//img.uscri.be/pth/a594769462419fdd8041fad7f7549f04f81d597c
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Congo, pays natal

De
144 pages
À travers ce recueil, l'auteur nous offre une poésie engagée mettant ainsi en lumière le Congo et ses citoyens. L'œuvre est tout à tour ode, satire, réquisitoire, plaidoyer, récit, complainte, consolation, conseil, exhortation, hymne et même oraison. Le poème charme, égaye, mais surtout apostrophe, dénonce, enseigne, alarme, révolte, anathématise, et même évangélise. L'œuvre s'inspire d'un large éventail d'influences littéraires, de la littérature biblique jusqu'à la poésie patriotique congolaise, en passant par la littérature française classique et celle de la négritude.
Voir plus Voir moins
Wola Bangala
ChàrLes
ChàrLesWola Bangala
Congo, pays natal Œuvre poétique
Congo, pays natal
Collection « Afrique poésie » Dirigée par Carole Martinez Le but de cette collection est de publier des œuvres poétiques contemporaines d’auteurs liés au continent africain. « Afrique poésie » visera à privilégier tant l’esthétisme que le poids des mots et leur valeur. Déjà parusDuclair TIOTSOP LAMBOU,Âmes errantes, 2015. Bastaine MOUBAMBA,Fiertés noires, 2015.
Charles WOLABANGALACongo, pays natal
Œuvre poétique
Du même auteur Servir la République. Catilina – César – Cicéron. Quel modèle pour l’Afrique ?, L’Harmattan, 2011. La RDC. 50 ans d’indépendance. Les perspectives (en collaboration), L’Harmattan, 2011. L’ONU et la crise des Grands Lacs en République démocratique du Congo (1997-2007), L’Harmattan, 2009.Politique éthique et Paix, EOS, 2008.Entrer dans la Troisième République. La République démocratique du Congo face à son avenir, L’Harmattan, 2007. © L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07921-9 EAN : 9782343079219
Pour tous les déshérités du Congo, leur territoire, et qui espèrent leur retour, leur ultime heure de gloire, leur grand jour.
Préface  Ce ne fut pas pour moi un petit sujet d’embarras, n’étant ni critique littéraire ni analyste politique, mais tout simplement citoyen lambda, ami de la sagesse et des belles-lettres, que d’accéder à la demande instante m’adressée par l’auteur du présent recueil, au cours d’une période d’un an, de préfacer sa création, qui relève d’un genre aussi spécialisé que la poésie et, en plus, la poésie politique ou plutôt, selon l’expression consacrée, la poésie patriotique.  Malgré les risques qu’une telle entreprise comporte, soit de maladresse de ma part, soit de mésinterprétation de la part du lecteur, j’ai finalement accepté de jouer le jeu, c’est-à-dire de fournir la prestation qui m’était demandée, en la prenant seulement pour un exercice intellectuel de dissertation littéraire, sans plus. Je remercie l’auteur pour l’honneur qu’il m’a fait de sceller le destin de sa poésie avec ma plume.  En guise de préface, je me contenterai de partager quelques impressions ressenties, de transcrire succinctement des notes, prises au cours de mes lectures et relectures des épreuves ayant préparé l’état présent de ce recueil. Mon propos en vue de présenter l’opuscule qu’on a sous la main s’en tiendra à l’aspect formel de celui-ci. Pareille option se justifie par trois raisons.
7
 La première consiste en une convenance de simple bon sens : laisser le lecteur découvrir lui-même la chose dont il est question dans le texte, c’est-à-dire la matière du livre. Procéder ainsi me paraît de meilleur aloi que d’allécher le lecteur par l’odeur, c’est-à-dire le conditionner par des effets d’annonce sur les sujets dont traite le livre. Après tout, la table des matières est suffisamment suggestive du contenu de l’œuvre.  D’autre part, cette préface se concentre strictement sur la forme de l’œuvre en étude parce que c’est elle, la forme donc, qui confère à l’œuvre son originalité. En effet, la plupart des réalités que le recueil expose en son sein, soit dans l’ordre du temps (faits, événements, actions, actants, états de choses, etc.), soit dans celui de l’espace (pays, paysages, choses, lieux, états des lieux, etc.) sont, en elles-mêmes déjà, des sujets bien connus. Car elles sont souvent largement exposées dans des écrits en prose : articles, essais, manuels, récits, etc. Pourtant, ce qui différencie leur expression à travers ces écrits et celle dans le présent recueil, c’est la manière, donc la forme toute poétique, dont les mêmes réalités sont ici organisées dans le texte.  Enfin, troisième raison, au simple coup d’œil sur le texte, c’est d’abord la forme littéraire de l’ensemble de cette poésie qui retient l’attention du lecteur. En effet, par la disposition de son texte, la régularité de sa métrique, la constance de son rythme, l’homophonie binaire de ses rimes, le lustre de son style, la symétrie généralisée de sa
8
structure, etc., bref par la discipline, la rigueur de sa versification, la présente poésie rappelle, presque à la lettre, l’idéal de recherche de perfection dans la forme qui fut celui des classiques de la poésie française de l’histoire. Et ce purisme n’a rien de forcé ni de calqué, mais tient d’un art maître de soi qui semble couler de source et livrer l’œuvre d’un seul jet.  Touchant toujours à la forme du poème, l’on pourrait s’attarder encore sur sa rhétorique, sa poétique et sa stylistique, pour en déceler nombre de traits qu’il revêt. Ainsi les exemples suivants. D’abord l’expression du poème : elle est, comme précédemment suggéré, classique, et elle véhicule un message qui, excepté certains vers et sans doute par licence poétique, sonne plein.  Il y a aussi le ton du discours : il commence par être simple, devient, au fil des pages, de plus en plus élevé, se fait donc dur et même pathétique, puis redevient de plus en plus calme. Dans son évolution, cette tonalité est donc révélatrice des états affectifs qui parcourent le texte : il s’ouvre par la sérénité, se charge peu à peu de gravité, puis se mue en colère et en indignation, avant de se rabattre finalement sur une langueur qui déferle en résignation ou tourne en acte de foi, d’espérance et d’engagement.  Par là s’explique notamment la grande diversité des sortes de compositions littéraires que le lecteur découvre au fur et à mesure qu’il avance dans la lecture. L’œuvre est tour à tour ode, satire, réquisitoire, plaidoyer, récit,
9