//img.uscri.be/pth/aa52956d72d356f5d29adfcf2669c8985abd7fff
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Corps à coeur

De
109 pages
André Streel fait siennes deux traditions poétiques : des formes classiques et exigeantes dans lesquelles pourtant se déploie une libre inspiration et des vers populaires, familiers et puissants. Le poète relève le défi de parler d'aujoudhui avec les moyens d'hier. Poésie délicate ou chanson populaire, l'écriture d'André Streel est pénétrée d'un souffle original et fort, sans pudeur ni retenue. Celui qui est en scène ici, c'est l'homme, ce champ de bataille unique, terrible et fameux, où s'affrontent le plus haut et le plus bas, l'esprit et la matière, au corps à cœur.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Corps à Cœur
André Streel
Corps à Coeur

Poésie






Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007
www.manuscrit.com
SBN : 2-7481-8014-3 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748180145 (livre imprimé)
ISBN : 2-7481-8015-1 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782748180152 (livre numérique)



La poésie est l’art du mariage des essences. En
suggérant l’impalpable, elle fait voyager au-delà
des contours de la pensée statique.


Daniel Meurois-Givaudan, Vu d’en haut. Corps à coeur

CHENILLE

Suspendue à un fil, la chenille frémit.
Trop loin le firmament et trop basse la terre.
Atroce tourbillon, vertigineux mystère.
Sous le brillant zénith le pré déroule un lit.

L’air est fou, l’herbe, molle et ma tête flamboie.
Lève-moi, couche-moi, la chenille se tord.
L’azur est prometteur, la belle ouvre son corps.
Entre sens et esprit tout mon être tournoie.

Au bord de l’horizon, aux portes du plaisir,
Las de m’écarteler, je reste à la frontière,
Entre ciel et enfer je creuse un cimetière
Mais la mort même fuit, refusant de choisir.

L’indécis est sans charme et s’en va la frivole.
Un orage menace, éteignant le décor.
Au milieu de sa nuit ma chenille se tord.
Me laissant aux regrets, mon papillon s’envole...
9 Corps à Cœur


Triolet

JOUE CONTRE JOUG

Tendre, le joug des jouvencelles
Asservissant tous les garçons :
Printemps fait dieu la bagatelle.
Tendre, le joug des jouvencelles,
De l’être oiseau coupant les ailes,
Collant au sol ses tourbillons.
Tendre, le joug des jouvencelles,
Asservissant tous les garçons.
10