Choeur des jeunes bergers

De
Publié par

Découvrez le poème "Choeur des jeunes bergers" écrit par Honorat de Bueil de RACAN (1589-1670). "Choeur des jeunes bergers" de de RACAN est un poème classique. Vous avez besoin de ce poème pour vos cours ou alors pour votre propre plaisir ? Alors découvrez-le sur cette page. Le téléchargement de ce poème est gratuit et vous pourrez aussi l’imprimer.
Grâce à ce document PDF sur le poème de de RACAN, vous pourrez faire une fiche ou bien tout simplement profiter de très beau vers de "Choeur des jeunes bergers".
Publié le : lundi 30 juin 2014
Lecture(s) : 4
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Choeur des jeunes bergers

Sus, Bergers, qu'on se réjouisse,
Et que chacun de nous jouisse
Des faveurs qu'Amour lui départ :
Ce bel âge nous y convie,
On ne peut trop tôt ni trop tard
Goûter les plaisirs de la vie.

Suivons ce petit Roi des âmes,
De qui les immortelles flammes
Gardent Nature de périr :
Choisissons-le pour notre maître,
Et ne craignons point de mourir
Pour celui qui nous a fait naître.

Les oiseaux des bois et des plaines
Chantent leurs amoureuses peines,
Qui renaissent au renouveau,
Glorieux au mois où nous sommes,
De brûler du même flambeau
Qui brûle les Dieux et les hommes.

L'Astre doré qui sort de l'onde,
Promet le plus beau jour au monde,
Que puissent choisir nos désirs :
Tout rit à sa clarté première,
Qui semble apporter les plaisirs
En nous apportant la lumière.

Déjà les plus belles Bergères
Sont assises sur les fougères,
Chacune avecques son Amant :
Un beau feu leur âme consume,
Et nous autres sans mouvement
Sommes encore dans la plume.

Fuyons cette molle demeure.
Il faut chérir cette belle heure
Pendant qu'on en est possesseur :
Tout le reste de la journée
N'a rien d'égal à la douceur
Des plaisirs de la matinée.

En l'Orient de nos années
Tout le soin de nos destinées
Ne tend qu'à nous rendre contents,
Les délices en sont voisines,
Et l'Amour ami du Printemps,
A plus de fleurs, et moins d'épines.

Lorsque ce bel âge s'écoule,
Les soucis nous viennent en foule,
Vénus se retire autre part :
Conservons-en toujours l'envie :
On ne peut trop tôt ni trop tard
Goûter les plaisirs de la vie.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.