Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 8,00 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

A fleur de rimes

de Societe-Des-Ecrivains

Du TEMPS à l'AUTRE

de Melet-Jacques

Vous aimerez aussi

Regard à l'ouest

de Mon-Petit-Editeur

Le Trouble-vie

de Mon-Petit-Editeur

suivant
Jean de Maesschalck
DANS LE SILENCE DE MA PETITE ÉGLISE
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0116447.000.R.P.2011.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2011
À mes chers disparus
DANS LE SILENCE DE MA PETITE ÉGLISE
Ma petite église Toi ma petite église tu es vraiment modeste Mais trônes dans le village pareille à une princesse. Tous les gens du pays viennent chez toi prier, Sauf quelques mécréants préférant le café. Dans ta pénombre douce propice à la prière Tu as vu bien des morts partant pour cimetière. Mais tu as accueilli, toi maison du bon Dieu Des enfants au baptême et des mariés heureux. Jy viens pour méditer quand mon cur est en peine, Cest vrai quand jen ressors jai lâme plus sereine. Je ne sais guère prier mais un profond silence Vaut mieux que des « Avé » dits dans lindifférence. Les amants viennent chez toi pour y brûler un cierge, Pour protéger lamour quà deux ils entretiennent. Des vieux viennent invoquer leurs chers disparus, Ceux qui avant trépas tu as bien sur connus. Mon église est modeste, ce nest pas cathédrale Mais elle est si jolie, pour nous inoubliable. Cest un havre de paix, refuge rassurant, Jy viens my ressourcer quand jai trop de tourments.
7
DANS LE SILENCE DE MA PETITE ÉGLISE
Le jour se lève
Silence du petit matin, Nuit qui sendort, laube qui vient. Cest le moment de la journée Où lon peut encore rêver. Au loin jentends une tourterelle Qui, monotone, son mâle appelle. La lune est presque disparue, Quelques bruits montent de la rue. Un vent léger qui vous caresse, Voilà un jour plein de promesses. Les fleurs souvrent en sétirant, Belles corolles sépanouissant. Dans le grand lit ma mie sommeille Après une nuit de merveilles. Mon corps apaisé et repu, Se repose et est détendu. Silence du petit matin, On a oublié ses chagrins. Lon se sent bien plein de désirs, Ce nouveau jour allons le vivre.
8
DANS LE SILENCE DE MA PETITE ÉGLISE
Je suis trop gros
Cest vrai jassume ma grosseur, Mais rêve dêtre un fil à beurre. Je me méfie des faméliques, Ont trop de fiel, cest statistiques. Jai bien essayé de maigrir, Jai même failli réussir. Mais tenir, non, je nai pas pu, Kilos perdus sont revenus. Bien sur jai de beaux bourrelets Mais à mon âge quest ce que çà fait. Je ne cherche plus à séduire, Je me contente dun sourire. Je pourrais vivre plus longtemps Me dit mon médecin traitant. Pour cela il faut se priver, Ne plus boire et ne plus manger. Les filles inutile den parler, Les voyages, jen suis fatigué. Il ne me reste quune bonne table, Chianti, Milanaise en timbale. Moi jai pris une résolution, Vivre un peu moins mais vivre bon. Çà ne me tente pas vraiment De me priver jusquà cent ans.
9
DANS LE SILENCE DE MA PETITE ÉGLISE
Le monde est fou
Je ne peux plus parler damour Voyant la haine qui nous entoure. Partout ce nest que feu et sang, Cest la victoire de Satan. À quoi bon lire le journal, Ce nest, chaque jour, que drames. On tue pour rien, pour le plaisir, Par bêtise, triste avenir. Au loin ce nest que bruit de guerre, Tueries, exodes, grandes misères. Assassinés femmes et enfants Au nom dune race, dun différent. Peut-on encore croire au ciel, Félicité de lÉternel. Vivons au siècle des démons, Navons que mort pour horizon. Le Monde ne tourne plus très rond, Paix, charité, ferveur, pardon, Ne sont plus mots utilisés, Ils sont devenus bien désuets. Cest tragédie poète pleure, Se doit de parler du bonheur. Pour lui tendresse est essentielle. Poète préfère partir au ciel.
10