De Catulle à Ovide

De
Publié par

Qui ne lit pas couramment la langue de Virgile découvrira avec curiosité et plaisir ce florilège de poèmes latins traduits en vers français.

Publié le : jeudi 1 novembre 2012
Lecture(s) : 41
Tags :
EAN13 : 9782296509436
Nombre de pages : 100
Prix de location à la page : 0,0068€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Jean-Charles Llinarès – Dominique Voisin
De Catulle à Ovide
Florilège de poèmes latins traduits en vers français
Qui ne lit pas couramment la langue de Virgile découvrira avec
curiosité et plaisir ce forilège de poèmes latins traduits en vers
français.
On sait que le prix à payer pour obtenir une traduction précise et
fdèle, respectueuse de la syntaxe et du lexique, est la disparition
de ce qui fait de ces textes des poèmes. Les procédés techniques
de l’écriture poétique et leurs efets ensemble se volatilisent,
ensemble se transmutent au cours de cette étrange alchimie De Catulle à Ovide verbale qui consiste à changer l’or du latin en savante prose de
plomb : le sens, au fond du creuset de la traduction prosaïque,
Florilège de poèmes latins traduits en vers françaisrepose sur la cendre du poème.
Or il n’est pas chimérique de penser qu’une traduction versifée
rigoureuse peut à la fois respecter le sens, les tournures, les
fgures et les mots, et recréer des efets semblables à ceux des
poèmes originaux.
Mme Dominique Voisin, maître de conférences à l’Université de
Nice Sophia Antipolis, a étudié les relations littéraires à l’époque
d’Auguste et prépare une édition de l’œuvre du poète Ercole
Strozzi.
M. Jean-Charles Llinarès, docteur ès lettres, s’intéresse à la
production et à la réception du texte poétique, en particulier à
l’œuvre de Paul Éluard.
564
ISBN : 978-2-296-99790-5
12 €
Poètes des cinq continents
Jean-Charles Llinarès – Dominique Voisin
De Catulle à Ovide





DE CATULLE À OVIDE

















Poètes des Cinq Continents
En hommage à Geneviève Clancy qui l’a dirigée de 1995 à 2005.
La collection est actuellement dirigée par
Philippe Tancelin et Emmanuelle Moysan

La collection Poètes des Cinq Continents non seulement révèle les voix
prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui
feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection
dévoile un espace d’ouverture où tant la pluralité que la qualité du
traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de
titres par an.


Déjà parus

563 - Patrick BERTA FORGAS, Le testament de Pandore, 2012.
562 – Jacques GUIGOU, Augure du Grau, 2012.
561 – Arnaud DELCORTE, Ogo, 2012.
559 – Thérèse BERNIS, Les Chants de Parise, 2012.
558 – Edouard MABANZA, Le bruit des tombeaux, suivi de L’Arrière
parole, 2012.
557 – Claire GALLI, Un été de solitude, 2012.
556 – Mahshid MOSHIRI, S’il n’y a pas d’amour, 2012.
555 – Anne-Marie JEANJEAN, Stèles pour un signe, 2012.
554 – Abdelkhaleq JAYED, Musique de pierres, 2012.
553 – Jean-Damien ROUMIEU, Nucléus, 2012.
552 – Cheikh Tidiane GAYE, Maria Gabriella ROMANI KOUACOU,
L’étreinte des rimes/Rime abbracciate, 2012.
551 – Thierry MATTEI, Je serai voltigeur, 2011.
550 – Rita MORANDI, Vers l’ailleurs, 2011.
549 – Philippe TANCELIN, Au pays de l’indivis amer. Cahier, 2011.
548 – Emmanuel MATESO, Les mères de Kolomani, 2011.
547 – Serge VENTURINI, Éclats d’une poétique de l’inaccompli (2009-
2012) Livre V, 2011.
546 - Françoise et Sonia DELMAS, Pages Marges Visages, 2011.
545 – KALIDASA, Pour la naissance de Kumâra, 2011.
544 – Nicolas BELLISARIO, Haïkus, 2011.
543 – Jean GILLIBERT, La mort à vif, 2011.
542 – Jacques GUIGOU, La mer, presque, 2011.
541 – Henriette SAINT-RENAN, Yianniné, 2011.
540 – Philippe TANCELIN, L’Ivre traversée de clair et d’ombre,
suivie de Les camps oubliés, 2011. Jean-Charles Llinarès – Dominique Voisin






