D'où jaillit le pur

De
Publié par

"C'est bien dans l'amour que le plus pur en nous puise, et c'est cela, cette intuition, cette expérience qui donne aux mots de Roger Thirault leur densité... Il y a quelque chose comme une oasis verbale, la fraîcheur du monde, la fertilité, son inespérée innocence." Extrait de la préface de Salah Stétié.
Publié le : vendredi 1 juillet 2005
Lecture(s) : 259
Tags :
EAN13 : 9782296404854
Nombre de pages : 51
Prix de location à la page : 0,0056€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

D'où jaillit le pur

DU MEME AUTEUR

Comme au puits du vertige. Saint-Germain-des-Prés Dans l'imminence de l'aube. La Bartavelle

Les déchirures de l'ombre.

La Bartavelle

Un âpre goût de terre. La Bartavelle Les empreintes nues. La Bartavelle De gel et de braise. Froissart L'ineffable. Encres Vives Cet éphémère si fragile. Voix d'Encre Comme un tremblé de lumière Editinter L'imperceptible fissure Encres Vives L'apparence traversée Friches ( cpv) Des voix sur la terre La Bartavelle

RogerTHlRAULT

D'où jaillit le pur
poèmes

Préfacede
Salah Stétié

Encres de Marie-Michèle Esnard

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris France

L'Harmattan Hongrie 1053 Budapest Kossuth L.u. 14-16

HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

~ L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-8758-4 EAN : 9782747587587

Préface

Jaillir

C'est bien dans l 'amour que le plus pur

en nous puise, et c'est cela, cette intuition, cette expérience, qui donne aux mots de Roger Thirault leur densité

mais aussi leur allègement. Après l'angoisse et avant le retour de l'angoisse, il y a un moment de temps suspendu, quelque chose comme une
oasis verbale où le cœur peut déposer,

comme on le dit d'une caravane. Le mot « oasis» vient d'ailleurs
naturellement dans le tout dernier texte

de cette suite et il dit la fraîcheur du monde, sa fertilité, son inespérée innocence. Innocence «écoutée », car pour certains poètes les mots sont ombrés par leur musique, cette évasivité qui semble les diluer dans la matière sonore du monde, son penchant wnlJmisIDkoùnousw~aoomwus que notre traversée du visible puisse
enfin nous porter, nous transporter.

.../

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.