faudrait Que je boive Que je suive Que j’oublie Mais pourtant Que je vive
Stéphanie Houle
J’aimerais que finalement Mon ombre se détache De mon corps Et qu’elle vive sa propre vie Qu’elle me laisse vivre En paix.
Karine Lalonde
Je libère ma vie Mon destin n’est pas mon destin Julie Levac
Me voilà à la lumière Destination inconnue Destin inconçu Je nais.
Pierre Jr Parent
Apprends-moi, Monsieur aux yeux bleus. Dis-moi comment tu en prends soin ; Je veux le garder si je peux. Tasha Smith
Une fleur, l’automne, cherchant le printemps
Geneviève Touzin
Pendant qu’il fermait les yeux et qu’elle les ouvrait, l’idée de la mort s’est incarnée. Entre les deux, l’existence fuyait vers ce non-lieu habité par les choses libérées de l’esprit.
Stefan Psenak
Les condamnés à mort ne s’accouplent pas [autrement.
Daniel Poliquin
Ça comprend rien à la vie, pis ça parle de la [mort.
Le présent, c’est juste une bataille entre le passé [pis l’avenir.
Michel Ouellette
Chacun devient le premier homme Sorti d’une autre forme […] C’est toujours pour l’amour qu’on devient fou Ça doit être plein d’amour, parce que c’est plein d’fous tout partout Comme si on avait tous peur de se l’dire Qu’on a du mal à naître à se regarder mourir Harmonium
tout le monde a raison en même temps mais personne s’en rend compte
Marc Arseneau
Car si je suis partout à cette heure il n’y a [cependant que moi qui suis en moi Apollinaire
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi