Chronique d'une terre aliénée

De
Publié par

Dans ce monde où l'intox médiatique est souveraine, le poète a la mission de se lever et de parler avec d'autres mots, des mots lourds de leur poids d'humanité. Il entre parfois par la porte de la futilité, mais va au fond des choses. Par-delà la logique, sa flèche s'enfonce dans le coeur de son lecteur, que la poésie a dépouillé de sa cuirasse. Avec ce recueil, l'auteur poursuit son voyage dans l'âme palestinienne et évoque d'autres aspects de la réalité quotidienne des territoires occupés et des réfugiés.
Publié le : mardi 1 juin 2004
Lecture(s) : 176
Tags :
EAN13 : 9782296362710
Nombre de pages : 106
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Chronique

d'une terre aliénée

Du même auteur

Chronique de RamaI/ah) poésie) L'Harmattan)

Paris 2002.

Danièle OUANÈS

Chronique d'une terre aliénée

L'Harmattan

i!::i

L'Harmattan, 2004

5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris France

-

L'Harmattan, Italia s.r.!. Via Vegli Artisti 15 10124 Tonno L'Hannattan Hongrie Hargita u. 3
1026 Budapest

ISBN: EAN

2-7475-6569-6 : 9782747565691

A mes amis Palestiniens du Liban Mahmoud AI-Jomaa (Abou-Wassim)*, réfugié du camp de Borj AI Shamali*
et Shaker Khazal*, de la troisième génération de réfugiés du Camp de Borj Al Barajneh* En hommage à leurs grandes qualités humaines et dans l'espoir que justice leur sera faite.

A
Rabie Masri* pour son action admirable auprès des réfugiés palestiniens de Montréal

LA PALESTINE
(À mon ami, Shaker Khazal, quinze ans)

Elle me suit, Elle m'habite, Elle me tue, Elle: Ma mère, Ma sœur, Mon âme, Ma raison d'être, La visiteuse de mes rêves, Celle vers qui ma main Se tend en vain, Celle dont j'ai senti le parfum Dans les récits du père de mon père, Dans le camp, là-bas, au Liban... Celle dont je murmure le nom Dans un râle d'amour: La PALESTINE.
"'\oût 2003

IL ÉTAIT UNE FOIS...
Il était une fois.. . Le paradis terrestre... Ou presque, Paré de paysages indicibles Qui ravissaient nos âmes. Puis vinrent les tanks, Les bulldozers et autres prédateurs Qui déchirèrent les douces collines Comme on arrache les pétales d'une fleur. Il était une fois la Palestine, Belle comme une mariée Parée pour ses noces, Avec ses collines brodées d'oliviers Que le printemps fleuri Chevauchait à bride abattue Fuyant devant l'été. Il était une fois. .. ce qui ne sera plus.
Juin 2003

10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.