DE CATULLE À OVIDE

Florilège de poèmes latins traduits en vers français















































© L’HARMATTAN, 2012
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-99790-5
EAN : 9782296997905 POUR UNE TRADUCTION VERSIFIEE DE LA POESIE LATINE
.........................................................................................9
CATULLE.......................................17
1 - 1 Carmen 1 :................. 17
1 - 2 Carmen 5 : ................................ 18
1 – 3 Carmen 31 :............... 19
1 - 4 Carmen 50 :............... 19
1 - 5 Carmen 51 :................................ 20
1 - 6 Carmen 95 : ............................................... 21
1 - 7 Carmen 96 : 22
VIRGILE.........................................23
2 - 1 Bucolique I :............................................... 23
2 - 2 Bucolique IV, 1 - 3 :... 28
2 - 3 Bucolique VIII, 6 - 13 :.............................. 28
2 - 4 Bucolique VI, 1-12 :................................................................... 29
2 - 5 Bucolique X :............. 30
2 - 6 Catalepton I : 33
2 - 7 Catalepton VII :......... 34
2 - 8 Catalepton IV :........................................................................... 34
2 - 9 Catalepton XI : 35
2 - 10 Géorgiques IV, 467 - 506 :...................... 36
2 - 11 Enéide IV, 522 - 552 :.............................................................. 38
2 - 12 Enéide VI, 860 - 887 : 40
POÈTES ANONYMES...................43
3 - 1- Catalepton IX : ......................................................................... 43
3 - 2 Ciris (vers 1 - 22 et 35 - 47) :.................... 47
TIBULLE.........................................49
4 - 1 Elégie I, 3:.................................................................................. 49
4 - 2 Elégie I, 5, 19 - 36 :... 54
4 - 3 Elégie II, 3 :............... 55
4 - 4 Elégie II, 6 : 59
DOMITIUS MARSUS ....................................................63
5 – 1 Contre Mavius :......................................... 63
5 – 2 Épitaphe en l’honneur de Tibulle :........... 63
HORACE.........................................65
6 - 1 Epître II, 1, 1 - 4 :...................................... 65
6 - 2 Epode I :..................... 66
6 - 3 Ode I, 20 :.................. 67
6 - 4 Ode I, 6 :.................................................... 68
- 7 - 6 - 5 Ode II, 1 :................................................................................... 69
6 - 6 Ode III, 21 :............... 71
PROPERCE.....73
7 - 1 Elégie II, 1 : ............................................................................... 73
7 - 2 Élégie IV, 2 :.............. 77
7 - 3 Élégie IV, 11 :............ 81
OVIDE.............................................................................87
8 - 1 Amours I, 9 :.............. 87
8 - 2 Amours II, 1 :............. 89
8 - 3 Amours III, 15 :.......................................... 92
8 - 4 Pontique III, 1-30 :.................................... 93
8 - 5 Pontique II, 8, 51-76 : 95
- 8 -
Pour une traduction versifiée de la poésie latine
« (...) s’agissant de poésie, la fidélité restreinte au sens est une
1
manière de trahison » .
L’originalité de la poésie latine
S’il fallait définir d’une façon simple la poésie latine,
nous dirions volontiers que cinq composants (au moins) la
caractérisent. Les deux premiers sont les plus
2significatifs : comme l’affirme Horace lui-même , le
rythme joue un rôle éminent ainsi que l’ordre des mots
dans le vers.
À ces deux éléments primordiaux s’ajoutent les jeux
sur les sonorités, les figures de rhétorique et, enfin, la
présence d’une intertextualité toujours visible pour les
destinataires éclairés auxquels s’adressent les poèmes
anciens. À ceux qui seraient tentés d’observer que ces
composants semblent appartenir à la poésie universelle,
nous répondrions que cela est vrai, à cette double
distinction près que la poésie latine n’a pas d’existence
sans les deux premiers qui lui sont structurels (quand
d’autres expressions poétiques dans d’autres langues

1Paul Valéry, Traduction en vers des Bucoliques de Virgile, précédé
(sic) de Variations sur les Bucoliques, Paris, 1956, p. 23.
2
Horace, Satires, I, 4, 53-59 (nous utilisons en référence pour notre
ouvrage, sauf indication contraire, les textes et les traductions des
éditions des Belles Lettres) : (...) Ergo / non satis est puris uersum
perscribere uerbis / quem si dissoluas, quiuis stomachetur
eodem / quo personatus pacto pater. His, ego quae nunc / olim quae
scripsit Lucilius, eripias si / tempora certa modosque, et quod prius
ordine uerbum est / posterius facias, praeponens ultima primis : Ce
n'est pas assez d’aller jusqu'au bout du vers avec des mots simples ; si
tu défais ce vers, le premier père venu gronde du même ton que le
père de comédie. À ce que j'écris aujourd'hui, à ce qu’écrivit autrefois
Lucilius, si tu ôtes la succession réglée des temps et les rythmes, et le
mot qui vient d'abord, si tu le fais passer derrière, mettant en tête les
derniers (...) (traduction personnelle).
- 9 -

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.